Navigation – Plan du site
Catalogues monographiques

Huang Yong Ping : Wu Zei

Larys Frogier
Référence(s) :

Huang Yong Ping : Wu Zei, Monaco : Musée océanographique de Monaco ; Paris : Kamel Mennour, 2011

Texte intégral

1Huang Yong Ping est l’artiste contemporain qui parvient le plus efficacement à embrasser le monde dans son approche tant critique que poétique de certains états de tension entre enjeux géopolitiques, paradoxes culturels et frottements esthétiques.

2Bel ouvrage réussi dans sa conception graphique, notamment par la prégnance d’une teinte bleue qui baigne les pages, Wu Zei est entièrement consacré à une œuvre monumentale conçue par l’artiste pour le Musée océanographique de Monaco : une pieuvre géante venant surplomber le salon d’Honneur qui accueille le public, enserrant de ses tentacules les piliers, saturant et recouvrant l’architecture classique de sa masse organique visuellement flasque et épidermique.

3Pour autant, le livre offre une vision ouverte et plurielle sur les problématiques soulevées par l’ensemble des recherches artistiques de Huang Yong Ping ainsi que sur son rapport à l’histoire de l’art. En effet, à la manière de l’animal marin, Wu Zei procède par extensions entre un cahier d’études où le lecteur peut suivre les étapes de conception et de montage du projet, un essai de Jessica Morgan offrant un aperçu généraliste des usages de la figure de l’animal par Huang Yong Ping, un cahier de belles reproductions de l’installation et, en fin d’ouvrage, une série de visuels sur des œuvres de l’artiste chinois (né en 1954) résonnant très efficacement avec Wu Zei.

4La partie la plus passionnante du livre concerne la retranscription de tables rondes organisées à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Réunissant des historiens de l’art et des commissaires d’exposition proches de l’artiste, les échanges procèdent par mises en regard de l’œuvre avec l’esthétique platonicienne, commentaires au sujet de la circulation des marchandises à l’ère de la globalisation, analyses critiques d’œuvres majeures de l’artiste comme l’Arche (2009), relations entre art contemporain et art ancien.

5Le lecteur pourrait être frustré de ne pas pouvoir prolonger l’analyse détaillée de certaines thématiques passionnantes telles que les sauts anachroniques dans l’histoire de l’art, ainsi que les frottements productifs générés par l’œuvre entre esthétique et politique. Dans l’ouvrage, domine une lecture occidentale du travail de Huang Yong Ping et l’on peut regretter la faible place accordée à une pensée critique asiatique. Car en effet, l’efficace du travail de Huang Yong Ping ainsi que de certains jeunes artistes contemporains chinois (Sun Yuan & Peng Yu) réside dans une approche décomplexée de la figure et en particulier celle de l’animal. Dans de telles œuvres, l’enjeu n’est absolument pas de développer un anthropomorphisme ou une symbolique occidentale entre animal et humain. Il ne s’agit pas non plus de développer un métadiscours sur le monde globalisé, mais au contraire d’opérer une collusion entre des situations perceptives très directes et brutes générées par l’usage de l’animal et un dispositif conceptuel complexe qui est à déchiffrer dans la situation perceptive. C’est de ce nœud complexe entre figure littérale et dispositif conceptuel que se développent aujourd’hui les promesses d’un art critique contemporain. Beaucoup de ces promesses se jouent actuellement dans les œuvres de jeunes artistes asiatiques, dans le prolongement des recherches majeures menées par Huang Yong Ping.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Larys Frogier, « Huang Yong Ping : Wu Zei », Critique d’art [En ligne], 39 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2636

Haut de page

Auteur

Larys Frogier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org