Navigation – Plan du site
Ouvrages par auteur

Thomas Crow. La Peinture & son public à Paris au dix-huitième siècle

Jacques Leenhardt
Référence(s) :

Crow, Thomas. La Peinture & son public à Paris au dix-huitième siècle, Paris : Macula, 2000

Texte intégral

1Historien de l’art, Thomas Crow n’entend pas laisser la peinture enfermée dans les débats d’attributions et les jugements subjectifs. Son étude sur le XVIIIe siècle aborde donc de front une question essentielle : dans quelle mesure l’émergence d’un nouveau public de l’art a-t-elle influé sur le goût et rompu le face-à-face entre l’artiste et l’Académie, fidèle porte-parole de la tradition picturale. L’enjeu de cette question réside évidemment dans le rôle que l’on attribue aux salons, et, indirectement, à la critique d’art qui naît à leurs marges.

2Or pour renouveler cette question déjà fort débattue, Thomas Crow agit en historien. Non pas historien de l’art, ou de la société, ou de la politique. Pour lui en effet, ces divisions ne servent qu’à masquer le jeu des influences réciproques, comme il le dit dans sa postface à l’édition française. C’est en historien qu’il démontre la constitution d’un nouveau public, rassemblé par les salons, qui devient au cours du siècle une voix autonome affirmant un goût, faisant et défaisant des renommées contre ou en marge des choix de l’Académie.

3Le chapitre consacré aux “Fêtes galantes” et aux “Fêtes publiques” illustre parfaitement la méthode de Thomas Crow. Il y fait ressortir le rôle du théâtre et des spectacles de foire dans le renouvellement de l’imagerie, par exemple chez Watteau. Il pointe le rôle de figures, jusqu’alors tenues pour secondaires, mais qui établissent un lien entre le public bourgeois naissant et l’art qui se cherche un chemin aux marges du système établi.

4Le jeu social autour de l’art comporte désormais à ses yeux quatre acteurs : les artistes de l’Académie, anxieux de perdre leur pouvoir de légitimation et les commandes liées à celui-ci ; l’administration publique, qui coiffe cette même Académie et les Bâtiments, traversée par tous les conflits de personne et de projet politique de l’époque de transition qui précède la chute de la Monarchie ; la presse des arts, qui joue un rôle essentiel entre esthétique et politique et enfin le public des salons, classe nouvelle en formation, cherchant à affirmer des valeurs encore mal assurées.

5Une telle représentation de la scène artistique ouvre singulièrement le cadre dans lequel analyser les succès (Greuze par exemple), l’iconographie des tableaux et le discours qui se tient sur l’art. Thomas Crow apporte sur ces sujets des vues originales, toujours fortement étayées par des documents d’archives, ce qui fait de son ouvrage, toujours agréable à lire dans la traduction de André Jaquesson, un repère indispensable pour l’analyse de l’émergence de la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leenhardt, « Thomas Crow. La Peinture & son public à Paris au dix-huitième siècle », Critique d’art [En ligne], 17 | Printemps 2001, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2335

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org