Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Rosemarie Trockel

Jean-Christophe Ammann
Traduction de Antje Kramer
Cet article est une traduction de :
Porträt. Rosemarie Trockel
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Portrait. Rosemarie Trockel

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Antje Kramer

Texte intégral

Cologne, 2010 © Curtis Anderson

1Née en 1952, Rosemarie Trockel a suivi, avant sa formation artistique de 1974 à 1978, des études en sciences des religions, mathématiques et anthropologie. Cette mention me semble intéressante parce que ces domaines scientifiques recouvrent l’environnement créatif de l’artiste. L’ensemble est tenu par une fine ironie et un humour enjoué.

2Sans doute les travaux issus des années 1980 expriment-ils le mieux la composante féminine du discours postféministe sur la bipolarité « homme-femme ». Ce sont des œuvres d’une souveraineté époustouflante, qui ouvrent la voie à toute une génération d’artistes-femmes. Une voie ouverte dans le sens où chacune de ces œuvres représente la partie émergée de l’iceberg. Autrement dit, Rosemarie Trockel ne poursuit pas une réflexion unidirectionnelle. Elle localise et active dans un champ large des stéréotypes/topoï qu’elle réalise tantôt avec des moyens modestes, tantôt en les inscrivant dans des contextes culturels et/ou historiques complexes.

3Exemple. Dans cube en acier, et inscrit sur un rectangle à la verticale, se trouvent six plaques chauffantes, assemblées comme sur un dé pour jouer. (Tout commentaire semble superflu)

4Autre exemple. Les tableaux tricotés, de grande taille, réalisés à la machine, mais tout de même : tricotés ! Dans deux bulles séparées, tombant verticalement du bord supérieur du tableau dans le champ de couleur noisette, on lit ces mots écrits à la main : « S’il-te-plaît, ne me fais rien »/ « Vite alors ». D’un point de vue masculin : il faut apparemment avoir la main ferme pour qu’elle ait du plaisir… Mais aussi : peur et désir. Ou : une situation de stress liée à la violence.

5Un autre tableau tricoté. Deux bulles, entrant cette fois-ci par le côté du tableau, présentent d’autres mots manuscrits : « What If »/ « Could be ». Quoi/Quand ? – Possible. Une indécision typiquement féminine. Est-ce bien cela ? La décision franche (masculine) mène-t-elle plus tôt au but ? Le temps extensible ne dépend-il que des options ? Le temps extensible n’est-il pas aussi un terrain fertile pour une pensée anticyclique ? N’est-ce pas le temps de l’artiste tout court lorsqu’il est précisément le plus grand chapitre de l’artiste ?

6Il y a la cagoule tricotée avec deux trous pour les yeux et un troisième pour la bouche. Un père de famille rentre le soir du travail. La télévision est allumée, les deux enfants sont en train de jouer, un poulet rôtit dans le four. Sa femme tricote. Au moment où il se penche pour l’embrasser sur le front, il découvre ce qu’elle tricote. Il se fige. Le choc lui coupe le souffle. Sa femme prépare-t-elle un hold-up ?

7Dans une simple structure en bois, étroite et élancée, est accroché un bas de soie translucide, couleur chair. Au fond de ce bas se trouve la moulure en argile d’une tête d’un temps préhistorique. Cette tête dispose d’un nez long et proéminent. Selon un proverbe allemand : « Tel le nez d’un homme, tel son “Johannes” ». Comme si les femmes étaient avides - d’un point de vue masculin - de trouver un “Johannes” (bite) particulièrement grand. Mais cela n’est qu’une version des choses. L’autre, franchement perfide, se montre dans l’allongement du bas de soie, causé par le poids de la petite tête. En tant qu’homme face à cette œuvre, on se tord aussitôt, ayant la sensation douloureuse que le poids des testicules rallongerait les couilles tel un chewing-gum.

8Sur une autre structure en bois, d’une beauté envoûtante, le corps d’une fille en cire d’abeille est allongé sur le ventre. Mais il lui manque le torse ; le corps ayant été coupé à la taille. Le bord de la coupure coïncide avec l’un des bords de la structure en bois. A l’autre bout, là où se situent les pieds, se trouve une plaque en verre, dotée d’une sérigraphie translucide du Tricheur à l’as de carreau de Georges de la Tour. Deux aspects sont à souligner. Le premier, relevant de l’histoire culturelle, consiste dans le fait que sur les foires du XIXe siècle, des filles posées sur une planche devaient redresser le torse pour que les spectateurs aient la sensation de voir une personne debout. La jupe à frou-frou tombait jusque sur le sol. A l’aide d’une épée, le magicien transperçait la jupe, piquait dedans, afin d’exhiber La Dame sans bas-ventre. Les spectateurs jubilaient, alors que le sourire de la Femme sans bas-ventre se figeait sous l’effort intenable consistant à garder le torse dressé à la verticale. Puis le rideau tombait. Ce deuxième aspect concerne le voyeurisme du spectateur d’aujourd’hui. Il voit ce que les gens curieux d’antan ne voyaient pas, à savoir le bas-ventre parfait de la fille. Si l’on regarde à travers la plaque de verre sérigraphiée, on aperçoit à la fois l’escroc dans le tableau de de la Tour et les fesses délicieuses de la fille. On voit dans ses fesses. Ceci ajoute indirectement une autre connotation, celle du « regard pornographique » masculin - en ce sens qu’il offre le plaisir à l’œil scrutateur.

9La dernière œuvre que je voudrais évoquer ici s’appelle Sans Titre (Daddy´s Striptease Room). Le titre est issu d’une histoire sans importance. Rosemarie Trockel avait noté les mots qui sont restés avant de découvrir par hasard une maquette de la cathédrale de Cologne dans une brocante. Celle-ci date des années 1930 et montre l’état de la cathédrale au XIXe siècle. L’artiste s’est procuré un carton à télévision, a découpé sur les quatre côtés des ouvertures carrées, a posé la maquette de la cathédrale à l’intérieur et, puisque l’une des tours dépassait, l’a réduite et peinte en noir. Elle a appliqué, tel un logo d’entreprise frivole, les mots Daddy´s Striptease Room sur l’emballage en carton. Seulement à la toute fin, elle a fermé l’emballage à l’aide d’un scotch recouvrant partiellement l’inscription. Certes, aller à confesse est à la mode. Mais il y a plus encore : une mise à nu voluptueuse. Puisque l’église catholique est un clan masculin pur et dur, il en résulte des réseaux de relations sexualisés qui aboutissent à des dépendances et des permissivités. Le cercle clos développe sa propre bipolarité fermée hermétiquement. Il est hautement remarquable de voir la nonchalance avec laquelle l’artiste se paye ici la tête d’un domaine masculin lourd de traditions.

10Je n’aborderai pas une autre œuvre d’une importance centrale, car je l’ai déjà analysée dans mon livre En y regardant mieux (2010). Créée en 1986, elle s’appelle Sans Titre (Moules cuillère) et revisite merveilleusement la Broyeuse de chocolat de Marcel Duchamp.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Cologne, 2010 © Curtis Anderson
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/8330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Ammann, « Portrait. Rosemarie Trockel », Critique d’art [En ligne], 41 | Printemps/Eté 2013, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/8330 ; DOI : 10.4000/critiquedart.8330

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org