Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Catalogues monographiques

Victor Burgin : objets temporels

Jean-Marc Poinsot
Référence(s) :

Victor Burgin : objets temporels, Rennes : Presses universitaires, 2007, (Métiers de l’exposition)

Texte intégral

1« Il y a dans tous les arts un je-ne-sais-quoi qu’il est bien difficile d’attraper. Tous les philosophes du monde fondus ensemble n’auraient pu parvenir à donner l’Armide de Quinault, ni “Les Animaux malades de la peste” que fit La Fontaine, sans savoir même ce qu’il faisait. Il faut avouer que dans les arts de génie tout est l’ouvrage de l’instinct. »

2Dans le court texte « Armide, a train of thought », Victor Burgin développe et enchevêtre une série d’associations d’idées et d’images de Nicolas Poussin à Jean-Luc Godard, du Tasse à Jean-Jacques Rousseau, cité ci-dessus, qui donnent à penser le modèle à l’œuvre dans les « objets temporels » que sont les vidéos réalisées par Victor Burgin entre 1993 et 2006 : un travail proposant des « occasions d’interprétation » plutôt que « des objets de consommation ».

3Ce texte, la compilation et l’analyse des vidéos de Burgin, l’œuvre réalisée à l’occasion de l’exposition à l’Université Rennes 2-Haute Bretagne se tissent et s’assemblent dans un ouvrage où l’artiste et ses interlocuteurs ont produit un objet fascinant et insaisissable. Fascinant parce qu’il y a peu de territoires de la culture pré et postmoderne qui ne soient traversés sur un fond d’arguments narratifs où quelque femme inaccessible et/ou déjà séduite par un autre est le point de passage entre la banalité ou l’actualité du présent et l’espace des représentations où s’entremêlent politique, histoire, littérature, musique, cinéma, peinture, architecture.

4Entre le projet de compilation d’un ouvrage de synthèse, celui de la commande d’une œuvre et l’espace interprétatif comme condition esthétique, la collaboration entre étudiants, professeurs et spécialistes s’étant déjà saisie de l’objet Burgin, ce dernier a su pousser l’ensemble de ses interlocuteurs dans un jeu qu’il n’avait pas risqué d’entreprendre jusqu’alors avec des institutions et des interlocuteurs plus avertis.

5Chacun a joué sa partition avec talent depuis les maîtres du jeu qu’ont été Valérie Mavridorakis et David Perreau, aidés par Nathalie Boulouch et Marianne Massin, la dizaine d’étudiants, les spécialistes d’histoire du cinéma et de vidéo que sont Philippe Dubois, Françoise Parfait et Evgenia Giannouri. Burgin lui-même s’explique avec Homi Bhabha sur le fond théorique de Family Romance (1990), exemple de déconstruction freudienne et post-coloniale d’une comédie musicale de 1958. Il retrace l’ensemble de son parcours intellectuel et artistique dans la conférence qu’il fit initialement à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) dans le cadre du colloque international L’Art contemporain dans la mondialisation : problématiques, recherches, ressources, réseaux en Europe (décembre 2005) sous le titre « La responsabilité de l’artiste ». Burgin livre des clés plus précises dans « Armide, a train of thought » et « La petite maison » script inédit de la vidéo de 2005, suivi du texte lu dans Folgliazzi la pièce réalisée à Rennes à partir d’un récit de Giacomo Casanova confronté à un tableau de son frère Francesco conservé au Musée des beaux-arts de Rennes. Enfin sous le titre « Politique de la forme », l’artiste se livre à un jeu de questions et de réponses avec les étudiants.

6Livre d’artiste, livre de théorie et livre d’analyse ce Victor Burgin : objets temporels fait un très bon livre de chevet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Poinsot, « Victor Burgin : objets temporels », Critique d’art [En ligne], 31 | Printemps 2008, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/753

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Poinsot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org