Navigation – Plan du site
2016

Eva Hesse, Diaries

Erik Verhagen
Diaries
Eva Hesse, Diaries

Londres : Hauser & Wirth ; New Haven : Yale University Press, 2016, 899p. ill. 21 x 14cm, eng

ISBN : 9780300185508

Sous la dir. de Barry Rosen avec la collaboration de Tamara Bloomberg

Haut de page

Texte intégral

1Edités par Barry Rosen pour le compte de la galerie Hauser & Wirth en association avec la Yale University Press, les journaux de Eva Hesse auraient pu constituer un événement bibliographique majeur pour celles et ceux qui s’intéressent à l’œuvre d’une des plus attachantes artistes de sa génération. Edités est cependant un grand mot, le volumineux ouvrage étant à deux ou trois pages de présentation près dépourvu de tout appareil critique, qu’on est en droit d’attendre des presses d’une si prestigieuse université. Pas une note nous permettant au moins d’identifier avec certitude ses compagnons de route, sans même parler d’un index, n’est mise à la disposition des lecteurs. Ces Diaries s’adressent en conséquence principalement, pour ne pas dire exclusivement, à ceux avisés et susceptibles de pouvoir mettre des noms aux Sol, Mel, Lucy, Bob, etc. qui ont accompagné ou croisé le parcours dense de cette artiste dont le propos s’est échafaudé parallèlement à une histoire d’amour, très présente pour ne pas dire envahissante dans les pages de ce journal, bercée de désillusions, avec Tom (Doyle). L’ouvrage nous expose la lente gestation d’une œuvre marquée par un abandon progressif du médium pictural au profit d’un vocabulaire et d’une syntaxe représentatifs de l’anti-forme et du postminimalisme. Mais son intérêt principal réside dans la vision interne qu’il nous fournit d’une trajectoire qui a dû se frayer un chemin dans un monde de l’art trusté par des mâles dominants, exception faite de la galeriste Virginia Dwan qui, au grand malheur de Hesse, l’a tenue à distance. Ces mâles qui pour certains d’entre eux l’ont séduite, voire convoitée, l’artiste, mélancolique, dépressive et rongée par des doutes et complexes d’infériorité, a dû constamment s’y mesurer avant d’être emportée, à l’âge de trente-quatre ans, par un cancer du cerveau. Les dernières pages, émouvantes, témoignent de cet ultime épisode d’une vie et œuvre brisées en plein élan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erik Verhagen, «  Eva Hesse, Diaries », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/23237

Haut de page

Auteur

Erik Verhagen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org