Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Catalogues monographiques

Cécile Bart : plein jour

Jean Arnaud
Référence(s) :

Cécile Bart : plein jour, Dijon : Les Presses du réel, 2008

Texte intégral

  • 1  Les peintures/écrans sont réalisées sur un Tergal plein jour translucide. Lisses, Coulisses et Tor (...)

1Sur les 350 pages de cette monographie, Cécile Bart a organisé les 300 premières en une suite photographique ; elle expose sa démarche sans chronologie, en privilégiant des thématiques implicites dans une histoire sans paroles. Ce choix éditorial est d’autant plus judicieux qu’il construit page après page un équivalent spatio-temporel fluide à la déambulation proposée aux spectateurs dans les expositions. L’iconographie sélectionnée par C. Bart révèle en effet la respiration et les effets optiques de ses installations ; l’artiste montre comment les jeux de clair-obscur et la disposition spatiale de ses peintures/écrans ou de ses plus récentes Lisses, Coulisses et Toros1, informent et transforment le lieu. Elle met en évidence ce mouvement du regard traversant qui caractérise ses œuvres, par rapport au mouvement cinématographique, musical ou chorégraphique. Le scénario du livre souligne également le rôle déterminant de l’éclairage sur les surfaces texturées, qui brouille les repères de profondeur.

2Pour créer dans son livre un équivalent à ce théâtre d’ombres, l’artiste a choisi d’alterner des vues d’installations, des pages blanches, des photogrammes de films classiques et des photographies personnelles ou empruntées. La relation déterminante entre tramage de l’espace et sous-exposition lumineuse est ainsi soulignée par le voisinage d’une photographie figurant Ad Reinhardt en contre-jour dans son atelier et de deux photogrammes tirés de Gertrud, le film de Carl Dreyer. Sur un mode similaire, le mouvement linéaire et aérien qui anime les Coulisses est accompagné de celui d’un métier à tisser, d’un décor de Joseph Svoboda et de la fumée photographiée par Marey. Parallèlement, on comprend le fonctionnement architectural de ces œuvres cloisons par des vues de fenêtres, d’une maison japonaise, de paysages et de nuages […], qui constituent autant d’introductions à l’expérience sensible proposée par C. Bart.

  • 2  A la skènografia, Cécile Bart ajoute « la skiagrafia, l’écriture de l’ombre et de la lumière produ (...)

3Parmi les cinq textes théoriques groupés en fin de livre, deux sont des reprises : Eric de Chassey étudie les peintures/écransen tant que modulateurs lumino-chromatiques notamment par rapport à l’héritage de Matisse, et Christian Besson analyse la phénoménologie skiagraphique de l’œuvre2 ; ce dernier explique très bien les paradoxes de cette expérience esthétique du passage. Dans Optisserie, l’un des trois nouveaux textes du livre, Pascal Rousseau met en perspective historique les mécanismes optiques des tissages visuels et de la musique pour les yeux que l’artiste déploie dans l’espace diaphane. Enfin, si Julien Fronsacq revient sur la planéité picturale paradoxale de l’œuvre, Dominique Païni envisage le mouvement qui anime les écrans de C. Bart par rapport aux films qu’elle cite dans le livre (La Nuit du chasseur, Le Voyage en Italie, etc.). La sous-exposition, le poudroiement de l’image et l’affleurement de la lumière organisent les fictions de l’artiste selon une prédation optique et temporelle, comme au cinéma.

4Globalement, cet ouvrage analyse avec force l’œuvre de C. Bart en tant que transformateur du regard porté sur notre environnement réel et médiatique. Comme alternative au terrible oubli, aujourd’hui imposé par la rapidité des flux visuels consuméristes, l’artiste privilégie l’arrêt sur image ; elle propose au spectateur flâneur de prendre position et d’inventer ainsi l’espace-temps présent au rythme de son pas, contre l’éblouissement permanent.

Haut de page

Notes

1  Les peintures/écrans sont réalisées sur un Tergal plein jour translucide. Lisses, Coulisses et Toros sont constitués de fils de coton-laine suspendus et lestés d’un petit plomb.

2  A la skènografia, Cécile Bart ajoute « la skiagrafia, l’écriture de l’ombre et de la lumière productrice de profondeur ». Lire Christian Besson, p. 313.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Arnaud, « Cécile Bart : plein jour », Critique d’art [En ligne], 32 | Automne 2008, mis en ligne le 01 février 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/914

Haut de page

Auteur

Jean Arnaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org