Navigation – Plan du site
Articles

Collections particulières

Damien Sausset
Traduction(s) :
Private Collections
Référence(s) :

Benhamou-Huet, Judith. Global Collectors = Collectionneurs du monde, Paris : Phébus ; Bordeaux : Cinq Sens, 2008

Guiot, Nathalie. Collectionneurs : les V.I.P. de l’art contemporain, Paris : Anabet, 2008, (Document)

Collection agnès b., Zurich : JRP/Ringier, 2008

Collections particulières : 150 commandes privées d’art contemporain en France, Paris : Flammarion, 2008

Texte intégral

1Sujet glamour par excellence, les collectionneurs fascinent et intriguent. Pourtant, rares sont les approches exhaustives, s’interrogeant non pas sur le luxe qui environne ces personnes mais sur ce qui fonde une collection d’art contemporain et sur la place de ces acteurs du monde de l’art. Un ensemble d’ouvrages dernièrement publiés ont tous, à des degrés divers, voulu comprendre ce phénomène emblématique de notre culture. Collectionner l’art moderne et surtout contemporain est non seulement devenu le gage d’une reconnaissance sociale mais aussi un investissement financier extrêmement rentable (même si l’actuelle crise remet en cause ce principe). Tout portrait de collectionneur oscille donc entre ces deux approches. D’un côté, la possibilité de cerner la personnalité de l’homme, de la femme ou même du couple qui voue sa vie à cette passion en dépensant des sommes ahurissantes. Un tel projet trouve naturellement ses prolongements dans une analyse portant sur la cohérence des choix ou, au contraire, sur l’éclectisme qui préside à certains ensembles. La seconde approche tente de s’interroger sur le rôle exact qu’occupent les collectionneurs dans l’évolution du marché de l’art contemporain. C’est ce principe qui est au cœur de Collectionneurs : les V.I.P. de l’art contemporain de Nathalie Guiot, petit livre malheureusement dépourvu d’illustrations. Se présentant elle-même comme une candide peu au fait de l’art contemporain, l’auteure (ancienne journaliste) entraîne le lecteur dans ses tribulations à travers le monde. Avec pour fil conducteur l’envie de comprendre les motivations des amateurs d’art, elle narre dans le détail ses rencontres, ses visites aux grandes galeries internationales. Guidée par quelques personnages incontournables (et souvent fantasques), elle circule des grandes foires internationales aux dîners et autres cérémonies réservées à quelques V.I.P. de luxe. La principale qualité de cet ouvrage est aussi sa principale faiblesse. En démontrant le fonctionnement artificiel de ce milieu, N. Guiot ne peut s’empêcher de manier avec un peu trop d’aisance l’ironie et le sarcasme, nuisant de ce fait à la cohérence du propos. Néanmoins, elle atteste avec exactitude les mœurs d’un milieu où la rationalité n’a pas sa place. Surtout, elle démontre à qui en douterait comment le monde des collectionneurs s’est substitué, pour le meilleur et surtout le pire, aux critiques et musées pour établir la hiérarchie des artistes les plus importants.

2Fruit de plusieurs années d’expérience et de rencontres, Global Collectors = Collectionneurs du monde de Judith Benhamou-Huet se veut plus neutre. En 478 pages, cette journaliste spécialiste du marché de l’art présente les principaux collectionneurs (une centaine) qu’elle a rencontrés ces dernières années. Selon un classement par ordre alphabétique, chacun a droit à quelques pages résumant son parcours et surtout les axes majeurs de sa collection. Un regret cependant : bien que riche d’informations, l’ouvrage manque d’illustrations donnant une vue d’ensemble de chaque collection. Une seule œuvre (forcément arbitraire) par portraits, c’est peu. L’éclectisme de la sélection permet cependant de percevoir l’extrême variété des approches. Surtout, avec intelligence, elle cite nombres d’artistes-collectionneurs aux choix parfois surprenants. Constituant indéniablement le Who’s Who des grands collectionneurs mondiaux, cet ouvrage aurait mérité d’être plus ramassé, excluant par exemple les passionnés d’art classique, peu à leur place dans un livre essentiellement consacré à l’art contemporain.

3Collections particulières : 150 commandes privées d’art contemporain en France constitue sans doute l’ouvrage le plus abouti de cette sélection. De pages en pages (316 en tout), on découvre combien l’esprit des grands commanditaires des périodes classiques trouve une nouvelle actualité en France. Constitué d’une vingtaine d’exemples, ce livre richement et superbement illustré démontre pourquoi certains collectionneurs ont soudain décidé de passer des commandes directement aux artistes plutôt que d’acheter une pièce. Complétée par des entretiens très complets, chaque démarche est analysée, décortiquée, mise en relation avec le reste de la collection. En nouant des liens privilégiés avec les créateurs, ces collectionneurs réinventent la relation entre commanditaires et artistes, en lui conférant souvent des formes surprenantes, presque expérimentales. Collections particulières se fait l’écho de ces réflexions et démontre qu’une commande peut prendre des formes multiples. Les pièces musicales commandées par Jean-Philippe et Françoise Billarant en donnent une illustration, tout comme le texte critique publié pour l’occasion et écrit par Elisabeth Lebovici pour Myriam et Jacques Salomon.

4Enfin etpour conclure cette sélection d’ouvrages choisis dans l’actualité récente, Collection agnès b. plonge le lecteur dans les choix artistiques d’une femme généreuse qui soutient depuis des années la création contemporaine. La première partie de l’ouvrage reproduit les pièces de la collection (photographies, dessins, peintures, installations, films…) dans un ordre faussement aléatoire, créant de ce fait des rapprochements inédits entre des œuvres très contemporaines ou d’autres plus historiques. La seconde partie, sans doute la plus intéressante, débute par un long entretien entre Agnès b. et le critique Hans Ulrich Obrist. Elle y évoque son enfance, sa découverte de l’art et les raisons qui l’ont poussée à initier une collection. Elle y décortique ensuite le mécanisme qui l’a amenée à se transformer en productrice de films, en directrice de galerie et en commanditaire de projets spécifiques, mêlant si possible son activité de créatrice de mode à une certaine forme d’activisme. Refusant toute concession, Agnès b. se présente comme une militante engagée dans son temps. La fin de l’ouvrage, constitué de textes et d’interventions artistiques conçues pour ces pages, tente d’imaginer une exposition où une analyse critique du monde contemporain servirait de fil conducteur.

Nous invitons les lecteurs de la revue à découvrir en plus de la sélection des ouvrages mis en avant dans cet article :

Chougnet, Jean-François. De Mir— à Warhol : la collection Berardo, Paris : Gallimard, 2008, (Découvertes. Hors série)

De Mir— à Warhol : la collection Berardo à Paris, Paris : Skira Flammarion : Musée du Luxembourg, 2008

Des certitudes, sans doute(s) : une collection privée d’art contemporain, Amiens : Musée de Picardie : Ecole supérieure d’art et de design, 2008

Sculptures africaines dans la collection Durand-Dessert : fragments du Vivant, Milan : 5 Continents, 2008

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Sausset, « Collections particulières », Critique d’art [En ligne], 33 | Printemps 2009, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/566 ; DOI : 10.4000/critiquedart.566

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org