Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Pierre Sterckx. Gilles Barbier : un abézédaire dans le désordre

Richard Leeman
Référence(s) :

Sterckx, Pierre. Gilles Barbier : un abézédaire dans le désordre, Paris : Ed. du Regard, 2008

Texte intégral

1Les Editions du Regard, à l’occasion de l’exposition Le Cockpit, le vaisseau, ce qu’on voit depuis le hublot (Galerie Claude Berri au printemps dernier), publient sur Gilles Barbier un très beau livre comme José Alvarez sait en faire. Monument visuel à l’artiste, l’ouvrage reproduit somptueusement quelque 170 œuvres pour la plupart en pleine page ou en double page, avec selon l’habitude de l’éditeur des détails à marge perdue. S’y s’ajoutent une bibliographie, une liste des expositions et un index des œuvres fort utiles.

2Un peu perdus dans cette bienheureuse profusion iconographique, les seize courts essais de Pierre Sterckx se donnent comme un « discours d’accompagnement », selon ses termes, un « texte navetteur ajoutant des trajectoires à toutes celles qui vont et viennent dans [l’] œuvre ». P. Sterckx estime en introduction que l’œuvre de G. Barbier exige « un texte polyglotté, une écriture virale et catastrophique, une poétique », etc., qui consiste notamment à « ne rien expliquer. Ne pas vouloir écrire simple et clair ». C’est donc partant de ce principe que les différents essais examinent chez G. Barbier les figures du trou, du ver, le corps, l’obésité, la consommation, la bande dessinée : la plupart des grands thèmes et obsessions de G. Barbier y sont et il y a de bons moments dans ces analyses. Mais il faut apprécier le style de P. Sterckx, tout de dépense, de surcharge, de répétition, d’allusion -un style tellement mis en avant que l’on se demande parfois si le sujet est Gilles Barbier ou Pierre Sterckx lui-même.

3Le texte est placé sous l’invocation de Gilles Deleuze, présumé justifier la nature arborescente, éclatée, déconstruite du texte, supposée mieux rendre compte de celle de l’œuvre Barbier en effet caractérisée par sa dimension réticulaire. Tous les concepts de Mille plateaux y sont, quasiment dès le premier paragraphe, y compris l’idée que l’on peut entrer dans l’œuvre de G. Barbier par « n’importe quel bout » (comme Mille Plateaux justement) -mais n’est-ce pas le propre de toute œuvre, ainsi que Louis Marin l’avait aussi montré chez Nicolas Poussin ? Le livre revendique cette non linéarité. On peut donc aussi y entrer « par n’importe quel bout » -ce qui explique sans doute que la première note du livre, qui réfère justement au Kafka de Gilles Deleuze et Félix Guattari, commence par un « op. cit. ».

4P. Sterckx décline ainsi à propos de G. Barbier le « Devenir animal », le « Corps sans Organe », la « (dé-)territorialisation », etc., autant de concepts issus de Deleuze, certes fertiles mais qui enferment paradoxalement l’artiste dans une grille d’analyse et une terminologie d’ailleurs plus allusive qu’explicite. Cette écriture « virale et catastrophique » manque ainsi à saisir l’efficacité de l’œuvre de G. Barbier, une œuvre extrêmement évidente -l’artiste emploie parfois le terme de « médiagénique »- qui passe notamment par un humour dont Sigmund Freud disait jadis qu’il avait pour principe l’économie. Une économie et une efficace fort heureusement très bien restituées par l’iconographie magnifique de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Leeman, « Pierre Sterckx. Gilles Barbier : un abézédaire dans le désordre », Critique d’art [En ligne], 32 | Automne 2008, mis en ligne le 31 janvier 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/815

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org