Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Livres par auteur

Nathalie Delbard. Jean-Luc Moulène

Olivier Belon
Référence(s) :

Delbard, Nathalie. Jean-Luc Moulène, Paris : Pétra, 2009, (Esthétique appliquée)

Texte intégral

1Les éditions Pétra inaugurent une nouvelle collection dédiée au rapprochement de l’esthétique avec les objets qui en constituent le support. L’étude monographique que Nathalie Delbard consacre à Jean-Luc Moulène établit une entrée en matière éloquente, fruit d’un travail patient et pénétrant. Pour J-L. Moulène, les enjeux de la photographie ne se résument pas à un divertissement autour du visible relaté en de séduisantes images à l’élucidation rapide ; il ne cherche pas à ajouter un commentaire ironique ou distancié dans l’univers des images, mais démonte dans un effet de miroir implacable l’efficience de l’image conçue comme un produit ordinaire du circuit économique. Il affronte de face la photographie pour dévoiler comment, devenant cliché, elle réussit à s’imposer comme une norme qui fait autorité. La règle et la loi forment le fond sur lequel s’ancre son travail.

2N. Delbard rassemble des moments distincts de l’œuvre et les articule pour souligner la dimension critique de la démarche de l’artiste. Analysant précisément plusieurs photographies, mais aussi des dessins, des sculptures, elle présente les processus de création qui préludent aux différentes séries, repère les protocoles précis qui président aux prises de vues photographiques, restitue aux images les qualités plastiques qui fondent leur singularité et leur force expressive. Ainsi la série de photographies Les Filles d’Amsterdam, qui montre frontalement des prostituées nues jambes écartées, compose un moment exemplaire dans le travail de l’artiste. Le trouble qui nous saisit face à ces images tient à ce que rien n’est dissimulé. Rien n’est même simulé, dans le sens où le modèle sur lequel s’appuie Moulène n’est pas celui du nu en peinture, qu’on pourrait croire prestement revisité dans un détournement agressif et volontairement outrageant, mais deux standards photographiques, apparus au XIXe siècle et toujours en vigueur : le portrait judiciaire d’Alphonse Bertillon et la vue pornographique d’Auguste Belloc. Moulène désigne deux formes qui fonctionnent sur des modes d’exclusion. L’une, la photographie d’identité, se focalise sur la tête, détachée du corps, alors que l’autre, toujours active dans l’industrie pornographique, se concentre sur le sexe et exclut la personnification. Rapportées à cette double affiliation, les photographies en présentent une révélation véhémente. Cette synthèse brutale rejoint ce que N. Delbard nomme chez Moulène un « geste manifeste », qui revient à « faire travailler le fond historique et technique qui trame toute représentation de l’individu, et ce pour mieux démasquer ses enjeux en dérogeant à la règle ».

3Repérant dans la règle le pendant d’un processus normatif de saisie du monde, N. Delbard introduit la notion de « dispositif », définie par Michel Foucault, reprise par Giorgio Agamben, et expose en quoi le travail de Moulène sur le visible élabore une forme de « contre-dispositif », entendu comme mécanisme de résistance qui « refuse son instrumentalisation au service des stratégies dominantes. » Et ce n’est pas le moindre mérite de l’auteur de démontrer comment l’art de Moulène instruit une scrupuleuse mise en procès de l’économie politique de l’image.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Belon, « Nathalie Delbard. Jean-Luc Moulène », Critique d’art [En ligne], 34 | Automne 2009, mis en ligne le 25 janvier 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/469

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org