Navigation – Plan du site
Théorie & Critique / Theory & Criticism

Itô Mika : la mue imaginale du striptease

Bruno Fernandes
Traduction(s) :
Itô Mika: The Imaginal Moulting of the Striptease

Notes de la rédaction

Chercheur indépendant reconnu pour l’intérêt de ses travaux consacrés aux contre-cultures japonaises du XXe siècle, Bruno Fernandes figure parmi les sept lauréats 2015 de la bourse de recherche en théorie et critique d’art que le Centre national des arts plastiques (CNAP) attribue chaque année. En partenariat avec le CNAP, la revue Critique d’art propose à l’un(e) de ces lauréat(e)s de mettre en avant son travail en publiant une tribune dans ses colonnes. Cela en accroît la visibilité tout en contribuant à rendre publiques les politiques de soutien à la théorie et critique d’art en France. Ont ainsi bénéficié de cette aide du CNAP en 2015 : Erik Bullot qui travaille autour du film et son double au croisement de la ventriloquie, du boniment et de la performativité ; Emma Dusong qui s’intéresse aux liens entre le chant et l’art contemporain dans la scène américaine ; Meriam Korichi qui revient sur la philosophie après l’art ; Cédric Vincent qui explore les archives du Premier festival mondial des arts nègres ; Judith Ickowicz qui, dans la continuité de ses vastes travaux sur le droit après la dématérialisation de l’œuvre d’art, édite une anthologie de textes juridiques sur l’histoire et la théorie du design ; Remi Parcollet qui entreprend une vaste recherche sur les auteurs de vues d’expositions en Europe et aux Etats-Unis de 1960 à 2000 (cf. Critique d’art, n° 46).

Bruno Fernandes quant à lui, ambitionne d’étudier, entre sphère mercantile et sphère (im)pulsionnelle, les valeurs d’usages et de territorialité du nu spectacularisé dans le Japon de la croissance de l’ère Shôwa postérieure (1945-1989). Prolongeant ainsi son travail sur le groupe nippon activiste transgressif des années 1960, Zero Jigen, publié aux Presses du réel en 2013, Bruno Fernandes projette ici l’écriture d’une histoire du striptease et de son érotologie dans le Japon moderne.

Alexis Vaillant

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Aperçu du texte

Itô Mika et le butôka Ishii Mitsutaka, Dokkiri zen.ei buyô: Itô Mika « Oo-jô no monogatari » [Choquante danse d’avant-garde, Histoire de Mlle Ô du Bizarre Ballet de It...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Fernandes, « Itô Mika : la mue imaginale du striptease », Critique d’art [En ligne], 47 | Automne / Hiver 2016, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 21 février 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/23196 ; DOI : 10.4000/critiquedart.23196

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Revues.org