Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Andrea Lauterwein. Anselm Kiefer et la poésie de Paul Celan

Robert Fleck
Référence(s) :

Lauterwein, Andrea. Anselm Kiefer et la poésie de Paul Celan, Paris : Ed. du Regard, 2006

Texte intégral

1Anselm Kiefer est certainement le peintre contemporain qui a le plus intégré les écrits de figures littéraires et de philosophes dans son œuvre, en citant leurs noms propres, les transformant en lieux de mémoire donnant accès à l’inconscient collectif dans les domaines de l’esthétique et de l’histoire, ou même en construisant sa peinture sous une forme proprement poétique qui emprunte ses méthodes et son agencement aux expressions métaphoriques et aux images-concepts des philosophes et écrivains. Dans ce vaste panthéon de la pensée des XIXe et XXe siècles, Paul Celan tient une place centrale. La monographie proposée par Andrea Lauterwein est irréprochable dans sa maîtrise du sujet « Anselm Kiefer », dans ses références historiques et l’analyse des œuvres évoquées. Mais elle est surtout convaincante par son tour de force, par son projet de penser ensemble, dans le même mouvement, le travail du peintre et celui du poète. L’auteur enchevêtre non seulement les mots de Paul Celan, leurs images et leurs sens à la fois denses et multiples, mais aussi les traces, les surfaces et les couleurs dont Anselm Kiefer surcharge ses tableaux. Elle ne tombe jamais dans des généralités. Andrea Lauterwein se réfère toujours à l’analyse d’œuvres concrètes, tout en déployant une connaissance impressionnante des innombrables commentaires suscités par la peinture d’Anselm Kiefer, mais également par la poésie de Paul Celan. Auteur d’un Essai sur la mémoire de la Shoah en Allemagne fédérale (2005) et d’une analyse remarquée sur Paul Celan (2005), Andrea Lauterwein, née à Zurich et vivant à Paris, a soutenu sa thèse de doctorat sur Anselm Kiefer et Paul Celan. Son livre combine la tradition philologique germanophone et une approche de l’histoire de l’art à la fois sociologique et marquée par Aby Warburg. Deux thèmes majeurs se dégagent de cette lecture qui se développe sur fond d’une connaissance importante de l’historiographie : la Shoah et sa mémoire, entrée dans l’espace littéraire grâce à Paul Celan et devenue la raison même de l’œuvre d’Anselm Kiefer, seul artiste allemand contemporain à se confronter systématiquement à cette mémoire de l’inoubliable ; et la conscience malheureuse, chez Paul Celan, confrontée à la conscience du mal chez Anselm Kiefer. Deux autres sujets en sont la conséquence : d’une part, le dialogue intense, mais peu analysé en profondeur, entre écriture et peinture qui se développe dans cette relation imaginaire entre Kiefer et Celan ; d’autre part, une magnifique démonstration de la manière dont, à la fois, cette peinture et cette poésie arrivent à toucher l’histoire. Ce livre, doté d’une riche bibliographie et d’un index des œuvres citées, fort utiles, a reçu le prix Artcurial du livre d’art contemporain 2006. Il constitue un contre-argument important aux lectures simplistes, répétées depuis un quart de siècle, sur un prétendu révisionnisme qui serait à l’œuvre chez Anselm Kiefer ou chez Joseph Beuys.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Fleck, « Andrea Lauterwein. Anselm Kiefer et la poésie de Paul Celan », Critique d’art [En ligne], 29 | Printemps 2007, mis en ligne le 31 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/871

Haut de page

Auteur

Robert Fleck

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org