Navigation – Plan du site
2015

Matisse et la gravure : l’autre instrument

Fanny Drugeon
Matisse et la gravure : l’autre instrument
Matisse et la gravure : l’autre instrument

Milan : Silvana ; Le Cateau-Cambrésis : Musée départemental Matisse, 2015, 256p. ill. en noir et en coul. 28 x 25cm, fre/eng

Bibliogr. Chronol.

ISBN : 9788836632350. _ 35,00 €

Sous la dir. de Patrice Deparpe. Textes de Céline Chicha-Castex, Claude Duthuit, Marie-Thérèse Pulvénis de Séligny

Haut de page

Texte intégral

1Catalogue de l’exposition qui s’était tenue au Musée départemental Matisse, Matisse et la gravure met en lumière à la fois le rôle spécifique que l’estampe joue pour Henri Matisse et l’usage singulier qu’en fait l’artiste. En introduisant cette thématique, Patrice Deparpe, directeur du Musée départemental Matisse, souligne les influences subies, de l’hommage à Rembrandt dans ses toutes premières gravures à la parenté de pensée avec Eugène Delacroix, du rapport entre les œuvres et les matrices –Henri Matisse ne retouchant jamais ces dernières, à l’interaction entre les différentes techniques, par exemple avec la sculpture. Dans ses deux essais, Céline Chicha-Castex explicite ces différents points. Dans « Les techniques de Matisse », c’est tout le rapport de l’artiste à la technique et son exigence qui sont abordés. Le recensement des techniques employées par Matisse est associé à une réflexion sur la compréhension des matériaux, de l’époque et des sujets propres à chacune. Le dénombrement est effectué à partir du Catalogue raisonné de l’œuvre gravé : pointe sèche et eau-forte, 313 gravures ; gravure sur bois, uniquement quatre bois entre 1906 et 1907, tous des nus ; 306 lithographies ; une soixantaine de monotypes, uniquement entre 1915 et 1917 ; une cinquantaine de linogravures ; 57 planches d’aquatintes au sucre. Dans « Séries et variations », Céline Chicha-Castex aborde plus précisément la façon dont Matisse travaille. Par exemple l’« épreuve imprimée au cours du travail de l’estampe […] permet à l’artiste d’apprécier le résultat de sa gravure en cours de réalisation » (p. 120) qui ne séduit toutefois pas autant Matisse, privilégiant le recours à la photographie. De même « l’exploration du motif » comme La Grande Odalisque à la culotte bayadère de 1925 donne lieu à une réflexion. De nombreuses variations sont réalisées par l’intermédiaire des estampes, souvent tirées à 25 épreuves numérotées et signées par l’artiste, sans qu’il y ait pour autant une évolution à la façon de la série de dessins Thèmes et variations. Marie-Thérèse Pulvénis de Séligny (« Un trait pour des visages ») met finalement en relation la technique et l’exploration du visage humain. Outre le témoignage/hommage de Claude Duthuit à Henri Matisse et à Marguerite Duthuit-Matisse, cet ouvrage généreusement illustré constitue un outil pratique avec une organisation chronologique au sein des différentes techniques de l’estampe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Drugeon, « Matisse et la gravure : l’autre instrument », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/21415

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org