Skip to navigation – Site map
2015

Jack Burnham, Dissolve into Comprehension: Writings and Interviews, 1964-2004

Fanny Drugeon
Dissolve into Comprehension: Writings and Interviews, 1964-2004
Jack Burnham, Dissolve into Comprehension: Writings and Interviews, 1964-2004

Cambridge : MIT Press, 2015, 317p. ill. 24 x 19cm, (Writing Art), eng

Bibliogr. Index

ISBN : 9780262029278

Ed. de Melissa Ragain. Préf. de Hans Haacke

Top of page

Full text

1Cette publication réunissant quarante ans de l’activité de Jack Burnham permet de comprendre son approche bien spécifique de la critique d’art reposant sur un parti pris pluridisciplinaire. La préface de l’artiste conceptuel allemand Hans Haacke témoigne de la connivence intellectuelle des deux hommes. Melissa Ragain, qui a scrupuleusement rassemblé et introduit ces textes, s’appuie sur le postulat suivant : s’il « est moins lu que Greenberg ou Fried, c’est en partie parce que ses écrits se sont toujours adressés au futur » (p. xi). Force est de constater que certains articles de la fin des années 1960 résonnent avec les préoccupations actuelles, de circulations des informations par exemple.

2Les quatre parties sont systématiquement introduites par une utile présentation de Melissa Ragain remettant ces écrits dans une perspective à la fois autobiographique, critique et historique.

3Si Jack Burnham est plus connu pour ses théories des systèmes et ses réflexions sur l’Art conceptuel, la première partie précise son approche de la sculpture traditionnelle. Les années 1960 sont marquées par sa double carrière de sculpteur et de critique de sculpture pour le Chicago Tribune ; le lien avec Rosalind Krauss qui publie en 1977 Sculpture in the Expanded Field est évident. La partie consacrée aux systèmes rassemble notamment trois essais de Jack Burnham : l’emblématique « Systems Aesthetics » publié en 1968 dans Artforum, « Real Time Systems » et « Notes on Art and Information Processing ». La publication de travaux inédits ou difficilement trouvables constitue un complément utile à la compréhension de cette réflexion critique autour des systèmes, de la dématérialisation ou de la nécessité d’une confrontation ou d’une rencontre entre esthétique et technique. Les mondes de l’art abordent par la suite les réseaux qui ont nourri, voire produit, l’art après la Seconde Guerre mondiale. Enfin, à travers un entretien avec Willoughby Sharp, entre autres, l’ultime partie « Arcana » aborde plus directement la figure de Marcel Duchamp, éclaircissant la pensée de Burnham sur l’objet. L’articulation de sa pensée est finalement présentée dans un contexte pédagogique, à travers des notes de cours. Le théoricien des nouveaux médias a en effet enseigné l’histoire de l’art à la Northwestern University et à l’université du Maryland.

4Le propos de cette publication n’est pas d’aborder le récent tournant mystique de Jack Burnham, mais bien de partir de ses réflexions multiples sur les artistes –Robert Morris, Alberto Giacometti, Donald Judd ou encore Bridget Riley–. On le lit avec intérêt sur les retombées de la science et de la technologie sur la sculpture, y compris son lien à la fin des années 1960 avec le Center for Advanced Visuel Studies du MIT qui lui a permis de travailler directement avec des ingénieurs. L’attitude à l’égard du formalisme, notamment la notion de style, est éminemment critique. Quant à l’influence du Structuralisme, elle est prégnante.

Top of page

References

Electronic reference

Fanny Drugeon, «  Jack Burnham, Dissolve into Comprehension: Writings and Interviews, 1964-2004 », Critique d’art [Online], All the reviews on line, Online since 20 May 2017, connection on 20 November 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/21460

Top of page

About the author

Fanny Drugeon

By this author

Top of page

Copyright

Archives de la critique d’art

Top of page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org