Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Catalogues collectifs

Zero : avant-garde internationale des années 1950-1960

Marion Hohlfeldt
Référence(s) :

Zero : avant-garde internationale des années 1950-1960, Clermont-Ferrand : Un, deux… quatre ; Saint-Etienne : Musée d’art moderne, 2006

Texte intégral

1Plus que la réunion des trois artistes Heinz Mack, Otto Piene et Günther Uecker, Zero constitue une mouvance artistique largement partagée au-delà de la République fédérale d’Allemagne, dont le principal moteur résidait dans la volonté d’inscrire une rupture avec une peinture gestuelle qui caractérise la fin des années 1950. Les artistes choisissent la vacuité du signe induisant une ouverture structurelle de l’œuvre capable donc d’exprimer l’indicible ou le sensible à travers une forme objective. Il fallait partir de zéro, écrivait Otto Piene, dans une « zone de silence et de nouveaux possibles. » Le nom « Zero » exprime ainsi à la fois la table rase —l’heure zéro après les dévastations de la guerre— et le vide annonçant liberté et renouveau. L’espace vacant permet une création autre que nous trouvons de Jiro Yoshihara à John Cage, de Lucio Fontana à Guy Debord, d’Yves Klein à Gerhard von Graevenitz. Il a aussi par ailleurs inspiré Umberto Eco dans l’élaboration de son œuvre ouverte.

2La spécificité de ce catalogue réside dans son souhait de recréer le contexte international —le Zeitgeist— qui a engendré cette sensibilité artistique spécifique. C’est donc la première fois qu’une exposition et son catalogue réunissent un regard aussi large et appuyé à la fois sur le mouvement Zero (qui réunit publication de revues, conférences, expositions, créations) et ses affinités artis-tiques. Les contributions aux catalogues établissent des liens, parfois insoupçonnés, entre les différentes orientations nationales et les développent devant la question récurrente du silence éloquent du signe pictural. De l’utopie d’une démarche collective, d’un échange entre artistes —dont témoignent les nombreuses fondations de groupes nationaux et internationaux—, les œuvres proposent souvent un appel à l’interaction qui déborde le cadre de la création picturale et s’engage dans l’espace. Ainsi, l’activation de l’œuvre —cinétique ou environnementale— s’accompagne d’une animation lumineuse capable d’ouvrir sur des situations plus que sur des expositions.

3Le catalogue présente le travail d’une cinquantaine d’artistes ayant tous participé aux principales expositions Zero de 1958 à 1965, focalisant donc sur l’engrenage des idées et des processus artistiques. Les notices individuelles et les illustrations en couleur s’accompagnent d’une chronologie complète qui prend son départ avec la publication du Manifiesto Blanco de L. Fontana en 1946 et se clôt, vingt ans plus tard, avec la dissolution du groupe de Düsseldorf en 1966. Il constitue ainsi un excellent outil de travail et comble une lacune historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Hohlfeldt, « Zero : avant-garde internationale des années 1950-1960 », Critique d’art [En ligne], 29 | Printemps 2007, mis en ligne le 01 février 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/927

Haut de page

Auteur

Marion Hohlfeldt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org