Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres collectifs

Marc Couturier

Robert Fleck
Référence(s) :

Marc Couturier, Paris : Ereme, 2006

Texte intégral

1Marc Couturier est l’artiste français le plus engagé, depuis une vingtaine d’années, pour un symbolisme contemporain. Cette monographie est la première grande étude sur l’artiste et son œuvre. Elle comporte trois parties : une véritable rétrospective de l’artiste, sur une centaine de pages de photographies d’œuvres in situ, non commentées ; une étude d’Anne Dagbert sur le déroulement et l’œuvre de l’artiste ; ainsi qu’une analyse par Jean-Michel Phéline (également auteur de photographies dans le livre) sur Croix et Gloire, une commande publique religieuse de Marc Couturier, à Notre-Dame de Paris.

2Cette œuvre est issue d’une véritable révélation, vécue en 1984. Marc Couturier se consacrera à l’art à partir de l’appropriation d’un objet du monde existant, et de son « auratisation » par une exposition à Belfort. Cette décision, à l’âge de 38 ans, provoque un second paradoxe : il s’agit d’emblée d’une « œuvre tardive », par la sagesse, la liberté formelle et l’usage symboliste ou auratique du vocabulaire formel issu du Minimalisme et de l’Art conceptuel. Par leur maîtrise formelle, et leur liberté —celle d’un autodidacte— les œuvres de Marc Couturier rappellent celles d’un autre grand autodidacte de l’art contemporain, Franz West, venu également tardivement à l’art de la sculpture et, à quelques mois près, le contemporain immédiat de Marc Couturier. L’origine autodidacte, Marc Couturier la partage en France avec Jean-Pierre Raynaud, tandis que Christian Boltanski, l’autre grand symboliste, est issu d’une socialisation artistique très différente.

3L’étude détaillée et documentée d’Anne Dagbert cerne très bien les idées directrices de cette œuvre et leur inscription dans la chronologie de l’art contemporain en France depuis les années 1980. « La démarche de Marc Couturier : rendre visible et matérialiser une spiritualité toute personnelle », inaugurée par l’exposition d’une Barque de Saône à Belfort en 1985, élabore ensuite « une pensée relationnelle nouvelle dans le champ du sacré ». Incarnant la figure, devenue rare, d’un artiste catholique croyant, Marc Couturier arrive à toucher, par ses œuvres, un public détaché, voire des personnes profondément anti-cléricales. Sa « posture post-romantique -celle de l’artiste démiurge et inspiré » (A. Dagbert), comparable en cela à Mario Merz ou Franz West, ne l’explique qu’à moitié.

4La clé de cette œuvre -parfaitement décrite par Anne Dagbert- réside dans l’amour du jeu de mots, de la « similitude phonétique entre les noms et les correspondances de dates ». D’où le côté « inhabituel » de cette œuvre, et la proximité avec l’œuvre de Raymond Hains que Marc Couturier n’a pas fini de croiser depuis Marie-Claude Beaud et la Fondation Cartier, jusqu’à la gare de Gael en 2006. Hains, destructeur de toute croyance, et Couturier, le croyant, prouvent que le jeu de langage est une puissance formelle dans le monde des images contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Fleck, « Marc Couturier », Critique d’art [En ligne], 29 | Printemps 2007, mis en ligne le 31 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/895

Haut de page

Auteur

Robert Fleck

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org