Skip to navigation – Site map

Comité scientifique international

Comité Scientifique International

image

Juan Vicente Aliaga est professeur en théorie de l’art moderne et contemporain à l’Universidad Politécnica de Valence (Espagne). Il enseigne les relations entre l’art et les études féministes, queer et de genre. Il est l’auteur, entre autres, de Orden fálico. Androcentrismo y violencia de género en las prácticas artísticas del siglo XX(Madrid, Akal, 2007) et de Arte y cuestiones de género (San Sebastián, Nerea, 2004). Il a également organisé les expositions suivantes : Akram Zaatari (2011) ; En todas partes. Políticas de la diversidad sexual en el arte / Everywhere. Sexual Diversity Politics in Art (2009) ; Martha Rosler (2009) ; La Batalla de los géneros / Gender Battle (2007) ; Hannah Höch (2004) ; Pepe Espaliú (2003) ; Claude Cahun (2001).

image

Joerg Bader exerce la critique d’art depuis 1996. En 2003, il se voit confier la direction du Centre de la photographie à Genève, où il conçoit entre autres 70 expositions individuelles et une quinzaine d’expositions collectives ou thématiques. De 2002 à 2016, il enseigne à l’école supérieure d’art, devenu la HEART à Perpignan, et à la HEAD de Genève de 2004 à 2009. Il a créé en 2003 la triennale de photographie 50JPG et lancé en 2007 les éditions du Centre de la photographie. Depuis 2008, il vit entre Genève et Belo Horizonte (Brésil). Joerg Bader est membre de l’AICA, de la commission pour le soutien à la photographie documentaire au CNAP et de la commission pour le soutien à la photographie documentaire à Genève. Ses activités d’éditeur et d’auteur l’ont amené à contribuer à 25 publications sur des artistes et une dizaine de contributions dans des livres ou catalogues collectifs.

image

Marek Bartelik est historien de l’art, critique d’art et poète. Il enseigne l’art moderne et contemporain à la Cooper Union for the Advancement of Science and Art à New York depuis 1996. Il a également été professeur invité à Yale et au MIT. Il est actuellement co-président de l’AICA-Etats-Unis et vice-président de l’AICA International. Marek Bartelik a donné des conférences au niveau national et international, entre autres au MoMA à New York, à l’Académie polonaise des Sciences à Varsovie, au Musée municipal de La Haye en Hollande, au Musée national des beaux-arts de Buenos Aires, à la Pinacothèque de São Paulo. Ses articles paraissent dans Artforum, CAA Art Journal et Art in America. Il a publié entre autres The Sculpture of Ursula von Rydingsvard (1996) ; To Invent a Garden: The Life and Art of Adja Yunkers (2000) ; Early Polish Modern Art: Unity in Multiplicity (2005) ; POZA: On the Polishness of Contemporary Polish Art (2008);et GDR/DDR: Contemporary German Painting from Portuguese Collections (2008).

image

Christian Besson est membre des Archives de la critique d’art. Il vit près de Dijon où il a complété ses études d’histoire de l’art auprès de Roland Recht, Serge Lemoine ou Michel Frizot. Il avait auparavant étudié la philosophie à Grenoble. Cette double formation est sensible dans la thèse d’Histoire de l’art qu’il a soutenue à Rennes en 2001 : Au Gai savoir de la critique. Elle portait sur l’histoire de l’art et la sémiotique, et forme en quelque sorte l’armature de son livre Abductions. Il enseigne aujourd’hui à la Haute Ecole d’Art et de Design de Genève (HEAD).

image

Christophe Domino est critique d’art, commissaire d’expositions, auteur et chercheur. Il a co-animé le comité de rédaction de Critique d’art de 2002 à 2011, avant de rejoindre le Comité scientifique international créé à l’occasion de la refonte de la revue en 2012. Christophe Domino enseigne à l’ESBA TALM (école supérieure des beaux-arts Tours-Angers-Le Mans).

image

Robert Fleck est depuis 2012-13 professeur pour l’art et la chose publique, responsable des collections et des expositions, ainsi que vice-recteur à la Kunstakademie de Düsseldorf. Après des études aux universités de Vienne, Innsbruck et Paris (1976-1987), il a soutenu une thèse de Doctorat en Histoire intitulée La Révolution de 1848 à Paris, le rôle des artistes et l’invention de l’Etat providence. Nommé Officier des Arts et Lettres en 2011, on lui doit la conception de Manifesta 2 (Luxembourg, 1998), de l’exposition du centenaire de la Sécession de Vienne 1998, de la Biennale de Turin 2000 et du pavillon autrichien à la Biennale de Venise 2007. Il dirigea le centre d’art contemporain-maison de la photographie Deichtorhallen Hamburg de 2004 à 2008 ; puis le Centre National d’Art et d’Expositions de la République Fédérale d’Allemagne à Bonn de 2009-2012.

image

Véronique Goudinoux est historienne et théoricienne de l’art contemporain. Elle a soutenu en 1996 un Doctorat sur les enjeux et les débats de l’art italien après 1945. Ses recherches se sont depuis orientées : 1.vers l’étude des pratiques artistiques (arts plastiques et visuels) de groupe au XXe siècle ; 2.vers les questions relatives au problème de la sexuation de la pratique artistique contemporaine. Elle co-fondé la revue Critique d’art en 1993 et a fait partie de son comité de rédaction jusqu’en 2011.

image

Laura Iamurri est professeure d’histoire de l’art contemporain et membre de l’École doctorale à l’Università Roma Tre. Elle travaille principalement sur les relations entre la production artistique contemporaine et les discours de l’histoire et de la critique d’art. Ses recherches récentes portent sur la culture visuelle et les réseaux d’artistes, revues, critiques et galeries au XXe siècle ; sur l’historiographie de l’art moderne ; sur le féminisme et les arts en Italie ; sur la mémoire de la Shoah et de l’antifascisme. Son dernier livre est consacré à Carla Lonzi (Un margine che sfugge. Carla Lonzi e l’arte in Italia, 1955-1970, Quodlibet, Macerata 2016), dont elle avait déjà réédité Autoritratto, Milan 2010, et recueilli, avec L. Conte et V. Martini, les Scritti sull’arte, Milan 2012.

image

Christophe Kihm est critique d’art, membre de la rédaction d’Art press, professeur à la Haute école d’art et de design de Genève (HEAD). Il enseigne également à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et est commissaire d’expositions indépendant.

image

Elisabeth Lebovici est critique d’art et rédactrice en chef du pop’lab. Elle a travaillé quinze ans au service Culture de Libération, fut rédactrice en chef de Beaux-arts magazine et a participé à de multiples projets impliquant des artistes ; des ouvrages (sur Annette Messager, Georges Tony Stoll, ou Valérie Mréjen) ; des séminaires (« Something you should know » à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, depuis janvier 2006) ; des expositions et festivals mais également d’autres activités plus militantes. Elle enseigne, écrit des chroniques critiques sur son blog « Le Beau Vice », et est l’auteur d’ouvrages de référence tels que Femmes artistes, artistes femmes, la création à Paris au XXe siècle. E. Lebovici fait partie des membres fondateurs de la revue Critique d’art et a co-animé son comité de rédaction de 1993 à 2011.

image

Jacques Leenhardt est Directeur d’Etudes à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris). Il travaille sur l’art et la littérature, en particulier dans les Amériques latines. Critique d’art et organisateur d’expositions, il se consacre depuis des années au paysage. Il a publié entre autres : Lecture politique du roman (1973), Lire la lecture (1982) Les Amériques latines en France (1992), Dans les Jardins de Roberto Burle Marx (1994), Villette-Amazone (1996), Michel Corajoud paysagiste, (2000), Conscience du paysage (2002), A Construção francesa do Brasil, (2008), Wifredo Lam, une monographie (2009).

image

Kim Levin est critique d’art et commissaire d’expositions. Elle fut correspondante régulière de The Village Voice de 1983 à 2006. Depuis, elle écrit régulièrement dans Art News. K. Levin est l’auteur de Beyond Modernism: Essays on Art from the ‘70s and ‘80s (1988). Elle a enseigné au Philadelphia College of Art, à Parsons The New School for Design, Claremont Graduate School, et à The School of Visual Arts. Elle a organisé des expositions en Corée, au Danemark, en Allemagne, au Japon, en Norvège, en Pologne et aux Etats-Unis. Présidente de l’AICA Internationale de 1996 à 2002, elle en est actuellement la Présidente Honoraire. Ses distinctions incluent l’Art/World Award for Distinguished Newspaper Journalism (1986) et le SECA Fellowship for Criticism décerné par le San Francisco Museum of Modern Art (1993).

image

Henry Meyric Hughes est commissaire indépendant, conseiller et auteur dans le champ de l’art. De 1968 à 1992, il a travaillé pour le British Council en Allemagne, au Pérou, en France et en Italie. Il assura les postes de Director of Visiting Arts (1994-96) et de Director of Visual Arts (1986-92). Il dirigea ensuite la Hayward Gallery, fut commissaire du Pavillon britannique à la Biennale de Venise et commissaire de la Biennale de São Paulo de 1986 à 1992. Il est l’organisateur des expositions telles que Blast to Freeze: British Art in the Twentieth Century à Wolfsburg et Toulouse (2002-03); du Pavillon chypriote à la Biennale de Venise (2003) ; et d’expositions sur l’art contemporain à Oslo (2005-06). Commissaire associé à la 30ème Exposition d’art et d’histoire  du Conseil de l’Europe, on lui doit The Desire for Freedom: Art in Europe since 1945 au Deutsches Historisches Museum Berlin. Président Honoraire de l’Association internationale des critique d’art à Paris, il est aussi co-fondateur de Manifesta à Amsterdam, qu’il présida de 1996 à 2007. Ayant assuré les fonctions de conseiller à l’UNESCO et au Conseil de l’Europe, Henry Meyric Hughes est aujourd’hui membre des Archives de la critique d’art.

image

Maria Stavrinaki est maître de conférences HDR à l’Université Paris I- Panthéon-Sorbonne, où elle enseigne l’Histoire de l’art contemporain. Elle travaille sur les temporalités de l’art et les conceptions de l’histoire, ainsi que sur les rapports de l’art avec la politique des deux derniers siècles. Parmi ses travaux récents, le numéro spécial « Préhistoire/Modernité », avec Rémi Labrusse, pour les Cahiers du MNAM (n° 127, printemps 2014), ainsi que les ouvrages Dada Presentism. An Essay on Art and History (Stanford University Press, 2016) et Contraindre à la liberté : Carl Einstein, les avant-gardes, l’histoire (Centre allemand d’histoire de l’art, 2017).

image

Philippe Vergne dirige le MoCA (Museum of Contemporary Art) de Los Angeles. Il a dirigé le Musée d’art contemporain de Marseille (1994-1997), avant d’être nommé conservateur du Walker Art Center de Minneapolis jusqu’en 2008, avec une interruption au début des années 2000 quand il avait été recruté par François Pinault pour diriger la fondation que l’homme d’affaires envisageait alors d’implanter à l’île Seguin. La décision de ce dernier de partir pour Venise avait ramené Philippe Vergne dans le giron du Walker Art Center, qu’il avait quitté en 2008 – après une expérience plutôt réussie de co-curateur de la biennale d’art contemporain du Whitney Museum en 2006 – pour diriger la DIA Foundation de New York, une institution légendaire créée en 1974 par Philippa de Menil et Heiner Friedrich.

  • Revues.org