Navigation – Plan du site
Catalogues monographiques

Raymond Hains : j’ai la mémoire qui planche

Pascal Beausse
Référence(s) :

Raymond Hains : j’ai la mémoire qui planche, Paris : Ed. du Centre Pompidou, 2001

Texte intégral

1Bien plus qu’un catalogue de l’exposition Raymond Hains, La Tentative au Centre Pompidou (27 juin-3 septembre 2001), qui ne se voulait pas rétrospective mais plutôt “rétroprospective”, l’ouvrage publié à cette occasion s’impose comme une somme sur l’artiste. Conçu et dirigé par Pierre Leguillon, l’ouvrage fonctionne dans sa construction par sympathie avec la pensée hainsienne. Il s’agit en effet d’un montage complexe de documents permettant de rassembler en une configuration compacte et dense les principales topiques de cette œuvre-cerveau, constituée à l’échelle d’une vie sur le principe de l’Art de la mémoire décrit par Frances A.Yates.

2La première partie en témoigne d’ailleurs : paginée en chiffres romains, elle s’enclenche à rebours à la page XIV pour aller s’encastrer avec la première page du sommaire, chiffrée 1, où le véritable livre commence, après les préfaces usuelles. Parmi ces textes d’ouverture, il faut lire celui de la commissaire de l’exposition, Christine Macel, qui réalise un véritable travail de synthèse —avec la double visée de l’historienne et de la critique—, en l’actualisant par le témoignage d’un grand nombre de rencontres avec Raymond Hains, au plus près de l’œuvre et de l’artiste.

3La table des matières affirme la constitution du livre comme un mille-feuilles (à défaut de palissade). Plusieurs parties se superposent, par glissements visuels et sémantiques successifs : d’une part, dans un enchaînement thématique plutôt que chronologique, se succèdent les principaux moments de la vie et de l’œuvre confondus. Constituées comme des sous-dossiers (ou des valises de modèle Airbus, chères à l’artiste), ces pages juxtaposent différents documents, fac-similés et textes historiques. Des interventions graphiques, comme autant d’adresses au lecteur, lui permettent de garder le fil tout en suivant la pensée labyrinthique de l’artiste, fondée sur un principe associatif complexe, mêlant les calembours au système ludique du marabout-bout de ficelle. S’intercalent entre ces dix-huit parties, de “Matière de Bretagne” à “Connais-tu Pia ?” en passant par “Lemot à travers” et “Hains de Troie”, onze pages d’un lexique matriciel intitulé “Absents du dictionnaire” et qui, constitué par Matthieu Orléan et P. Leguillon, nous donne accès aux jalons principaux de la dérive hainsienne.

4Une dernière partie rassemble de manière scientifique, mais non exhaustive, la bio-bibliographie de R. Hains, dans une chronologie qui débute en 1936 avec le prix de la margarine Astra obtenu par le petit Raymond. Il faut noter l’extrême intérêt de cette riche partie intitulée “Raymond l’Abstrait, journal de bord”, puisqu’elle reproduit généreusement un grand nombre de textes critiques et journalistiques rédigés sur R. Hains, en publiant parfois des inédits. Autant dire l’ambition de ce livre qui épargne de studieuses recherches en bibliothèque à celui qui souhaiterait rapidement avoir accès à un vaste corpus d’écrits sur tout l’Œuvre de Hains.

5Nous sommes ici en présence d’un ouvrage de référence, mais qui par son fonctionnement ludique affirme le parti d’une empathie avec l’artiste et son système créatif. Reste ainsi posée la question cruciale du rôle de l’éditeur et du graphiste dans une pareille entreprise, auxquels l’artiste délègue la fabrication. Se présentant comme un assemblage complexe, ce livre assume brillamment mais modestement son rôle de vade mecum, qui, plutôt que de s’y substituer, renvoie sans cesse aux œuvres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Beausse, « Raymond Hains : j’ai la mémoire qui planche », Critique d’art [En ligne], 18 | Automne 2001, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2223

Haut de page

Auteur

Pascal Beausse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org