Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Marie-Laure Bernadac. Louise Bourgeois

Emmanuel Pernoud
Référence(s) :

Bernadac, Marie-Laure. Louise Bourgeois, Paris : Flammarion, 2006, (La Création contemporaine)

Texte intégral

1A chaque artiste sa manière de développer son œuvre : il en est des précoces et des tardifs, ceux qui ramassent leurs révolutions en quelques années ou d’autres qui les distribuent sur toute une vie. Avec Louise Bourgeois, qui vient de fêter ses 95 ans, le temps artistique s’octroie la durée de l’histoire longue, monumentale et vaguement intimidante. Ce n’est pas tant la stature de « patrimoine vivant » qui impressionne chez L. Bourgeois, qu’une capacité inépuisable à poursuivre sa propre histoire au lieu d’être rattrapée et définitivement classifiée par l’Histoire de l’art. L’une des surprises de la belle monographie signée par Marie-Laure Bernadac, ce sont les œuvres récentes de celle qui fit son apprentissage avec Fernand Léger, au milieu des années 1930, et qui fréquenta André Breton, Marcel Duchamp et Joan Mir— quelques années plus tard. Ce que L. Bourgeois fait depuis le début du XXIe siècle, les illustrations nous le montre, mais le texte nous permet surtout d’en saisir la nouveauté au sein d’une œuvre qui, pouvait-on penser, avait déjà livré l’essentiel. A propos de cette jeunesse de la vieillesse, l’auteur rappelle les précédents de Titien, Rembrandt, Pablo Picasso. Mais ici, devant ces figurines et ces têtes en tissu rembourré, plus encore que de jeunesse, c’est d’enfance qu’il faut parler, comme si le grand âge détachement aidant permettait de surmonter les refoulements et de recréer au plus près cette expérience de l’enfance qui n’a jamais voulu quitter la mémoire de L. Bourgeois. Le rose est la couleur de ces poupées de chiffon mais M-L. Bernadac sait nous en restituer la violence, c’est-à-dire le sens, comme elle parvient à nous faire saisir l’articulation de cette statuaire miniature et sans réels précédents chez L. Bourgeois avec les travaux antérieurs de cette dernière. Familière d’une œuvre qu’elle côtoie depuis longtemps, M-L. Bernadac était certes bien placée pour en retracer l’histoire, des années 1930 à nos jours. Encore fallait-il, comme ici, établir la subtile dialectique entre la compulsion mémorielle et l’innovation formelle, entre le chaos des émotions et leur mise en ordre, une tension qui oblige le commentateur, pour déchiffrer l’art de L. Bourgeois, à posséder autant la signification autobiographique de chaque œuvre que son contexte de création, depuis les parages du Surréalisme jusqu’aux performances engagées en passant par l’Eccentric Abstraction chère à Lucy Lippard. Contre l’excès de psychologisme qui trop souvent réduit l’œuvre du plus grand sculpteur vivant à quelque journal intime en trois dimensions, M-L. Bernadac rééquilibre la balance en faveur d’une lecture stylistique dont l’acuité culmine dans les pages consacrées au dessin. Art séminal dans l’œuvre de L. Bourgeois, la ligne du dessinateur reproduit des gestes qui comptèrent tous, à des titres divers, dans la vocation artistique de L. Bourgeois, tissage, écriture, figures algébriques. Dressant une nomenclature des travaux graphiques chez une artiste qui dessine de jour comme de nuit (l’ensemble des Insomnia Drawings de 1994-1995 compte 220 pièces), l’auteur excelle à répertorier formes et fonction de la ligne selon L. Bourgeois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Pernoud, « Marie-Laure Bernadac. Louise Bourgeois », Critique d’art [En ligne], 29 | Printemps 2007, mis en ligne le 31 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/860

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org