Navigation – Plan du site
Catalogues collectifs

Dominique Gonzalez-Foerster, Pierre Huyghe, Philippe Parreno

Larys Frogier
Référence(s) :

Dominique Gonzalez-Foerster, Pierre Huyghe, Philippe Parreno, Paris : Paris-musées, 1998

Texte intégral

1Refusant la forme d’une exposition collective à visée thématique, D. Gonzalez-Foerster, P. Huygue et P. Parreno ont déployé dans l’espace de l’ARC des formes visuelles de récit singulières et critiques. Il ne faut pas espérer trouver chez les trois artistes une quelconque référence à un récit relevant du document réaliste ou de l’autobiographie intimiste. L’utopie d’une vérité de l’image se trouve révélée, sinon évacuée, par l’exploitation de références aux fictions développées par la télévision, le cinéma et la littérature. Pourtant, l’exposition ne se limite pas à un simple travail sur la citation et le simulacre qui a fait les beaux jours de l’art postmoderne des années 1980. La force de telles œuvres est d’opérer un renversement critique des positions traditionnellement occupées par un producteur, un acteur, un narrateur et un spectateur des images. En effet, qu’il s’agisse des remakes de Pierre Huyghe, des intérieurs ou décors de Gonzalez-Foerster, des films sans images ou des Speech Bubbles vides d’énoncés de Philippe Parreno, les rapports d’identification aux ordres des discours s’en trouvent pervertis. Les trois artistes, au lieu de construire des espaces d’exposition et de projection filmique, proposent des espaces transitionnels nécessitant autant un lien qu’une distanciation vis-à-vis des formes de récit. On pourrait y voir, à juste titre, une critique des idéologies de communication médiatiques. Mais comme l’observe J-C. Royoux dans le catalogue d’exposition, il est fondamentalement question de repenser, au moyen d’images fictionnelles déjà réalisées, les processus de subjectivation qui sont à l’œuvre chez le spectateur : « Un miroir qui ne renverrait plus à l’idée de complétude immédiate de la personne, mais qui saurait inclure de la durée et reconnaître le rôle producteur des fictions du moi, donc de l’imaginaire ».

2L’apport déterminant de la publication est alors d’adopter diverses approches critiques vis-à-vis des discours posés sur les œuvres. Une première approche consiste pour les artistes à convier d’autres artistes à discourir sur les formes de récit et de communication : L. Gillick traite ainsi des fondements idéologiques au scénario ; Dunne + Raby présentent leurs travaux revisitant le design électronique qui structurent nos relations sociales quotidiennes ; P. Joseph propose un journal énigmatique retraçant l’installation technique d’un réseau câblé de communication. Suit ensuite un texte critique de J-C. Royoux sur les trois artistes en quête de “la redécouverte d’un sens primitif du récit, en tant que récit d’expérience et expérience de la transmission”. Un entretien du critique d’art avec les artistes permet aussi de mieux cerner les enjeux du projet d’exposition. Enfin, les textes des artistes constituent des récits faisant osciller le discours sur l’œuvre entre le scénario fictionnel (Huyghe-Parreno) et la poésie (Gonzalez-Foerster). L’iconographie qui clôt la publication ne constitue pas uniquement un corpus documentaire mais aussi des fragments d’images à reconstituer par le lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Larys Frogier, « Dominique Gonzalez-Foerster, Pierre Huyghe, Philippe Parreno », Critique d’art [En ligne], 13 | Printemps 1999, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2513

Haut de page

Auteur

Larys Frogier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org