Navigation – Plan du site
Catalogues collectifs

Myriam Gourfink : danser sa créature ; Danser sa vie : art et danse de 1900 à nos jours ; Feminine Futures : Valentine de Saint-Point : performance, danse, guerre, politique et érotisme

Céline Roux
Référence(s) :

Myriam Gourfink : danser sa créature, Dijon : Les Presses du réel, 2011

Danser sa vie : art et danse de 1900 à nos jours, Paris : Ed. du Centre Pompidou, 2011

Feminine Futures : Valentine de Saint-Point : performance, danse, guerre, politique et érotisme = Performance, Dance, War, Politics and Eroticism, Dijon : Les Presses du réel, 2011

Texte intégral

1L’actualité est marquée par un intérêt pour le champ chorégraphique et pour le corps en mouvement. L’exposition Danser sa vie au Centre Pompidou –commissaires : Christine Macel et Emma Lavigne– et la biennale PERFORMA09 de New York –commissaire : Adrien Sina– en témoignent. La première fait converger les arts autour de la danse, de 1900 à nos jours, tandis que la seconde expose la place importante du corps en mouvement dans l’éveil de la modernité.

2Le titre choisi à Paris, Danser sa vie, reprend celui de l’ouvrage de Roger Garaudy de 1973. Il fait aussi écho à toute une pensée de la critique en danse, à ses débuts en France, comme en témoigne le Danser, c’est vivre (1939) de Georges Pomiès. Si le livret d’images de l’exposition, en lien avec le catalogue, est un élément ludique mais sans intérêt direct pour les chercheurs, l’anthologie d’extraits de textes d’artistes remet l’écrit en relation avec le mouvement dansé si impermanent.

3Plus complexe, le titre proposé par Adrien Sina, Feminine Futures : Valentine de Saint-Point : performance, danse, guerre, politique et érotisme, juxtapose des notions qu’il s’emploie ensuite à articuler tout au long du catalogue. Enormément documenté –notamment par la collection personnelle de son curateur– l’important volume est construit à partir de la figure de Valentine de Saint-Point, première femme futuriste. L’architecture de l’édition est labyrinthique à l’image du parcours de ces femmes danseuses du début du XXe siècle qui faisaient converger les découvertes de la danse moderne avec celles des arts plastiques et de la technique. Adrien Sina y défend la dénomination d’« actions féminines », trouvant lieu dans les cabarets, chez les particuliers ou dans les théâtres. C’est à cet endroit que l’ouvrage, grâce à sa documentation, est véritablement novateur : exposer les relations entre les recherches des ballets russes, celles menées par la danse moderne et le monde du cabaret et des danses exotiques à partir de cette idée de l’« action féminine. »

4Plus direct et par une démarche transhistorique, Danser sa vie partitionne la danse dans un triptyque : « Les danses de soi » plutôt rattachées aux précurseurs de la danse libre, « Abstraction des corps » où s’entrecroisent différentes figures tendant à abstraire le mouvement et « Danse et performance », section plus contemporaine et éminemment américaine du catalogue. Par des pages biographiques entrecroisées avec des articles thématiques, le catalogue met en lien direct et à même échelle des artistes qui ont fait du mouvement dansé un acte social et politique important, quel que soit leur médium d’appartenance. A partir de documents choisis dont certains peuvent être des découvertes, il expose l’intrication existant entre les arts d’une époque.

5Parallèlement à la parution de ces catalogues, Danser sa créature est le premier ouvrage monographique sur le travail singulier de Myriam Gourfink. Présence féminine du XXIe siècle, cette artiste, à l’image de nos femmes modernes, allie une pensée de la valeur du mouvement du corps pour lui-même –rattaché ici à un travail poussé de proprioception– à une démarche novatrice en lien avec les technologies d’aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Roux, « Myriam Gourfink : danser sa créature ; Danser sa vie : art et danse de 1900 à nos jours ; Feminine Futures : Valentine de Saint-Point : performance, danse, guerre, politique et érotisme », Critique d’art [En ligne], 39 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2645

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org