Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Luis Pérez Oramas

Jacques Leenhardt
Traduction(s) :
Portrait. Luis Pérez Oramas

Texte intégral

  • 1  La Circulation du spectateur : autour des trois tableaux de Velázquez, la reddition de Breda, les (...)
  • 2  Pérez Oramas, Luis. La Cocina de Jurassic Park y otros ensayos visuales, Caracas : Polar Foundatio (...)
  • 3  Voir, entre autres, ses essais :
  • 4 A Iminência das poéticas / The Imminence of Poetics. 30th São Paulo Bienniale (7 septembre-9 décemb (...)

1Luis Pérez Oramas (né au Vénézuela en 1960) appartient à cette famille de critiques qui s’est formée en histoire de l’art (il a soutenu une thèse de Doctorat avec Louis Marin et Hubert Damisch sur Velázquez1). Auteur de recueils de poésie et d’essais, on retiendra particulièrement La Cocina de Jurassic Park y otros ensaios visuales2. Il a enseigné l’histoire de l’art à Rennes, Nantes et Caracas avant de commencer une carrière de curateur autour de l’œuvre du peintre vénézuélien Armando Reverón3 (1889-1954) puis s’est tourné vers la question de l’inscription des artistes latino-américains dans les collections et les grandes manifestations internationales : New Perspectives in Latin American Art, 1930-2006 (New York : Museum of Modern Art, 2007), Latin American and Caribbean Art: Highlights from the Collection of The Museum of Modern Art (Albany : New York State Museum, 2008), Tangled Alphabets: León Ferrari and Mira Schendel (New York : Museum of Modern Art, 2009) et en 2012 le Commissariat général de la XXXe Biennale Internationale de São Paulo4.

2Son travail critique s’engage dans un débat très construit contre ceux qui font la part trop belle à l’iconographie. Or, dit-il, ni chez Titien ni chez Velázquez, ni chez aucun des artistes importants, le spectacle pictural ne s’épuise dans cette dimension iconique. Luis Pérez Oramas démontre à partir de l’analyse des Ménines que bien avant la crise de la représentation à la fin du XIXe siècle, la toute puissance de celle-ci était contestée par l’inclusion du spectateur dans le dispositif pictural. Dès lors émergeait à côté de la valeur de représentation une valeur d’exposition trop mal étudiée par l’histoire de l’art. Luis Pérez Oramas l’appelle, de manière provocante, installation, dans la mesure où le spectateur est installé dans le dispositif comme condition de l’effectuation de cette dimension spectaculaire de tout art sur laquelle il entend attirer l’attention. Liée à un spectateur, toute œuvre d’art occupe nécessairement un lieu où s’effectue le passage de l’œuvre d’art à l’expérience esthétique.

3On comprend mieux alors pourquoi Luis Pérez Oramas parle d’installation. Dans son ouvrage La Cocina de Jurassic Park, l’analyse des Ménines débouche immédiatement sur celle de l’installation de Christian Eckart The Power Chord Cycle (1993), ce qui lui permet de poser que l’art se pense à la fois comme œuvre d’art et comme événement esthétique. C’est donc dans les conditions objectives de la présence de l’œuvre, dans sa phénoménologie, que le spectateur prend acte des deux versants de l’art. Il est confronté à l’impossibilité de la vérité mimétique mais il se voit offrir, par-delà la fausse évidence de la mimesis, la possibilité d’exister comme sujet regardant, comme regardeur. Si les illusions de la transparence sémiotique s’effacent, un espace d’autoréflexivité se met en revanche en place dans le lieu de l’installation.

4On voit bien comment le propos critique, articulé à l’origine sur la peinture figurative du XVIIe siècle, débouche sur la situation contemporaine. L’installation prend acte du naufrage de l’illusion construite par la peinture de chevalet, selon laquelle pourrait exister un monde d’images pleinement autonome, un en-soi de l’icône. En rendant manifeste que dès la fin de la Renaissance les artistes ont compris qu’il ne saurait en être ainsi, qu’à cette époque déjà le regardeur était inclus dans le tableau, les artistes ont construit un champ de réflexion épistémique. Aujourd’hui, les installations poursuivent cette ligne en proposant une alternative au tableau, en montant des dispositifs où l’art ne prétend plus échapper à son lieu, où il le revendique même comme dimension autoréflexive de sa pratique. Cette dimension épistémique du travail de Luis Pérez Oramas fait tout le prix de son engagement critique.

Haut de page

Notes

1  La Circulation du spectateur : autour des trois tableaux de Velázquez, la reddition de Breda, les Menines, les Fileuses, (Thèse de Doctorat, Histoire de l'art), Paris : Ecole des hautes études en sciences sociales, 1994

2  Pérez Oramas, Luis. La Cocina de Jurassic Park y otros ensayos visuales, Caracas : Polar Foundation, 1998

3  Voir, entre autres, ses essais :

Armando Reverón, de los prodigios de la luz a los trabajos del arte, Caracas : Museo de Arte Contemporáneo Sofía Imber, 1990

Armando Reverón. Luz y cálida sombra del caribe, Caracas : Fundación Galeria de Arte Nacional, Fundación Museo Armando Reverón, 1996

La Construcción de un personaje.  Imágenes de Armando Reverón, Caracas : Proyecto Armando Reverón (PAR), 2004

4 A Iminência das poéticas / The Imminence of Poetics. 30th São Paulo Bienniale (7 septembre-9 décembre 2012), São Paulo : Fundação Bienal de São Paulo, 2012

Haut de page

Table des illustrations

Légende 2012 © d.r.
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/8318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leenhardt, « Portrait. Luis Pérez Oramas », Critique d’art [En ligne], 41 | Printemps/Eté 2013, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/8318 ; DOI : 10.4000/critiquedart.8318

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org