Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Livres par auteur

Hal Foster. Design et crime

Sylvie Coëllier
Référence(s) :

Foster, Hal. Design et crime :Paris : Les Prairies ordinaires, 2008, (Penser/croiser)

Texte intégral

  • 1  La Lettre volée, 2005. Pour plus de détails, voir la notice 028, Critique d’art n° 27, pp. 44-45.

1Design & Crime est le deuxième ouvrage traduit en français du théoricien critique Hal Foster. Ce dernier est encore assez peu connu en France, bien qu’il soit partenaire du comité de rédaction d’October, à l’instar de Rosalind Krauss, Benjamin H.D. Buchloh et Yve Alain Bois -avec qui il a récemment coécrit une approche de l’art du XXe siècle proposant de nouveaux paradigmes historiographiques, intitulée Art Since 1900 : Modernism, Antimodernism and Postmodernism (2005). Son premier livre traduit en français, Le Retour du réel1, faisait apparaître sur une trentaine d’années une généalogie d’artistes, de « néo-avant-garde », qui à l’opposé d’un postmodernisme réactionnaire (transavangarde, néo-fauves…) luttait contre les complaisances du marché. Moins centré sur les œuvres, Design & Crime vise clairement l’étendue actuelle du « capitalisme.com » qui « subsume l’esthétique et l’utilitarisme sous le commercial ». L’ouvrage, composé de courts essais distribués en deux parties et densément théorisés est une critique de la « restructuration de l’économie autour du numérique dans laquelle le produit est conçu comme une donnée à manipuler, c’est-à-dire à designer et redesigner, à consommer et reconsommer ».

2Le titre, qui est aussi celui du deuxième essai, emprunte ses termes à Ornement et Crime d’Adolf Loos : c’est dire qu’il est un condensé polémique -mais vu dans sa perspective historique- et une défense de l’autonomie artistique, mais dialectisée, relative, contre le type d’hybridations qui banaliserait les transgressions. L’essai « Design & Crime », introduit par une note de lecture portant sur l’indistinction des valeurs est suivi de deux écrits sur l’architecture, symptôme ici de la spectacularisation du design. La critique d’un Frank Gehry passant d’un vernaculaire motivé par la ville de Los Angeles (carton, métal récupéré) à l’espace-spectacle de Bilbao ne manque pas d’efficace ; les ambivalences de Rem Koolhaas sont traitées avec plus d’indulgence.

3La deuxième partie du livre aborde essentiellement des problématiques historiographiques. L’auteur considère la relation archivage/musée/histoire de l’art au moyen de discours heuristiquement choisis (Charles Baudelaire/Edouard Manet ; Marcel Proust/Paul Valéry ; André Malraux/Walter Benjamin) afin d’interroger l’actuelle numérisation de l’archive, qui laisserait au musée sa « valeur spectacle ».

4Dans un autre essai très stimulant, il examine la question si contestée de l’autonomie de l’art, de Heinrich Wölfflin aux Visual studies (qu’il soumet à critique) et analyse l’image en tant qu’information électronique. Rappelant qu’ « autonomie » s’oppose à « assujettissement », il conclut ainsi : « Comme essentialisme, “autonomie” n’est pas un bon terme, mais pas toujours une mauvaise stratégie ».

5L’avant-dernier essai rapporte l’histoire d’Artforum et de la théorie critique américaine (et sa fin ?).

6Sans perdre en force théorique, le dernier écrit retrouve les œuvres et les artistes. Il interroge des démarches qui demeureraient résistantes, après la « fin de l’art » (re-analysée) et le postmodernisme. Foster relève (entre autres) des stratégies de l’incongru (Jimmie Durham, Rirkrit Tiravanija…) et de l’asynchrone (Stan Douglas…), « protestation contre la totalité présentiste de la culture du design. »

Haut de page

Notes

1  La Lettre volée, 2005. Pour plus de détails, voir la notice 028, Critique d’art n° 27, pp. 44-45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Coëllier, « Hal Foster. Design et crime », Critique d’art [En ligne], 32 | Automne 2008, mis en ligne le 31 janvier 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/799

Haut de page

Auteur

Sylvie Coëllier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org