Navigation – Plan du site
Portraits

Portait. Pierre Joseph

David Perreau

Texte intégral

Pierre JosephAfficher l'image
Crédits : ©
  • 1 Voir le catalogue No Man’s Time, Nice : Villa Arson, 1991

1Pierre Joseph (né en 1965) est l’un des artistes majeurs de la scène française de la fin des années 1980 : un des rares artistes de sa génération à avoir marqué de façon décisive et durable l’art des années 1990 en anticipant, avec plusieurs coups d’avance, quelques-unes des obsessions de l’époque. L’histoire commence avec Dominique Gonzalez-Fœrster, Bernard Joisten, Philippe Parreno et Philippe Perrin avec lesquels P. Joseph signe Hyper Hyper (1988), Siberia (1988), Ozone (1989) ou Les Ateliers du Paradise (1990) : des projets « branchés sur l’actualité » qui tous différemment mettaient en jeu les notions aujourd’hui galvaudées et usées de virtuel, d’interactivité ou de temps réel. En 1991 à l’occasion du vernissage de l’exposition No Man’s Time à la Villa Arson, surgissent en chair et en os, au détour d’une cimaise, une Lépreuse et un Guerrier Médiéval, deux personnages vivants-à réactiver : les premiers d’une série de performances qui est sûrement l’œuvre la plus populaire de P. Joseph ; et un « tube » de l’art des années 1990. Une vingtaine de personnages suivront jusqu’en 1997 : ludiques ou consternantes, les apparitions de Catwoman (1992) ou du Policier (1993) imposeront au spectateur de revoir sa relation à l’art et à la « réalité ». Ces personnages partageront avec lui ce nouveau territoire de l’art ouvert aux influences du cinéma, de la télé-réalité et des jeux vidéo que l’artiste décrit dans un texte de 1991 : « les centres d’art ont une gravité différente de celle du monde extérieur. Une sorte d’apesanteur : les gens et les objets ne s’y comportent pas de la même façon »1. A la même période, d’autres propositions de P. Joseph interrogent plus directement encore la place et le comportement du spectateur : How we gonna behave ? (1990), L’Exposition dont vous êtes le héros (1991) ou L’Aventure du visiteur disponible (1993).

  • 2 Moisdon, Stéphanie. « Dans la clôture », Oui/non/peut-être, Dijon : Les Presses du réel, Dijon, 201 (...)
  • 3 Moisdon, Stéphanie. Ibid., pp. 408-409

2Le tournant conceptuel que prend le projet artistique de P. Joseph date de 1997, année durant laquelle l’artiste séjourne quelques mois au Japon. A partir là, les propositions de l’artiste se définissent comme des investigations philosophiques privilégiant « une lecture à la fois analytique et politique de l’époque contemporaine, dans son rapport au savoir et à sa transmission »2. Certaines de ces œuvres, construites sur la base d’opérations complexes de superposition, d’équation et de mise à distance de références hétérogènes, produisent un commentaire grinçant sur la culture, l’art et l’image : Action restreinte (en collaboration avec le philosophe Mehdi Belhaj Kacem), une « rétrospective » au Palais de Tokyo (2003) ou Si ce monde vous déplait (2006). D’autres pièces, plus nombreuses encore, témoignent de l’inadaptation de l’artiste à ce qui l’entoure, de sa volonté « d’essayer le monde » [Learning by Experience (1998), Si j’ai le temps (1998), Le Monde m’intéresse (1998)] ou de penser des formes alternatives d’enseignement [L’Ecole temporaire (2002) et sa contribution à L’Ecole de Stéphanie à partir de 2006]. Ces dernières œuvres démontrent « comment à partir de différentes positions d’errance, d’erreur, de défection, [P. Joseph] ne cesse de poursuivre la question du savoir, de sa disparition, celle de la production des formes et des langages, ou plutôt de leur incertitude. Une œuvre qui se dérobe face à toute lecture scientiste et qui voit aussi, avec toute la charge d’angoisse que cela implique, que derrière le vide il n’y a pas rien, il y a rien »3.

Haut de page

Notes

1 Voir le catalogue No Man’s Time, Nice : Villa Arson, 1991

2 Moisdon, Stéphanie. « Dans la clôture », Oui/non/peut-être, Dijon : Les Presses du réel, Dijon, 2011, p. 406

3 Moisdon, Stéphanie. Ibid., pp. 408-409

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Perreau, « Portait. Pierre Joseph », Critique d’art [En ligne], 39 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2656 ; DOI : 10.4000/critiquedart.2656

Haut de page

Auteur

David Perreau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org