Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Catalogues collectifs

L’Attraction de l’espace : au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !

Antje Kramer-Mallordy
Référence(s) :

L’Attraction de l’espace : au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !, Milan : Silvana ; Saint-Etienne : Musée d’art moderne et d’industrie, 2009

Texte intégral

1« Nous rêvons de voyager à travers le cosmos ; mais le cosmos n’est-il pas en nous ? ». C’est avec cette question que Novalis résuma en 1798 sa définition de l’infini. La quête de l’inconnu, la fascination pour un ailleurs lointain, a soulevé depuis lors l’ambiguïté entre l’angoisse de l’imprévisible et l’attraction de mondes nouveaux qui resteraient à conquérir. Si le sujet fascine d’entrée de jeu, il est appréhendé dans le très riche catalogue dirigé par Martine Dancer, commissaire de l’exposition, sous l’angle interdisciplinaire qui cherche à confronter « des témoignages scientifiques, artistiques et populaires » d’un phénomène qui a marqué plus que jamais la société contemporaine.

  • 1 Voir la notice n°198 publiée dans Critique d’art n°14, automne 1999, p. 105

2Alors que le catalogue de l’exposition Cosmos : du romantisme à l’avant-garde (dirigé par Jean Clair, en 1999)1 a affiché un parti pris « artistique », en se focalisant sur les visions et les fantasmes de l’espace dans l’art depuis le début du XIXe siècle, L’Attraction de l’espace se propose de faire la part belle à la photographie. Des débuts de la photographie astronomique à l’Observatoire de Paris, en passant par les pratiques d’amateurs à la fin du XIXe siècle (on note à ce sujet l’article très instructif de Julien Faure-Conorton), aux tirages originaux de la NASA, tous les apports de ce « jeune » médium à l’exploration de l’espace sont ici réunis. Les amateurs de l’astronomie et les historiens de la photographie y trouvent un ensemble thématique et iconographique abondant qui fraye plutôt un chemin à la Bildwissenschaft qu’à l’histoire de l’art. Cette somme considérable de documents rares et d’articles très éclairants constitue sans aucun doute le point fort de l’ouvrage.

3Par conséquent, la place cédée aux visions artistiques est plus restreinte et n’apporte, au-delà de certains points de synthèse intéressants sur les utopies spatiales du Futurisme italien et russe, que peu d’aspects nouveaux. Dans la section consacrée à « L’utopie spatiale au début du XXe siècle », on regrette en l’occurrence l’absence des utopies architecturales propagées au même moment en Allemagne par un Bruno Taut ou un Wenzel Hablik. De même, bien que les années 1950-1960 aient vu une renaissance du mythe de la conquête de l’espace, attisée par les avancées technologiques de la Guerre froide, l’imagerie particulièrement riche de cette période n’est évoquée que de façon succincte —entre autres à travers la figure de l’astronaute comme icône pop (Charlotte Soubeyrand), dans l’architecture et le design (Jacques Beauffet).

4Si l’ouvrage ambitionne un regard clairement interdisciplinaire, celui-ci semble avant tout déterminé par les partenariats avec les institutions scientifiques (Observatoire de Paris, CNES). Reste le constat que la vaste iconographie populaire constituée par le cinéma, la bande dessinée ou encore par la publicité, bien que mentionnée au fil des textes (faute d’images), mériterait sans doute une place plus importante, voire une exposition à part entière.

Haut de page

Notes

1 Voir la notice n°198 publiée dans Critique d’art n°14, automne 1999, p. 105

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antje Kramer-Mallordy, « L’Attraction de l’espace : au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau ! », Critique d’art [En ligne], 35 | Printemps 2010, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2548

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Revues.org