Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Pierre Sterckx

Fanny Drugeon

Texte intégral

Pierre Sterckx, 2008Afficher l'image
Crédits : © Fanny Drugeon
  • 1  Gilles Barbier : un abézédaire dans le désordre, Paris : Ed. du Regard, 2008, p. 23. Voir la note (...)

1« Entrez par où vous voudrez », tel est le conseil -et l’approche- de Pierre Sterckx pour aborder l’œuvre d’un artiste, en l’occurrence celle de Gilles Barbier1. « On étouffe, on meurt d’excès d’historicité en art », écrit-il, soulignant la nécessité d’un nouveau discours.

  • 2  Il a notamment été commissaire de Souriez, c’est de l’art au Centre Wallonie-Bruxelles en 2005. Au (...)

2Installé à Paris dans les années 1990, Pierre Sterckx multiplie les activités, tout à la fois historien de l’art, critique d’art, consultant en art contemporain, commissaire d’expositions2, spécialiste d’Hergé, de René Magritte, ancien directeur de l’Ecole de recherche graphique de Bruxelles, créée par Thierry de Duves, et enseignant à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts et à l’Institut supérieur d’études des arts (IESA), à Paris. Féru de jazz, il organise en 1968 le premier concert de Keith Jarrett à Bruxelles, ou bien encore il participe à la création du Théâtre de la Balançoire avec le loufoque Vous disiez, Monsieur Ingres,en 1975.

3Commençons par le commencement, il nous le pardonnera…

  • 3  Voir par exemple avec Thierry Smolderen, Hergé : portrait biographique, Paris : Casterman, 1988.

4Pierre Sterckx se forme à Bruxelles, ville dynamique en matière d’art contemporain dans les années 60-70. Il y côtoie collectionneurs et galeristes, comme Marcel Stal de la galerie Carrefour. C’est dans cette galerie qu’il fait la connaissance d’Hergé en 1963, rencontre importante pour ce tintinologue averti3.

  • 4  Hans Holbein : outrage à la représentation, Bruxelles : La Lettre Volée, 2007
  • 5  Tintin schizo, Paris : Les Impressions nouvelles, 2007
  • 6  Le Devenir-cochon de Wim Delvoye, Bruxelles : La Lettre Volée, 2007

5L’écriture est là depuis toujours et les rencontres comptent, particulièrement celle avec l’œuvre de Gilles Deleuze. L’influence deleuzienne se ressent pleinement dans ses essais, qu’ils portent sur Hans Holbein4 ou sur Tintin5. Pierre Sterckx aboutit à une « poétique critique », qui n’est toutefois pas inféodée au concept de Deleuze. Il en reprend les outils théoriques, par exemple le « devenir-animal » pour G. Barbier ou Wim Delvoye6.

  • 7  « René Magritte : Le viol », Art press, n° 124, avril 1988, p. 88-89
  • 8  Voir notamment René Magritte : The Empire Of Images, Paris : Assouline, 2003.
  • 9  A paraître aux Presses universitaires de France.
  • 10  Impasses et impostures en art contemporain, Paris : Anabet, septembre 2008.

6Critique d’art pour le mensuel belge Clés pour les arts dans les années 1970, il collabore ensuite avec Art press, ainsi qu’avec Beaux-arts magazine depuis 1997. Il poursuit dans ses articles son mode de pensée selon un système réticulaire latéral. D’un article naît l’enthousiasme pour Magritte, en 19887 ; il en multiplie alors les études8. Il est d’ailleurs scénariste du Cd-rom Le Mystère Magritte, qui obtient en 1996 le grand prix du CNRS. La « pensée en crabe » de P. Sterckx ne cesse d’étonner. Il s’apprête actuellement à publier un ouvrage sur Johannes Vermeer, relecture deleuzienne de l’œuvre9, et un pamphlet sur l’art contemporain10.

Haut de page

Notes

1  Gilles Barbier : un abézédaire dans le désordre, Paris : Ed. du Regard, 2008, p. 23. Voir la note de lecture n° 072 qui lui est consacrée dans ce numéro de Critique d’art, p. 35

2  Il a notamment été commissaire de Souriez, c’est de l’art au Centre Wallonie-Bruxelles en 2005. Au printemps 2009, il s’occupera d’une exposition à la Maison rouge (Paris) sur les originaux de la bande dessinée.

3  Voir par exemple avec Thierry Smolderen, Hergé : portrait biographique, Paris : Casterman, 1988.

4  Hans Holbein : outrage à la représentation, Bruxelles : La Lettre Volée, 2007

5  Tintin schizo, Paris : Les Impressions nouvelles, 2007

6  Le Devenir-cochon de Wim Delvoye, Bruxelles : La Lettre Volée, 2007

7  « René Magritte : Le viol », Art press, n° 124, avril 1988, p. 88-89

8  Voir notamment René Magritte : The Empire Of Images, Paris : Assouline, 2003.

9  A paraître aux Presses universitaires de France.

10  Impasses et impostures en art contemporain, Paris : Anabet, septembre 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Drugeon, « Portrait. Pierre Sterckx », Critique d’art [En ligne], 32 | Automne 2008, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/965 ; DOI : 10.4000/critiquedart.965

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org