Navigation – Plan du site
Traduction / Translation

L’Art informel dans la Corée des années 1960

Lee Yil
Traduction de Traduit de l’anglais par Phoebe Clarke

Notes de la rédaction

Texte original extrait de Lee Yil Anthology: Perspective of Modern Art, Séoul : Minjinsa, 1985, p. 334-339

© Minjinsa, 1985, with the courtesy of Lee Yu Jin. All rights reserved. Republished by permission of the copyright holder.

Une traduction anglaise de Lee Yil Anthology: Perspective of Modern Art (sous la dir. Yeon Shim Chung, Keith Wagner) est annoncée aux Presses du réel (collection World Art Critics) en coédition avec l’AICA international.

Lee Yil et l’art informel coréen

Entre 1957 et 1963, à Paris, Lee Yil (1932-1997) poursuit ses études de littérature française commencées à Séoul. Toujours à Paris, il engage une formation en histoire de l’art de 1963 à 1965. Dans le même temps, il est le témoin des premières contributions de la Corée du Sud à la Biennale de Paris dont il préface celles de 1963 et 1965, tout en envoyant divers articles à Séoul. Comme il le rappelle dans le texte que nous traduisons, alors qu’il connaît bien la situation de l’Informel à Paris, il découvre les travaux des artistes coréens presqu’en même temps que le public de la Biennale. Parmi la sélection des Coréens du Sud figurent des artistes dont il continuera à suivre longuement le travail y compris dans l’évolution de certains d’entre eux vers le Dansaekhwa, plus communément qualifié de monochrome sud-coréen. Alors qu’il se plaint dans le catalogue de la Biennale de la tendance des Occidentaux à confondre tous les artistes asiatiques dans un même ensemble, ainsi que de la forme de colonialisme artistique que pratiquait la France, il contribue le premier à proposer une lecture de l’histoire de l’art sud-coréen tout à fait spécifique. D’une part il justifie une chronologie décalée du fait de la guerre de Corée et d’autre part il voit dans l’émergence de l’art informel en Corée « un événement décisif dans le développement de notre art moderne ».

Alors que l’Association Internationale des Critiques d’Art (AICA) va publier une traduction anglaise d’un large choix de ses articles, il nous a semblé important d’en donner la primeur à nos lecteurs francophones. Sur la base d’une excellente connaissance de l’art d’après-guerre dans le monde, ses textes assoient la place spécifique de la Corée du Sud et de ses artistes dans une histoire dont les Occidentaux ne connaissent souvent que des bribes au travers des expositions internationales et autres biennales. Des rétrospectives du Dansaekhwa circulent actuellement dans de nombreux pays et bénéficient d’une véritable reconnaissance internationale.

Jean-Marc Poinsot

/

Original text taken fromLee Yil Anthology: Perspective of Modern Art, Séoul : Minjinsa, 1985, p. 334-339
© Minjinsa, 1985, with the courtesy of Lee Yu Jin. All rights reserved. Republished by permission of the copyright holder.

A translation into English of Lee Yil Anthology: Perspective of Modern Art (ed. by Yeon Shim Chung and Keith Wagner)is to be published by the Presses du réel (World Art Critics collection) in cooperation with AICA international.

Lee Yil and the Korean Informel

From 1957 to 1963, Lee Yil studied in Paris, finishing the French Literature program he had started back in Seoul. Remaining in Paris, he then studied Art History from 1963 to 1965. It was at this time that he discovered the first South Korean contributions to the Paris Biennial, for which he wrote prefaces in 1963 and 1965, sending various articles back to Seoul all the while. As he reminds his readers in this article, though he was familiar with the situation of Informel in Paris, he discovered the Korean artists’ works practically at the same time as the Biennials’ visitors. Lee Yil ended up keeping an eye on the career of several artists from those first South Korean selections, including the evolution of some of them towards Dansaekhwa, better known as South Korean monochrome.

In the Biennial catalogue, he complained that Westerners tended to lump all Asian artists together, as well as about France’s artistic colonialism, but he also was the first to offer a wholly specific interpretation of South Korean art history, whose alternative chronology he accounted for by the Korean war. Informel’s upsurge in Korea was "a crucial moment in our modern art’s development" according to him.

As the Association Internationale des Critiques d’Art (AICA) is about to publish an English translation of several of Lee Yil’s articles,it was important to us to give our French-speaking readers an exclusive excerpt. Based on a thorough knowledge of world-wide post-war art, his texts contribute to give Korea and Korean artists a specific place in a history that Westerners often know only by snatches through international exhibitions an biennials. Dansaekhwa retrospectives are currently traveling in several countries, enjoying international recognition.

Jean-Marc Poinsot

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Aperçu du texte

1.

C’est lors de l’exposition de 1952 au Studio Paul Facchetti, Signifiants de l’informel, que le terme assez peu connu d’« informel », ou plus précisément d’Art informel, fit son apparition.

Michel ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lee Yil, « L’Art informel dans la Corée des années 1960 », Critique d’art [En ligne], 47 | Automne / Hiver 2016, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/23286 ; DOI : 10.4000/critiquedart.23286

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Revues.org