Navigation – Plan du site
Catalogues monographiques

Laurent Pariente : Œuvres / Works, 1986 - 2000

Bernard Marcadé
Référence(s) :

Laurent Pariente : Œuvres / Works, 1986 - 2000, Paris : Laurent Pariente éd., 2000

Texte intégral

1D’entrée de jeu, il faut saluer l’extrême qualité de ce livre, dont nous devons la maquette à Michael Gordon. Le classicisme rigoureux de la mise en page est parfaitement bien adapté à l’esprit des travaux de Laurent Pariente. Que l’on se réfère à ses expositions (à la Galerie Jean-François Dumont en 1992 ou au Creux de l’Enfer de Thiers en 1997-1998), à la maîtrise d’œuvre du Panetier (bâtiment industriel pour la compagnie Lefranc, Saint-Martin-Boulogne, 1996), à ses Autoportraits dessinés à la mine de plomb (1985-1999) ou à ses “labyrinthes” de plâtre, savon, argile, résine ou craie (Comme rien d’autre que des rencontres, Anvers, 1993-1994 ; Sans titre, Galerie Cent8, 1998), il est difficile de qualifier l’art de Laurent Pariente. Situé aux confins de la sculpture et de l’architecture, il se veut, au sens strict, utopie. « L’espace que je construis, remarque l’artiste, n’est pas un lieu, il est plutôt un non-espace, un espace sans limite dans un lieu ».

2Christiane Vollaire, dans son texte introductif (“La trahison du géomètre”), développe l’idée que « le travail de Laurent Pariente n’est pas fait pour être vu, mais pour être occupé ». « L’œuvre de Pariente, précise-t-elle à propos de l’installation du Creux de l’Enfer, n’est pas un travail d’architecte, mais d’arpenteur (la version primitive du géomètre), l’occupation à laquelle elle convie n’est pas de l’ordre de l’habitation, mais de la déambulation : ce lieu sans porte est un lieu de passage, un prétexte à la fugacité ». La contribution de Jean-François Dumont (“Ce qui venait scintiller ou l’‘initiale perfection’”) évoque le paradoxe des installations de Pariente, et le met en relation avec la blancheur “terrifiante” du Moby Dick de Herman Melville.

3Dans un très beau texte (“Qui marche”) qui ne sacrifie à aucune citation (ce qui, par les temps qui courent est, sinon remarquable, du moins à remarquer), René Denizot tente de situer son discours au cœur du déploiement de cette œuvre. Très attentif à la singularité des pièces de Pariente, l’auteur s’attache à dégager les enjeux phénoménologiques de chaque installation. Ainsi, à propos de l’exposition de Calais en 1993 : « Le lieu qui s’évide dans l’évidence de l’argile demeure le lieu d’appropriation du corps. Ce rapport à soi rencontre sa limite et consomme le seuil métaphorique de son exposition au monde, en entrant, à Calais, dans le corps d’une œuvre qui l’ingère radicalement. Il n’y a plus de murs ou de structures erratiques, mais l’errance d’un corps qui traverse le corps du bâtiment, qui l’évide en le pénétrant, en incorporant à l’étendue vacante, au désœuvrement de la chair, présents et mis au jour dans l’argile, le vide et le plein d’une exposition intestine, dont nous sommes l’hôte et le festin ».

4La contribution très savante et très argumentée de Christian Besson (“Le mur, la limite, le neutre”) est de nature généalogique. Besson tente de qualifier la démarche “architextuelle” de Laurent Pariente, faite de glissements au travers des “genres” constitués de l’art. Il est fait grand cas dans ce texte des écrits et des déclarations de l’artiste qui insistent sur les notions de mémoire, d’utopie ou de labyrinthe ; ce qui permet à l’auteur de déceler dans ce travail des confins la réitération paradigmatique des paradoxes du projet moderne. « Si l’œuvre, écrit Besson, malgré qu’elle en ait, fait de l’utopie artistique une image, en faisant œuvre Laurent Pariente ne remet-il pas en scène, une fois de plus, l’échec programmé du désœuvrement moderne ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Marcadé, « Laurent Pariente : Œuvres / Works, 1986 - 2000 », Critique d’art [En ligne], 17 | Printemps 2001, mis en ligne le 12 mars 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2369

Haut de page

Auteur

Bernard Marcadé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org