Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Livres par auteur

Annie Cohen-Solal. Leo Castelli et les siens

Katia Schneller
Référence(s) :

Cohen-Solal, Annie. Leo Castelli et les siens, Paris : Gallimard, 2009, (Témoins de l’art)

Texte intégral

1De Leo Castelli (1907-1999), l’on sait généralement qu’il a été l’un des plus importants galeristes new-yorkais de l’après-guerre qui a successivement défendu ce que l’on a appelé le « Néo-dadaïsme », le « Pop’Art », le « Minimal Art », le « Conceptual Art », le « Video Art » et qui a su les imposer en Europe par le biais de friendly galleries. Mais l’on oublie souvent que lorsqu’il ouvre sa galerie en 1957, il est alors âgé de cinquante ans et a déjà vécu la première moitié de sa vie. Annie Cohen-Solal propose ici de percer le « mystère Castelli » et de comprendre ce qui fit la clé de son succès à partir d’une enquête de quatre années. S’appuyant sur une importante politique d’entretiens et une riche documentation amassée au fil de ses voyages en Europe et aux Etats-Unis, l’auteure revient non seulement sur le passé de Castelli, mais aussi sur celui des « siens ». La thèse soutenue est en effet que sa famille suit le déroulement de l’histoire de l’art et que, dans cet héritage, il est possible de « déceler un paradigme parfait pour expliquer son talent légendaire pour la création de réseaux et la promotion de ses artistes » (p. 12). Si ce déterminisme peut être sujet à discussion, il donne l’occasion à l’auteure de tracer, à l’aide d’un exemple précis, l’histoire des déplacements géographiques, culturels et sociaux d’une famille juive entre l’Europe de l’Est, l’Italie et les Etats-Unis.

2La première des trois parties de l’ouvrage présente comment Leo Krausz est devenu Leo Castelli, en remontant la généalogie de ses ancêtres jusqu’à la Renaissance et en insistant sur son cosmopolitisme. Né dans une famille bourgeoise de Trieste, il rencontre sa première femme, Ileana, fille d’un riche homme d’affaires à Bucarest. Le couple fortuné traverse les troubles de l’entre-deux-guerres dans l’insouciance, ouvrant la galerie Drouin à Paris en 1939 avant de fuir à New York en 1940. La deuxième partie insiste sur son rôle de passeur transatlantique en passant en revue ses relations avec les surréalistes exilés, Vassily Kandinsky, Jackson Pollock, la galerie Drouin et Janis. Entre 1946 et 1956, on le voit ainsi se constituer un réseau de connaissances sur lequel il s’appuie lorsqu’il ouvre sa galerie en 1957. La dernière partie retrace les différents épisodes qui ponctuent le développement de son empire voué à l’art américain, depuis la première exposition de Jasper Johns jusqu’au déploiement de son activité en Europe.

  • 1 Voir : Cohen-Solal, Annie. Sartre 1905-1980, Paris : Gallimard, 1985, (Hors Série)

3L’ouvrage renoue avec le récit vivant et nourri d’anecdotes qui caractérisait la biographie de Jean-Paul Sartre1 et l’histoire de la montée de l’art moderne américain, qui ont fait connaître A. Cohen-Solal. Il offre un regard complet sur un acteur qui a grandement contribué à la mise en place du rôle et des techniques du métier de galeriste dans la deuxième moitié du XXe siècle. Fascinée malgré elle par le « mythe Castelli », l’auteure qui place d’emblée son ouvrage sous la bénédiction de son héros, rend ici hommage à celui qu’elle rencontra en 1989 et que l’on nomma le « prince des galeristes ».

Haut de page

Notes

1 Voir : Cohen-Solal, Annie. Sartre 1905-1980, Paris : Gallimard, 1985, (Hors Série)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katia Schneller, « Annie Cohen-Solal. Leo Castelli et les siens », Critique d’art [En ligne], 35 | Printemps 2010, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2522

Haut de page

Auteur

Katia Schneller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org