Navigation – Plan du site
Catalogues collectifs

La Beauté

Thierry Davila
Référence(s) :

La Beauté, Paris : Flammarion, 2000

Texte intégral

1La Beauté est le catalogue de l’exposition du même nom, imaginée par Jean de Loisy, qui s’est déroulée à Avignon durant l’été 2000. Catalogue opulent qui reprend en images l’ensemble de la manifestation et que l’on peut utiliser de deux manières : soit comme un outil de réflexion sur ce que proposait l’exposition, soit comme un guide –volumineux– à l’usage du spectateur qui déambule au milieu des œuvres. L’ouvrage est essentiellement divisé en quatre parties, chacune correspondant aux espaces qui accueillaient La Beauté et ses différents chapitres : La Beauté in fabula au palais des Papes, La Nature à l’œuvre à l’espace Jeanne Laurent, Transfo au clos des trams et La Belle ville pour tout ce qui concerne la ville d’Avignon hors palais des Papes.

2Dans son introduction, le commissaire de l’exposition brosse le tableau de La Beauté in fabula en en faisant le parcours rapide. Comme il le dit lui-même, il ne s’agit pas là d’une exposition théorique –c’est-à-dire probablement d’un projet qui veut fixer un cadre rigide à un propos particulier– même s’il distingue quatre régimes esthétiques différents à l’œuvre dans son projet, avant de terminer son texte par un constat sur la globalité des visions artistiques à travers les siècles. De fait, ce catalogue propose de jouir des œuvres toute chronologie oubliée et tisse ainsi des ponts entre toutes les époques. On passe par conséquent d’une tapisserie du XVIe siècle à une pièce d’Anish Kapoor, d’une œuvre japonaise du XIVe siècle à une photographie de Nan Goldin ou une pièce de Nam June Paik. Ces chocs historiques constituent la trame même de l’exposition.

3Le deuxième chapitre traite de la beauté naturelle ou comment la nature devient elle-même une incroyable artiste. Introduite par un texte d’Yves Le Fur, cette partie tente de brouiller les limites qui généralement structurent le système des beaux-arts (la séparation entre la nature et la culture) pour faire de l’émerveillement une catégorie qui rassemble les deux domaines, celui de la beauté des créations humaines et celui de la beauté des créations naturelles.

4Dans les deux dernières grandes parties, ce sont bien souvent les artistes eux-mêmes qui commentent les œuvres qu’ils ont créées pour la circonstance. On sait que l’originalité de l’exposition reposait aussi sur un certain nombre de pièces conçues pour l’occasion. C’est donc une manière de mode d’emploi de La Beauté que le lecteur se voit proposé, mode d’emploi qui mêle musique, mode, maquillage, arts plastiques, performances, spectacles divers, décoration... Thomas Hirschhorn, par exemple, explique brièvement les tenants et les aboutissants du Deleuze-Monument qu’il a inventé. Son texte bref aborde le projet, son lieu d’exposition et sa réalisation. De son côté, Bertrand Lavier a choisi de dialoguer avec Eric Troncy pour expliciter sa création, Mon bar. On retire de ce parcours la conviction que la beauté n’existe pas en soi mais que l’on a bien à faire à des beautés que ce généreux catalogue ne saurait par principe même qu’effleurer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Davila, « La Beauté », Critique d’art [En ligne], 16 | Automne 2000, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2351

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org