Navigation – Plan du site
2016

Jacques Soulillou, Le Décoratif

Stéphane Laurent
Le Décoratif
Jacques Soulillou, Le Décoratif

Paris : Klincksieck, 2016, 108p. ill. en noir en coul. 25 x 16cm, (Collection d’esthétique)

Bibliogr. Index

ISBN : 9782252039946. _ 21,00 €

Seconde éd. revue et augmentée

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Jacques Soulillou s’inscrit dans la lignée de ses publications sur l’ornement et le décoratif, dont l’auteur est devenu le philosophe, profitant d’un manque d’intérêt des chercheurs pour le domaine. Issue d’une thèse en esthétique soutenue il y a trente ans déjà, cette réédition d’un ouvrage paru en 1990 a été simplement augmentée d’illustrations en couleurs et d’une préface d’une vingtaine de pages qui tente d’actualiser le thème en égrenant quelques notions qui ne permettent pas d’introduire clairement le propos qui suit. L’ajout du texte aurait donc été plus attendu en postface. Ecrit dans le contexte du débat postmoderne sur la remise en cause de la doxa moderniste au profit d’une réhabilitation de la notion de décoratif, ce que l’auteur appelle « la fin des utopies anti-décoratives », l’ouvrage semble aujourd’hui daté, face à l’émergence de questions ayant trait au design et à l’artisanat (cf. Richard Sennett, Ce que sait la main : la culture de l’artisanat, Paris : Albin Michel, 2010 [2008]). En outre, le contenu apparaît confus (comme souvent dans d’autres ouvrages de l’auteur), souvent répétitif, à l’image de l’explication sur l’esprit de convenance classique, qui revient deux fois, pages 27 puis 63. Jacques Soulillou entreprend de dépoussiérer le décoratif (comme s’il en avait besoin !) en l’arrimant à l’art contemporain tout en glosant au fil de son inspiration. Il fonde son analyse sur l’étude exclusive de textes qui recoupent son sujet, sans effort de contextualisation historique et avec une volonté quasi-dogmatique de séparer le décoratif des arts décoratifs, alors même qu’ils sont étroitement liés. Le propos se fait plus intéressant lorsqu’il aborde le rapport des Nabis et du postimpressionnisme à la planéité, en se fondant sur l’ouvrage de Thomas Mascheck, que l’auteur a traduit (de façon peu claire) récemment, mais qu’il ne cite pas en note. Il est regrettable au final que le lecteur ne trouve pas la compréhension du sujet que le titre laisse entendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Laurent, «  Jacques Soulillou, Le Décoratif », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/24235

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Revues.org