Navigation – Plan du site
Livres et catalogues
Par auteur

Jacques Barsac. Charlotte Perriand et le Japon

Olivier Peyricot
Référence(s) :

Barsac, Jacques. Charlotte Perriand et le Japon, Paris : Norma, 2008

Texte intégral

  • 1 Le premier fut publié en 2005. Il s’agit de : Barsac, Jacques. Charlotte Perriand : un art d’habite (...)

1En publiant ce deuxième ouvrage1 sur la vie de Charlotte Perriand, Jacques Barsac et les éditions Norma dévoilent une mécanique nécessaire au projet de tout designer : saisir rapidement le contexte de réalisation du projet et toutes les opportunités disponibles, qu’elles soient relationnelles ou artisanales, en menant tambour battant une stratégie de communication. Voici ce que livrent les modernes comme Perriand en 1941 : une capacité innée à communiquer et à promouvoir la modernité à l’étranger. Car il s’agit de diffuser la bonne parole, naïvement parfois (lors de son premier voyage en voulant « orienter la production de l’industrie japonaise ») ou de façon purement économique en 1954 lorsque Le Corbusier négocie l’envoi de ses œuvres à Tokyo.

2L’idéologie de Perriand s’adapte, abandonnant les dogmes pour produire un travail qui est plus de l’ordre diplomatique qu’un véritable design radical. Et c’est ainsi car elle est une vraie designer, au sens « d’auteur contextuel », sachant s’adapter au cahier des charges dès lors qu’il est technique mais aussi social ; d’ailleurs plutôt élitiste au regard de ses multiples collaborations sur des sites très haut de gamme rattachés au prestige d’enseignes (grands magasins Takashimaya, siège d’Air France) ou de puissantes institutions (ambassade du Japon à Paris).

3Mais cet éclaircissement sur ses multiples séjours japonais nous permet aussi de lire en creux la mise en place d’une stratégie hors norme qui est celle avant tout d’un pays. A partir de la fin des années 1920, méthodiquement, le Japon fait le choix politique et culturel de devenir le futur hyper-producteur de produits de consommation que l’on connaît aujourd’hui. C’est cette intuition volontariste, visionnaire et autoritaire qui entraîne C. Perriand dans ce mouvement, et comme l’audace ne lui fait pas défaut, elle accorde sa démarche de façon opportune en devenant ambassadrice du mouvement moderne français et experte en objets traditionnels japonais. On retrouve à ce moment-là toute la dimension contextuelle de sa pratique. Elle réussira difficilement toutefois, car les jugements sont coriaces : les japonais soumettent ses objets à une véritable critique experte, ce qui n’est pas surprenant étant donnée leur volonté de bâtir un empire de la production d’artefacts. Leur culture du produit est très exigeante comme d’ailleurs le révèlent les carnets de notes, les multiples textes reproduits et les discussions passionnantes qui confrontent la conceptrice aux détails très sophistiqués de la production artisanale.

4Toutefois, l’aventure humaine de C. Perriand est exceptionnelle. A travers une iconographie excellente, cet ouvrage nous permet de suivre grâce au fil rouge du Japon l’influence qu’exerça ces séjours sur la designer, qu’elle restitua progressivement et de façon de plus en plus forte au cours de sa longue carrière. Juste retour des choses, que ce Taoïsme qui l’influença, et qui plus tard accompagne la sagesse de l’âge.

Haut de page

Notes

1 Le premier fut publié en 2005. Il s’agit de : Barsac, Jacques. Charlotte Perriand : un art d’habiter, 1903-1959, Paris : Norma, 2005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Peyricot, « Jacques Barsac. Charlotte Perriand et le Japon », Critique d’art [En ligne], 33 | Printemps 2009, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/573

Haut de page

Auteur

Olivier Peyricot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org