Navigation – Plan du site
Catalogues monographiques

Bernard Piffaretti : va-et-vient, Come and Go

Jean-Marc Huitorel
Référence(s) :

Bernard Piffaretti : va-et-vient, Come and Go, Paris : Fondation Cartier pour l’art contemporain ; Arles : Actes sud, 2000

Texte intégral

1L’exposition récente à la Fondation Cartier d’une quarantaine de tableaux de Bernard Piffaretti, à quoi il faut ajouter des dessins et de tout petits formats sans motif hormis le trait de séparation, constitue un événement, d’abord parce qu’elle est la plus importante depuis celles, en 1991, de Nantes, Nice, Göppingen et Paris. Evénement ensuite, dans la confirmation évidente qu’il s’agit bien là du peintre français le plus important de sa génération et largement l’égal des Federle, Brandl ou Lasker, voire des aînés, Richter ou Polke. L’exposition atteindrait par ailleurs parfaitement son but si, en plus de la consécration du sus-nommé, elle permettait une attention plus grande à d’autres peintres de talent comme Christophe Cuzin, Jean-François Maurige, Stéphane Bordarier, Jean-François Dubreuil, Dominique Gauthier et quelques autres.
Cet ensemble de grands formats, tous récents et fort bien reproduits dans le catalogue, montre que le “système Piffaretti” n’a pas pris une ride et qu’il continue de produire des tableaux d’une grande efficacité visuelle, dans le sens, certes d’une vertu décorative (telle que Matisse l’entendait), mais aussi dans celui d’une visualisation des principes qui la fondent et des questions que cela ne cesse de soulever (Duchamp, Dada, l’héritage conceptuel associé, quoi qu’on dise, à quelques bribes de modernisme). Ce par quoi on identifie d’emblée une peinture de Piffaretti (une moitié de la surface peinte puis dupliquée sur la moitié restante et séparée de la première par un trait vertical), cette “duplication comme méthode” n’a rien du truc d’artiste ou du logo roublard. Elle émane au contraire d’une nécessité de l’œuvre, son seul programme possible. Comme le pliage chez Hantaï, comme le concept d’Opalka, elle n’est pas apparue par hasard mais bien au terme d’un tâtonnement inquiet en ce qu’il en allait de l’avenir même du travail. Destinée à “refroidir” la subjectivité et l’expressionnisme, cette manière de faire aura les conséquences les plus diverses tant en amont (refaire à peu près ce que l’on vient de faire ; dans le même tableau, peindre d’invention et sur le motif) qu’en aval (plus de ligne d’horizon, partant plus d’ouverture sur le monde, plus de centre, toujours penser en équivalence). Cela donne aussi une peinture grande ouverte à la temporalité, un espace déployé dans le déroulement du temps, l’image même de la performance réitérée. Mais cette duplication, qui atteste de l’ontologie du geste —quoiqu’à l’opposé de la peinture gestuelle— peut également s’appréhender à l’échelle et à la mesure du corps, dans cette symétrie approximative qui les caractérise l’un comme l’autre.

2Cette exposition constitue enfin un événement par la qualité du catalogue qui l’accompagne. Dans une maquette très dynamique de Françoise Parraud qui offre une véritable approche du travail, on trouve une synthèse critique et éclairante d’Eric de Chassey, un texte de Timo Vuorikoski et un échange très stimulant entre Catherine Perret et Raphael Rubinstein qui ouvre sur cette œuvre quelques perspectives prometteuses qu’il conviendra de creuser, celle en particulier d’une peinture refusant de céder à l’ironie acrimonieuse et cependant lucide, joyeuse et primesautière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Huitorel, « Bernard Piffaretti : va-et-vient, Come and Go », Critique d’art [En ligne], 17 | Printemps 2001, mis en ligne le 12 mars 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2371

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Huitorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org