Navigation – Plan du site
Articles

« Adresse » de l’art : l’histoire dans ses assises théoriques

Xavier Vert
Traduction(s) :
“Expectation” of art: the history of its theoretical bases
Référence(s) :

Cousinié, Frédéric. Esthétique des fluides : sang, sperme, merde dans la peinture française du XVIIe siècle, Paris : Ed. du Félin, 2011, (Les Marches du temps)

Fend, Mechthild. Les Limites de la masculinité : l’androgyne dans l’art et la théorie de l’art en France (1750-1830), Paris : La Découverte : Institut national d’histoire de l’art : Centre allemand d’histoire de l’art, 2011, (Genre & sexualité)

Fleming, Juliet. Graffitis & arts scripturaux à l’aube de la modernité anglaise, Dijon : Les Presses du réel, 2011, (Fabula)

Stoichita, Victor I. L’Œil Mystique : peindre l’extase dans l’Espagne du Siècle d’Or, Paris : Ed. du Félin, 2011, (Les Marches du temps)

L’Artiste et le philosophe : histoire de l’art à l’épreuve de la philosophie au XVIIe siècle, sous la dir. de Frédéric Cousinié, Clélia Nau, Rennes : PUR, 2011, (Aesthetica)

Texte intégral

  • 1 Cf. Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, nouv. ed. par Rolf Tiedemann & Herman Schweppenhäuser, F (...)
  • 2 Ibid.

1L’actualité éditoriale met simultanément dans les mains du lecteur français une série d’ouvrages de thèmes et d’horizons disparates, qui tous cependant invitent à s’arrêter sur ce que peut l’histoire dès lors qu’elle fait de l’art son objet et ce que cet objet fait au présent d’où s’écrit son histoire. En ce sens, ils intéresseront aussi bien les spécialistes des disciplines et des époques concernées que quiconque tient pour acquis que les œuvres du passé sont susceptibles de trouver dans le temps qui les connaît –le nôtre– l’espace de transformation de l’avenir qui en elles fermentait1. C’est ainsi que Walter Benjamin voyait en chaque époque « une possibilité nouvelle, mais non transmissible par héritage, qui lui est propre, d’interpréter les prophéties que l’art des époques antérieures contenait à son adresse2 ». A commencer donc par cette adresse, où se nouent art et histoire, en laquelle consiste avant tout l’histoire de l’art lorsqu’elle sait ne pas se couper des intérêts, des inquiétudes ou des mobiles de son temps et de l’art qui lui est contemporain. C’est indéniablement le cas des cinq études ici présentées.

2Chacun des auteurs s’inscrit dans un champ historique et conceptuel qui lui est propre –l’ensemble des textes porte toutefois sur les enjeux de la modernité occidentale, et principalement sur le XVIIe siècle. Mais, au-delà des découpages universitaires, des régimes de périodicité, l’usage transversal des savoirs frappe : l’alliance de la rigueur historienne –de l’érudition qu’elle implique parfois– et de l’ouverture théorique. En cela d’abord réside l’invitation qui nous est faite à réfléchir sur ce que peut et finalement veut l’histoire, dès lors qu’elle est travaillée par la philosophie et l’anthropologie (Cousinié), la sémiotique (Stoichita), l’histoire culturelle (Fleming), les gender studies, voir transgender studies (Fend). De là, il s’agit moins de saisir le degré de réalisation de cette alliance, le plus ou le moins de sa performance, que les conditions de sa mise en œuvre en fonction des œuvres étudiées. Dans cette perspective, une notion apparaît centrale, celle d’objet théorique.

  • 3 Yve-Alain Bois, Denis Hollier et Rosalind Krauss, « A conversation with Hubert Damisch », October, (...)
  • 4 Ce programme est exposé dans : Cousinié, Frédéric. Beautés fuyantes et passagères : la représentati (...)

3La réflexion engagée dès les années 1970 par Hubert Damisch et Louis Marin autour de la notion à la fois heuristique et programmatique d’objet théorique, réflexion qui fait aujourd’hui son chemin, place l’historien de l’art devant une tâche renouvelée. Elle implique qu’aussi loin que puisse être poussé le souci d’historicité, et il convient qu’il le soit, le dialogue que l’historien engage avec l’art ne saurait se résoudre dans la seule dimension historique. L’objet théorique, en réalité théorico-historique, se déclareà l’articulation théorique du discours historique dans la mesure où il produit lui-même de la théorie, « fournit les significations pour en faire », et partant suscite une réflexion sur la théorie3. Il acquiert ainsi un statut emblématique ou une fonction de modèle, qui ont effectivement été pour H. Damisch ceux du « nuage » ou de l’objet « nuage » au regard de la picturalité (La Théorie du nuage : pour une histoire de la peinture, 1972), ceux du « portrait du roi » au regard du pouvoir absolu et de sa définition théologico-politique pour Louis Marin (Le Portrait du roi, 1981). A partir de ces deux grands exemples fondateurs, on peut aussi établir que la construction d’un objet théorique n’est nullement une façon schématique d’extrapoler le visible, mais suppose au contraire la plus grande attention à sa matérialité, à sa phénoménalité, à ses singularités, à ses effets comme à ses usages. C’est là une fonction essentielle à son déploiement : la tension créée entre la généralité de la théorie d’une part et la singularité, voire le caractère d’exception de chaque objet d’autre part. Ainsi Frédéric Cousinié fait-il de la tension entre l’événementialité perceptive instable des fluides corporels (sang, eau, lait, sperme, merde), les configurations les plus labiles de couleur-matière (coulures, jets ou taches) présents dans la peinture du XVIIe siècle et l’épreuve de la vision dévote ou les relations anthropologiques fondamentales (genre, filiation, classe), le lieu même d’une théorie de l’objet-limite capable de remettre en jeu le partage du sensible4. Il s’agit de même pour Victor Stoichita, à partir de l’analyse minutieuse des solutions adoptées par les peintres espagnols de la Contre-réforme pour donner à voir l’expérience visionnaire sans pour autant la réduire au visible,  de poursuivre un travail fondamental engagé dans L’instauration du tableau (1999) dont l’enjeu, c’est-à-dire ici l’objet, est l’instance « métapicturale » de la peinture.

4Ce redéploiement théorique du travail de l’histoire n’est pas sans concerner le domaine contemporain qu’il contribue à éclairer de façon décisive. Ainsi l’apport de Juliet Fleming, au croisement de l’anthropologie de l’image et de l’histoire des pratiques d’écriture, n’est-il pas seulement d’écrire un chapitre ignoré des rapports foisonnants entre le langage et le monde matériel (murs, peau, vêtements, ustensiles) dans l’Angleterre du début de l’époque moderne, mais, faisant retour sur la notion de « texte », de donner à penser ses formes figurées comme l’exercice d’une visualité, d’une plasticité, bref d’une extériorité du langage dont les pratiques artistiques contemporaines sont pour nous le lieu privilégié. Dans Les Limites de la masculinité de Mechthild Fend, « politique des sexes » et « culture genrée » fournissent les motifs théoriques permettant d’analyser, avec une remarquable acuité, l’idéal héroïque et la refiguration nostalgique du corps pendant la période révolutionnaire en France. En ce cas, l’objet est directement fonction d’un positionnement critique au sein du débat sur le genre dont on sait quelle part il a pris dans la déconstruction des pratiques artistiques depuis les années 1960.

5Nul doute que la force de ces auteurs est d’avoir su réfracter la matière du passé dans le présent de notre condition.

Haut de page

Notes

1 Cf. Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, nouv. ed. par Rolf Tiedemann & Herman Schweppenhäuser, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1991, vol. I, 3, p. 1046

2 Ibid.

3 Yve-Alain Bois, Denis Hollier et Rosalind Krauss, « A conversation with Hubert Damisch », October, n°85, été 1998, p. 3-17 et p. 8

4 Ce programme est exposé dans : Cousinié, Frédéric. Beautés fuyantes et passagères : la représentation et ses « objets-limites » au XVIIe-XVIIIe siècles, Paris : Gérard Monfort, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Vert, « « Adresse » de l’art : l’histoire dans ses assises théoriques », Critique d’art [En ligne], 39 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2580 ; DOI : 10.4000/critiquedart.2580

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org