Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Livres par auteur

Raymond Williams. Culture & matérialisme

Benjamin Thorel
Référence(s) :

Williams, Raymond. Culture & matérialisme, Paris : Les Prairies ordinaires, 2009, (Penser/croiser)

Texte intégral

1Il a déjà été rendu hommage dans ces pages (cf. Critique d’art n°31, « “Un moment réflexif” dans le milieu de l’art ») au minutieux travail d’édition et de traduction effectué depuis plusieurs années par des éditeurs indépendants dans des champs de recherche peu pratiqués en France. La publication par les Prairies Ordinaires d’un recueil de textes de Raymond Williams (1921-1988), dont seuls quelques essais avaient fait l’objet de parutions en revue, en est encore une fois l’occasion. Forme d’introduction à la pensée de celui qui fut l’un des intellectuels de Gauche les plus importants de l’Angleterre pré-thatchérienne, et l’un des « inventeurs » des cultural studies, Culture et Matérialisme regroupe des essais publiés entre 1960 et 1988. Ils donnent une perspective d’ensemble sur la démarche de Williams, ses sujets de prédilection, et plusieurs des concepts centraux de son œuvre. Il y aurait bien sûr beaucoup à dire sur ces travaux du point de vue de l’histoire des idées ou de la marxologie ; on voudrait insister ici sur leur intérêt pour le critique et l’historien d’art. Le texte « Base et superstructure dans la pensée culturelle marxiste » est en la matière fondamentale, proposant une méthode d’analyse des formes culturelles d’une société à partir d’un changement de perspective. Au lieu de s’arrêter à « l’œuvre d’art comme objet », considérée du seul point de vue de sa consommation ou de ses utilisations correctes, il s’agira de s’intéresser à « l’art comme pratique », relation changeante entre ses producteurs et ses interprètes, certes conditionnée, mais jamais prédéterminée. A cela s’articule une relativisation de la culture dominante et de ses effets, Williams attirant l’attention sur des formes culturelles « oppositionnelles » et « alternatives », « résiduelles » ou « émergentes ». Cette vision contrastée et dynamique des champs de création ouvre sur des analyses précieuses des notions d’avant-garde et de modernité. Il en va ainsi quand l’insistance de Williams dans « Perceptions métropolitaines et émergence du modernisme », à force de nuancer l’équivalence entre innovation et modernité, aboutit à une réflexion passionnante sur les médiums et leurs usages : « Pour les immigrants en particulier, pourvus d’une deuxième langue véhiculaire, le langage apparaissait plus facilement comme un médium artistique —pouvant être modelé et remodelé— que comme une habitude sociale » (p. 178). A la fois sociologue et ethnologue, à rebours de tout essentialisme, Williams montre également ici son engagement en faveur d’une théorie émancipatrice. Dans « Publicité : le système magique », il n’est en conséquence jamais simplement question d’aliénation ou de culture de masse ; l’apparition et le développement d’une institution qui a radicalement changé les rapports sociaux ne sont pas envisagés de manière univoque, et surtout pas du seul point de vue de leur « actualité ». Williams s’attache à la description de systèmes culturels, sociaux, économiques sans jamais présumer de relations de causes à effets, avec un sens de la nuance permettant de prendre en compte la latitude des acteurs tout autant que les jeux de pouvoir dans lesquels ils sont pris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Thorel, « Raymond Williams. Culture & matérialisme », Critique d’art [En ligne], 35 | Printemps 2010, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2533

Haut de page

Auteur

Benjamin Thorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org