Navigation – Plan du site
Catalogues monographiques

Balthasar Burkhard

Nathalie Boulouch
Référence(s) :

Balthasar Burkhard, Paris : Réunion des Musées Nationaux ; Grenoble : Musée de Grenoble, 1999

Texte intégral

1Si Balthasar Burkhard (né à Berne en 1944) est régulièrement exposé dans sa Suisse natale, il est encore assez peu présenté en France. Il convient donc de saluer l’initiative du musée de Grenoble de lui consacrer cette exposition mono­graphique et rétrospective. Après des débuts comme photographe chargé de la documentation à la Kunsthalle de Berne du temps de Harald Szeemann, il émerge au sein du milieu artistique au début des années 1970 en présentant dès cette époque des séries de grand format. Réso­lument ancrée dans des questionnements plastiques contemporains, sa démarche photographique est singulière et atypique à bien des égards. En effet, ses images se caractérisent par une extrême précision, une finesse sensuelle des tirages où se décline l’infini des valeurs du noir et blanc ; la maîtrise de la lumière exaltant souvent la surface et la texture du motif par des éclairages obliques –et ce, jusque dans les vues aériennes panoramiques de métropoles américaines qui l’intéressent aujourd’hui. Ce sont aussi la reprise des sujets de l’iconographie de la tradition picturale (nu, fleurs, paysage, animaux, portrait…) et leur approche très subjective, les choix de cadrages qui fragmen­tent le motif selon des plans rapprochés et le décontextualisent dans un espace sans profondeur pour en magnifier la présence, enfin les agrandissements à une échelle monumentale qui assoiront la reconnaissance de son langage dans les années 1980. Ainsi dans les Bras (1980-82 ; 1993) ou le Grand nu (1983) dont le catalogue reproduit les différents états, la pratique d’assemblage de tirages issus de différentes prises de vue recompose une réalité corporelle qui peut s’étendre jusqu’à plus de 13 mètres de long. Quant aux énigmatiques portraits d’animaux de zoo (1995-96) représentés en pied, placés de profil devant la neutralité clinique d’un drap blanc selon un dispositif comparable à celui des photographies anthropo­métriques du XIXe siècle, ils sont reproduits à taille réelle et les tirages accrochés près du sol de manière à établir une relation d’altérité troublante et forte à l’endroit du spectateur et de l’espace d’exposition.

2A l’égal du travail du photographe, le catalogue est d’une grande élégance de présentation et accorde une attention toute particulière à la qualité d’impression des images sur un choix de papiers différents. Il s’attache à une mise en page jouant sur les changements de formats, jusqu’aux respirations blanches et aux ruptures de pages monochromes qui, rappelant les partis pris de Burkhard dans certains de ses accrochages, avaient déjà inspiré l’organisation du catalogue de sa première exposition rétrospective (Eloge de l’ombre) au musée Rath de Genève en 1997. Mais, si cela importe, est-ce suffisant ? Les textes qui accompagnent les diverses sections illustrées sont des digressions, des réflexions inspirées par cette pratique originale dans le champ de la photographie contemporaine mais ne lui fournissent pas l’étude et l’analyse serrée qu’elle mériterait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Boulouch, « Balthasar Burkhard », Critique d’art [En ligne], 16 | Automne 2000, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2333

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org