Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Joris-Karl Huysmans. Ecrits sur l’art 1867-1905

Bruno Nassim Aboudrar
Référence(s) :

Huysmans, Joris-Karl. Ecrits sur l’art 1867-1905, Paris : Bartillat, 2006

Texte intégral

1C’est une idée formidable que de publier en un volume l’ensemble des écrits sur l’art de Joris-Karl Huysmans. La vision que l’on en avait jusqu’alors était fractionnée : il y avait, d’un côté, le critique d’art à l’œil sûr (c’est-à-dire moderne, tant il est vrai que, pour une histoire de l’art toujours téléologique, être moderne c’est s’accorder à notre goût) ; de l’autre, l’esthète et le mystique, amateur des primitifs et des peintres du Nord. Le premier était aisément accessible au lecteur dans des éditions de poche, le second plus épars. La réunion des deux versants de l’œuvre sur l’art permet de la lire comme un tout déployé sur la vie entière de l’écrivain (le premier texte est de 1867, il a dix-neuf ans, le dernier de 1905, trois ans avant sa mort), un peu à la manière d’un journal, et d’en saisir, d’abord, l’évolutive unité. Huysmans, c’est un monde avant tout d’écriture. Un monde profondément ancré dans le dernier tiers du XIXe siècle, dont il est une des voix les plus représentatives et les plus singulières. La nécessité de ce qui est moderne, au sens de l’époque —Edouard Manet, Gustave Caillebotte et les impressionnistes—, un monde du chemin de fer et des loisirs en banlieue, des cafés, des gares et des grands magasins ne s’y oppose pas à l’esthétisation fin de siècle de la mystique gothique, mais forme avec celle-ci un tableau saisissant éclairé au gaz (Huysmans déplore que Le Bar aux Folies-Bergère de Manet le soit, contre toute vraisemblance, à la lumière du jour) où le lecteur retrouve les bourgeois satanistes de Là-bas, et les désolants ragoûts qu’on mange dans A vau-l’eau. C’est que la relation créatrice est ici réciproque : Huysmans, même quand il ne décrit pas leurs œuvres, écrit avec des images que lui fournissent des artistes comme Manet, Félicien Rops ou Grünewald, elles sont le matériau qu’il transforme ; il forme, en retour, ces œuvres d’écriture. A côté des Grünewald de Colmar ou des Manet du Musée d’Orsay, existent ceux de Huysmans, faits de son style et dans ses mots. Et cela ne se mesure pas seulement à la personnalité du style de l’écrivain, le même dans sa critique et dans ses romans, qu’on le voit élaborer au cours de ce volume, l’ordre chronologique aidant, mais aux effets émotionnels de la description, différents de ceux que causent les œuvres elles-mêmes. Par exemple, Huysmans est drôle ; et le lecteur se surprend à rire à haute voix devant des œuvres écrites qui, peintes, ne l’amusent pas (cela même les rares fois où le goût de l’écrivain peut sembler suranné, par exemple quand il condamne Le Sueur et la peinture française classique en général que l’on commence aujourd’hui seulement à réapprendre à voir).

2Le volume, passionnant à chaque page, sert ainsi autant la connaissance de l’écrivain que celle des artistes et des œuvres, ses sujets. Il aurait donc mérité une édition plus rigoureuse, qui renseigne sur les tableaux évoqués (leur date, la collection à laquelle ils appartiennent, leur format, et pas seulement la paresseuse correction de leur titre), et, quitte à l’orner de deux cahiers d’illustrations, on aurait préféré y voir des œuvres moins connues que celles reproduites (la Ronde de nuit, des Pommes de Paul Cézanne…), non rognées, avec des couleurs sinon justes, au moins plausibles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Nassim Aboudrar, « Joris-Karl Huysmans. Ecrits sur l’art 1867-1905 », Critique d’art [En ligne], 29 | Printemps 2007, mis en ligne le 31 janvier 2012, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/869

Haut de page

Auteur

Bruno Nassim Aboudrar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org