Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Jean-Louis Cohen

Maristella Casciato
Cet article est une traduction de :
Ritratto. Jean-Louis Cohen
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Portrait. Jean-Louis Cohen

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien par Elena Zamagni

Texte intégral

Jean-Louis Cohen

Jean-Louis Cohen

© Gitty Darugar, 2009, d.r.

  • 1  Architecte et historien de l’architecture, J-L. Cohen est né à Paris où il a fait ses études et ob (...)

1En relisant le portrait de Jean-Louis Cohen1 paru dans le Dictionnaire de l’architecture du XXe siècle (2000), je m’aperçois que pendant la dernière décennie la biographie intellectuelle de l’historien s’est enrichie de tant de nouvelles thématiques et de multiples contributions, au point de faire passer au second plan ce qu’il avait lui-même produit dans le dernier quart du siècle.

2Sans rien ôter à sa production variée et aux activités dont il a été le protagoniste (livres, essais, expositions, conférences se comptent par dizaines ; sans considérer son engagement dans le projet de préfiguration de la Cité de l’architecture et du patrimoine, jusqu’en 2003), je voudrais commencer par son livre le plus récent  - le monumental L’Architecture au futur depuis 1889 -, afin de souligner quelques réflexions essentielles, concernant un historien de l’architecture comme lui, à l’aube d’un millénaire globalisé.

3Depuis toujours, le regard de J-L. Cohen est transversal. Il se frotte à une étendue géographique et temporelle faisant exploser les notions traditionnelles d’influence, de style, de forme - qui structurent les lectures historiographiques plus classiques. Dans le même temps, les sirènes de l’idéologie ont cédé la place chez J-L. Cohen à une analyse des transformations architecturales et urbaines, issue d’une pensée que l’auteur définit lui-même d’« interurbanité », c’est-à-dire une lecture des relations complexes qui suivent l’émergence de phénomènes importants : changements de classe et de pensée sociale, explosion de nouveaux matériaux, formes de l’internationalisation.

4L’histoire emprunte un parcours sinueux, mais l’historien ne se contente pas d’en peindre une fresque. Il est capable, comme sait le faire J-L. Cohen, de pénétrer dans les architectures, dans les éléments de construction, dans les relations topographiques et anthropiques.

5Dans Architecture en uniforme (2011) J-L. Cohen développe avec une clarté exemplaire cette manière de faire l’histoire, fondée sur les relations entre textes et phénomènes. L’auteur y transgresse la position historiographique qui considère les guerres mondiales du XXe siècle comme des pages blanches. Selon la thèse de J-L. Cohen, les années de guerre - plus précisément la Seconde Guerre mondiale - s’accompagnent au contraire d’une production architecturale d’un nouveau type et sont marquées par le développement accéléré des techniques de construction. La rupture engendrée par le conflit devient le moment charnière modifiant l’essence même de la modernité et de son esthétique. Elle accomplit son affirmation définitive dans l’époque contemporaine.

6Une telle richesse de pensée historique traverse la vaste production éditoriale de J-L. Cohen. J’entends citer dans ses pages uniquement les ouvrages qui représentent à mes yeux un chaînon fondamental permettant d’esquisser le rapport que ma génération a entretenu avec un intellectuel comme J-L. Cohen.

7Ses recherches sur l’architecture soviétique de la période révolutionnaire datent du début des années 1970, alors qu’il mêle son « italophilie » à l’enseignement fécond de Manfredo Tafuri à l’Ecole d’architecture de Venise. L’enquête sur la contribution des architectes européens à la construction de la ville en Union soviétique constitue le fondement des connaissances à la base de son livre paru en 1987 : Le Corbusier et la mystique de l’U.R.S.S. : théories et projets pour Moscou 1928-1936. La lecture critique du travail théorique et des projets de l’architecte franco-suisse devient l’un des « condensateurs » de la réflexion que mène J-L. Cohen sans interruption depuis au moins trois décennies sur ce maître de la modernité : depuis les années de l’Encyclopédie publiée à l’occasion de l’exposition du centenaire au Centre Pompidou (1987), en passant par la traduction en anglais du classique Vers une architecture pour le Getty Research Institute en 2007, jusqu’à Le Corbusier Le Grand (2008), volume constitué d’une somme de documents et de dessins conservés à la Fondation Le Corbusier. Cette « recherche patiente» repose sur l’étude rigoureuse des sources. Ses prochaines étapes seront la première exposition sur Le Corbusier à Moscou (automne 2012) et la grande rétrospective Le Corbusier : Landscapes for the Machine Age, au MoMA en juin 2013.

Haut de page

Notes

1  Architecte et historien de l’architecture, J-L. Cohen est né à Paris où il a fait ses études et obtenu son diplôme d’architecte en 1974. Il a soutenu en 1985 à l’Ecole des hautes études en sciences sociales une thèse de Doctorat (publiée en 1995) sur André Lurçat. En 1982, à l’EHESS, il entame avec Hubert Damisch une recherche sur la circulation des modèles de la culture américaine en Europe ‑ recherche qui a porté ses fruits lors du colloque international Américanisme et modernité : l’idéal américain dans l’architecture et l’urbanisme (1993) et qui fit ensuite l’objet de l’exposition Scenes of the World to Come: European Architecture and the American Challenge (Centre canadien d’architecture, 1995). Après des années d’enseignement en France, où il a été un ardent défenseur de la recherche architecturale dans les écoles d’architecture et à l’université, J-L. Cohen  est actuellement professeur Sheldon H. Solow d’Histoire de l’architecture à l’Institute of Fine Arts de la New York University.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean-Louis Cohen
Légende © Gitty Darugar, 2009, d.r.
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/5694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maristella Casciato, « Portrait. Jean-Louis Cohen », Critique d’art [En ligne], 40 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/5694 ; DOI : 10.4000/critiquedart.5694

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org