Navigation – Plan du site
Ouvrages collectifs

Gérard Monnier. L’Architecture moderne en France ; Le Temps de l’œuvre : approches chronologiques de l’édification des bâtiments

Simon Texier
Référence(s) :

Monnier, Gérard. L’Architecture moderne en France, tome 3 : de la croissance à la compétition, 1967-1999, Paris : Picard, 2000

Le Temps de l’œuvre : approches chronologiques de l’édification des bâtiments, Paris : Publications de la Sorbonne, 2000

Texte intégral

1Le volume de Gérard Monnier clôt la trilogie consacrée à l’architecture moderne en France, dont les deux premiers tomes (parus en 1997 et 1999) avaient été rédigés par Claude Loupiac et Christine Mengin (tome 1 : 1889-1940) et par Joseph Abram (tome 2 : 1940-1966). Destinées à remplacer le remarquable ouvrage, mais quelque peu daté, de René Jullian (Histoire de l’architecture moderne en France, de 1889 à nos jours. Paris : Philippe Sers, 1984), ces publications ont pour ambition de fournir aux étudiants un large panorama de la production architecturale au XXe siècle. L’un de leurs principaux objectifs est également de mettre cette production en relation avec la société qui la suscite et la consomme à la fois. G. Monnier ouvre ainsi son volume sur une analyse de la “croissance innovante” (1967-1973). Les piscines Tournesol ou le Plan Construction en sont des reflets éloquents ; ils témoignent de surcroît de l’implication croissante des pouvoirs publics dans le domaine de l’architecture –celle-ci se renforcera avec la période des Grands Travaux de l’ère Mitterrand. L’évolution des conditions de l’édification tient une place importante dans ce dernier tome : le “renouvellement des pratiques de la modernité” est en effet largement lié aux rapports qu’entretiennent architectes et ingénieurs. L’ouvrage est d’ailleurs complété par plusieurs annexes (études de cas et statistiques) qui enrichissent le propos de l’auteur. Le souci de relative exhaustivité –presque tous les programmes et les thèmes font l’objet d’un chapitre, aussi sommaire soit-il– amène cependant G. Monnier à des énumérations qui déroutent quelquefois le lecteur.

2Plus modeste par son volume, l’ouvrage collectif dirigé par G. Monnier, se veut pourtant plus novateur dans son approche : les huit contributions qui le composent, dues à des doctorants de l’Université Paris I, tendent à montrer combien la durée (du projet, du chantier ou de la vie du bâtiment) est porteuse de sens. Temps court de l’ingénieur –chaque semaine passée serait une atteinte à son efficacité, temps long de l’architecte– son projet ne pourrait que se bonifier dans la durée : cette opposition, vérifiable sur un cas, n’en est pas moins contestable, et les exemples ne manquent pas qui tendraient à en inverser les termes. On ne saurait nier que le temps est, selon les cas, valeur positive ou négative ; il est à cet égard réconfortant de constater que, nonobstant les scandales, la longue durée (4 ans) a accouché au Havre d’un Hôtel de Ville parfaitement abouti. Mais que l’architecture des supermarchés impose une approche temporale, cela ne relève-t-il pas de l’évidence ? Toutes centrées sur la période 1945-2000, ces études devraient encore prouver que les conditions de l’édification ont radicalement évolué ; n’aurait-il pas fallu, alors, proposer des comparaisons avec des époques antérieures ? Quant à cette approche chronologique, la plupart des historiens de l’architecture, autant de messieurs Jourdain, ne la pratiquent-ils pas, finalement, depuis un certain… temps ? Pour séduisant qu’il est, cet opuscule n’en appelle pas moins une discussion, à la fois plus large et plus fondamentale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Texier, « Gérard Monnier. L’Architecture moderne en France ; Le Temps de l’œuvre : approches chronologiques de l’édification des bâtiments », Critique d’art [En ligne], 16 | Automne 2000, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2325

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org