Navigation – Plan du site
Archives

Les Archives « Gérald Gassiot-Talabot » : mythologies, tendances, partis pris

Richard Leeman

Texte intégral

1Les Archives de la critique d’art ont récemment numérisé et inventorié un ensemble d’archives exceptionnel : le fonds de Gérald Gassiot-Talabot, disparu en 2002. Particulièrement intéressants sont les dossiers relatifs aux grandes expositions par lesquelles Gassiot-Talabot a pour une grande part construit son œuvre critique : Mythologies quotidiennes en 1964, La Figuration narrative dans l’art contemporain en 1965, Bande dessinée et figuration narrative en 1967, Mythologies quotidiennes 2 en 1977 et Tendances de l’art en France 2 en 1979. Il ne faut pas mésestimer d’autres dossiers, comme ceux sur les expositions Donné à voir dans les années 1960 ou sur la Biennale de Venise (1962 et 1964) ; il faut aussi se plonger dans les nombreux dossiers d’artistes comprenant les textes que Gassiot-Talabot a publiés accompagnés de toute une documentation et de correspondances (Antonio Recalcati, Iaroslav Serpan, Vladimir Velickovic, Pierre Pinoncelli, Peter Stämpfli, mais aussi Ben, Jean Dewasne, Frédéric Benrath). L’ensemble constitue un corpus absolument fondamental pour renouveler non seulement l’histoire de la Figuration narrative, quelque peu accaparée par ses plus fidèles et anciens soutiens d’Opus International, ou maigrement survolée par une exposition récente au Grand Palais, mais aussi, plus largement, l’histoire de l’art des années 1960 et 1970 en France.

Mythologies quotidiennes, 1964

2Le dossier des Mythologies quotidiennes permet de préciser clairement l’inscription de cette exposition dans l’histoire fructueuse, à cette époque, des relations franco-américaines. Et en premier lieu, le rapport au Pop américain. L’exposition se situe dans la ligne de l’article que Gassiot-Talabot avait écrit en 1963 dans Art International au sujet de l’exposition Andy Warhol chez Ileana Sonnabend et de l’« abdication » et de la « capitulation » supposées du Pop ou du Nouveau réalisme vis-à-vis des valeurs précisément dénoncées par les jeunes peintres de « l’Ecole de Paris ». Dans le texte présentant l’exposition, dont nous avons ici le brouillon abondamment raturé, le critique oppose à l’« objectivité monumentale du Pop Art » le « subjectivisme créateur » qui serait une caractéristique européenne —autant dire française. Les artistes de l’Ecole de Paris, refusant d’être de « simples témoins indifférents ou blasés » (ce qui laisse supposer que les Américains le fussent), se caractérisaient par leur engagement, par « l’humour, la malice, une lucidité qui ne se paye pas de mots », valeurs éminemment françaises aux yeux du critique, face à la « dérision statique » du Pop.

3La victoire de Robert Rauschenberg à Venise, en pleine préparation de l’exposition qui est inaugurée le 7 juillet 1964 (ill. 1 et 5), donne à Gassiot-Talabot l’occasion de réaffirmer sa position : dans une série de lettres à André Malraux (ill. 3), à André Parinaud, le directeur de la revue Arts, il fait même très opportunément de cette exposition une réponse de « l’Ecole de Paris » à la victoire américaine à Venise en juin, et aux propos « scandaleux » d’Alan Solomon (qui, en substance, avait dit que le centre du monde artistique était désormais New York).

Ill. 1 : Dîner du vernissage de Mythologies Quotidiennes, 1964.

Ill. 1 : Dîner du vernissage de Mythologies Quotidiennes, 1964.

Fonds numérisé Gérald Gassiot-Talabot © André Morain, d.r.

Ill. 2 : Extrait de la préface de Tendances de l’art en France 2, 1979. Brouillon de l’entretien avec Anne Tronche.

Ill. 2 : Extrait de la préface de Tendances de l’art en France 2, 1979. Brouillon de l’entretien avec Anne Tronche.

Fonds numérisé Gérald Gassiot-Talabot

Ill. 3 : Lettre à André Malraux, 6 juillet 1964.

Ill. 3 : Lettre à André Malraux, 6 juillet 1964.

Fonds numérisé Gérald Gassiot-Talabot © Benoît Larrieu Gassiot-Talabot

4Malheureusement, pour beaucoup, cette distinction que cherche à établir le critique n’est pas si claire, comme le montre une lettre du 25 juillet de Jean-Robert Arnaud, directeur de Cimaise : « Si telles sont vos options actuelles, j’avoue mal comprendre vos attaques contre le Pop. » D’autres correspondances montrent cette difficulté du critique à faire cesser cette « intolérable et incessante association avec le Pop américain » : une longue lettre à Bernard Rancillac évoque à la fois l’hostilité de Michel Ragon dans Arts (« On ne sauvera pas l’Ecole de Paris en imitant New York »), et d’Otto Hahn dans L’Express, à qui il écrit une lettre que l’on trouve aussi dans le dossier.

Tendances de l’art en France 2, 1968-1978

5Quinze ans plus tard, Suzanne Pagé demande à Gassiot-Talabot de concevoir, dans le cadre du Festival d’automne, une exposition de ses « partis pris », second volet succédant, d’octobre à décembre 1979, aux « partis pris de Marcelin Pleynet » qui s’était tenu en septembre-octobre ; ce dernier avait assez logiquement fait les choix d’une « peinture-peinture » ; aux héritiers putatifs de Paul Cézanne et Henri Matisse, devait donc succéder la peinture figurative défendue par Gassiot-Talabot, dans ce qui apparaissait à beaucoup comme une opposition manichéenne, voire un « match de boxe » (dans une lettre de Gérard Titus-Carmel, le terme est repris par Gassiot-Talabot dans sa préface). A la suite de ces deux expositions, devait se tenir un troisième volet, « Partis pris autres », présentant des artistes ne souhaitant pas de patronage critique (Christian Boltanski, Paul-Armand Gette, Annette Messager, Jean Le Gac, Sarkis, Anne et Patrick Poirier entre autres).

6Le fonds relatif à cette exposition est là encore exceptionnel ; outre les brouillons manuscrits et tapuscrits abondamment corrigés et annotés du long entretien avec Anne Tronche (ill. 2) qui constitue la préface du catalogue, il comprend un ensemble de lettres d’artistes répondant à l’invitation du critique. La plupart témoigne de l’amitié des artistes « historiques » de la Figuration narrative ; un certain nombre (Jacques Monory, Alain Tirouflet, Jean-Pierre Le Boul’ch, Peter Klasen), le remercie tout particulièrement pour la chaleur et le ton de la lettre d’invitation.

  • 1 Voir Une Scène parisienne 1968-1972 (sous la dir. de Jean-Marc Poinsot), Rennes : Centre d’Histoire (...)

7Comme le dit Gassiot-Talabot dans sa préface, et comme le montre une liste manuscrite et une seconde liste tapuscrite (ill. 4), les artistes sécessionnistes des « Autres partis pris » faisaient pour la plupart initialement partie de ses invités. Gassiot-Talabot opposait donc à Marcelin Pleynet non pas « son » groupe réanimé par les Mythologies quotidiennes 2 en 1977, mais un ensemble plus large comprenant le « body art » (Michel Journiac, Gina Pane, Tetsumi Kudo), l’art sociologique (Hervé Fischer et Fred Forest) et, donc, cet « autre » dont ni la critique ni l’historiographie n’ont pour une fois fixé de nom et qui constitue à tout le moins une « scène parisienne »1.

Ill. 4 : Liste des artistes invités à Tendances de l’art en France 2.

Ill. 4 : Liste des artistes invités à Tendances de l’art en France 2.

Fonds numérisé Gérald Gassiot-Talabot

Ill. 5 : Soirée d’inauguration de Mythologies Quotidiennes, 1964.

Ill. 5 : Soirée d’inauguration de Mythologies Quotidiennes, 1964.

Gérald Gassiot-Talabot est ici entouré des artistes Samuel Buri, Jean Tinguely, Jacques Monory, Hervé Télémaque, Marie-Claude Dane, Peter Foldes, Bernard Rancillac, Daniel Humair, Antonio Berni, Atila, Cheval-Bertrand, Edmund Alleyn.
Assis de gauche à droite : Peter Klasen, Klaus Geissler, Niki de Saint Phalle, Jan Voss.

Fonds numérisé Gérald Gassiot-Talabot © André Morain, d.r.

8Les lettres de refus, qui se trouvent dans le fonds, s’inscrivent dans l’histoire des relations orageuses que pouvaient entretenir certains artistes avec des critiques ou des commissaires perçus comme trop encombrants. On peut se souvenir de la lettre ouverte que Bernard Borgeaud, Michel Journiac et Gina Pane envoyèrent à François Mathey à l’occasion de l’« expo Pompidou » en 1972, qui entre autres reproches faits à la sélection contestaient le regroupement de leurs noms sous la rubrique « action » ; ou encore de l’agacement (le mot est faible) de Daniel Buren dans sa lettre ouverte à Jean Clair au sujet de son livre L’Art en France en 1973 ; ou encore de la lettre ouverte à Harald Szeemann, publiée dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung, de plusieurs artistes américains à commencer par Robert Morris, refusant d’être pris en otage des catégories de la Documenta de 1972.

9Gassiot-Talabot évoque à deux reprises cette affaire, non sans une amertume, dans l’entretien avec Anne Tronche ; il explique s’être « heurté à des attitudes, à des mentalités » qu’il met finalement au compte de « soucis de carrière », de « conflits de personnes », d’« incompatibilités catégorielles », et de stratégies relatives au marché. Sans doute. La correspondance montre que certains des artistes en question (Messager, les Poirier, Titus-Carmel), a priori favorables, réclamaient à Gassiot-Talabot la liste des participants : c’est quand ils la reçurent, bien tardivement, qu’ils refusèrent d’être associés à l’exposition. Malgré les politesses et les euphémismes, ces lettres en disent long sur le sentiment que pouvait inspirer à ces artistes « sécessionnistes » l’idée d’une quelconque association avec les peintres de la Figuration narrative. Elles en disent long, aussi, sur la relation que ces artistes avaient au critique qui, outrepassant le commentaire ou le soutien, était suspect de jouer au Pygmalion, selon une voie ouverte par Pierre Restany avec le Nouveau réalisme ou Harald Szeemann avec « l’exposition de l’exposition » comme disait Buren.

10Une phrase de Gassiot-Talabot, biffée et non publiée dans l’entretien définitif, nous enseigne aussi la portée de tels refus : « J’ai cherché à éviter l’écueil de la répétition et je n’y suis pas parvenu dans la mesure où on m’a interdit de l’éviter ». On appelle cela le syndrome de Pygmalion, précisément.

Haut de page

Notes

1 Voir Une Scène parisienne 1968-1972 (sous la dir. de Jean-Marc Poinsot), Rennes : Centre d’Histoire de l’art contemporain ; Châteaugiron : Frac Bretagne, 1991

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Dîner du vernissage de Mythologies Quotidiennes, 1964.
Crédits Fonds numérisé Gérald Gassiot-Talabot © André Morain, d.r.
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Ill. 2 : Extrait de la préface de Tendances de l’art en France 2, 1979. Brouillon de l’entretien avec Anne Tronche.
Crédits Fonds numérisé Gérald Gassiot-Talabot
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Ill. 3 : Lettre à André Malraux, 6 juillet 1964.
Crédits Fonds numérisé Gérald Gassiot-Talabot © Benoît Larrieu Gassiot-Talabot
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1382/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Ill. 4 : Liste des artistes invités à Tendances de l’art en France 2.
Crédits Fonds numérisé Gérald Gassiot-Talabot
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1382/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Ill. 5 : Soirée d’inauguration de Mythologies Quotidiennes, 1964.
Légende Gérald Gassiot-Talabot est ici entouré des artistes Samuel Buri, Jean Tinguely, Jacques Monory, Hervé Télémaque, Marie-Claude Dane, Peter Foldes, Bernard Rancillac, Daniel Humair, Antonio Berni, Atila, Cheval-Bertrand, Edmund Alleyn. Assis de gauche à droite : Peter Klasen, Klaus Geissler, Niki de Saint Phalle, Jan Voss.
Crédits Fonds numérisé Gérald Gassiot-Talabot © André Morain, d.r.
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/1382/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Leeman, « Les Archives « Gérald Gassiot-Talabot » : mythologies, tendances, partis pris », Critique d’art [En ligne], 37 | Printemps 2011, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1382 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1382

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org