Navigation – Plan du site
2015

Otto Dix : la guerre

Fanny Drugeon
Otto Dix : la guerre
Otto Dix : la guerre

Paris : Gallimard ; Péronne : Historial de la Grande Guerre, 2015, 143p. ill. 27 x 20cm

Bibliogr.

ISBN : 9782070105960. _ 24,00 €

Préf. d’Hervé François. Textes de Frédérique Goerig-Hergott, Gerd Krumeich, Marie-Pascale Prévost-Bault

Haut de page

Texte intégral

1Otto Dix combat dans l’armée allemande pendant la Première Guerre mondiale. Ce traumatisme hante l’ensemble des cinquante gravures qui constituent Der Krieg [La Guerre], dont un exemplaire complet est conservé à l’HistoriaI de la Grande Guerre à Péronne et qui est reproduit dans cette publication. « Je n’ai pas peint des scènes de guerre pour empêcher la guerre […]. Je les ai peintes pour conjurer la guerre. » Ce constat d’Otto Dix, en 1946, introduit le texte de Frédérique Goerig-Hergott (« Otto Dix, peindre pour conjurer la guerre »). Ce riche essai ainsi que celui de Gerd Krumeich (« Le traumatisme de la défaite dans la République de Weimar ») approfondissent le contexte de création de ces eaux-fortes. Publiées à l’occasion du dixième anniversaire de la Grande Guerre, Der Krieg relève d’une commémoration dont on ne veut pas. L’Allemagne est encore meurtrie par la Première Guerre mondiale, secouée par l’atmosphère de guerre civile de la fin des années 1910, les ultra-nationalistes y demandent une héroïsation des combats. Otto Dix leur oppose un manifeste engagé composé de visions tragiques, à la façon de l’album Krieg dem Kriege [Guerre à la guerre] d’Ernst Friedrich. Edité en soixante-dix exemplaires, avec une préface du pacifiste Henri Barbusse, l’ouvrage ne trouve qu’un seul acquéreur.

2Marie-Pascale Prévost-Bault (« Der Krieg, une œuvre exceptionnelle ») introduit les œuvres à proprement parler, les thématiques et leur traitement. S’ensuit l’intégrale des remarquables cinquante eaux-fortes, présentées par Hervé François. Seuls les titres donnent le contexte. Ainsi Deux Soldats ensevelis (janvier 1916, Champagne) est constitué d’un espace mystérieux doté de crânes. Dans Champ de trous d’obus près de Dontrien, Champagne, éclairé par des fusées, aucun repère ne permet de situer ce paysage de cratères. La parenté avec Les Désastres de la guerre de Francisco de Goya est évidente, de la profondeur des noirs au traitement des corps. Tantôt le fantastique de certaines scènes domine, tantôt le réalisme s’impose dans des scènes de tranchées ou des charniers comme Cadavre de cheval ou Transplantation dont on apprend le travail d’après photographie. Le dialogue avec l’histoire de l’art est présent, tel le Crâne,vanité des temps modernes destructeurs, symbolisant l’absurdité d’un conflit qui s’éternise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Drugeon, « Otto Dix : la guerre », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/21414

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org