Navigation – Plan du site
Monographies

Andy Warhol : A Factory

Marcella Lista
Référence(s) :

Andy Warhol : A Factory, Wolfsburg : Kunstmuseum ; New York : Solomon R. Guggenheim Museum ; Bruxelles : Société des expositions du Palais des beaux-arts, 1999

Texte intégral

1L’exposition Andy Warhol : a Factory, actuellement présentée à Bruxelles, a été conçue par Germano Celant dans le cadre du Guggenheim Museum de New York. De la part de celui qui fut le promoteur engagé de l’Arte povera, cet hommage au créateur du Business Art prend l’allure d’une mise au point rétroactive, où l’admiration se teinte toutefois d’une nuance nostalgique. Auteur unique du catalogue, Celant axe sa lecture sur ce fait désormais admis qu’est la faculté d’anticipation manifestée par Warhol vis-à-vis de l’évolution de la culture dans la société de masse : « pour la morale artistique, remarque-t-il, la partie semble aujourd’hui perdue, et il paraît ridicule de reprocher à Warhol de l’avoir compris il y a plus de quarante ans. » Suivant le topos du “désenchantement”, l’exposition et son catalogue veulent offrir pour la première fois une vision globalisante du personnage et de son œuvre, où domine le concept de l’artiste comme “machine de production”.

2Si le graphisme publicitaire et l’illustration de livres des débuts de sa carrière sont aujourd’hui considérés comme le laboratoire du Pop art -Warhol exposa d’ailleurs ce type de dessins dès 1952-, diverses expositions récentes ont plutôt exploité une image spécialisée de la production de l’artiste, autour de thèmes tels que la mode, la publicité, le cinéma. Leur succès confirme bien la prophétie warholienne selon laquelle “l’art commercial est l’étape qui succède à l’art”. En réaction, Andy Warhol : a Factory cherche à suggérer une idée “post-moderne” de l’“art total”. Celle-ci se situerait au-delà du mélange des arts. Elle s’accomplirait en fait à travers l’indistinction entre utile et inutile, réalité et artifice, dans la fusion créative et dynamique de l’art et du marché. Pour Celant, l’artiste “contemporain”, encore qualifié de “post-humain”, n’aspire plus à changer la société, mais à s’annuler en elle par une disponibilité totale envers ses exigences.

3Le mérite de l’exposition est de restituer l’ambiance de la Factory par un abondant matériel photographique, et d’intéresser ainsi un large public à ce lieu synergique où a pu s’effectuer la transformation de l’artiste en œuvre d’art. La création cinématographique, la production du Velvet Underground, ainsi que l’édition de la revue Interview y sont largement représentés. Le catalogue, néanmoins, laisse résolument sur sa faim le lecteur un tant soit peu curieux. Adoptant la forme d’un épais livre de poche, l’ouvrage consiste, outre le texte introductif, en une succession de reproductions et de citations compilées sans commentaire. C’est sans doute par zèle mimétique qu’on y refuse toute spécification concernant l’utilisation des œuvres, tout développement sur l’évolution des techniques, le contexte et le déroulement des spectacles. Une certaine idée de consommation démocratique de l’œuvre et de la vie de Warhol a conditionné de part en part la conception de ce livre. Elle a conduit à préférer les effets de maquette à l’information, ce qui circonscrit d’emblée, évidemment, l’envergure du travail critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcella Lista, « Andy Warhol : A Factory », Critique d’art [En ligne], 14 | Automne 1999, mis en ligne le 28 mars 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2446

Haut de page

Auteur

Marcella Lista

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org