Navigation – Plan du site
Portraits

Marc Le Bot

Jean-Marc Poinsot

Marc Le Bot est décédé le 25 mars 2001, Critique d’art n°17 était déjà sous presse. Ses amis ont témoigné très vite. Aussi essaierai-je de ne rappeler qu’un souvenir que je partage avec quelques dizaines de personnes. Rappeler le souvenir non pas de celui qui vînt participer avec Thierry de Duve, et Jacques Leenhardt au premier débat fondateur des Archives de la critique d’art, mais de celui qui fut comme pour beaucoup d’autres leur premier professeur d’histoire de l’art contemporain.

Je me souviens des longues analyses des œuvres de Picabia, de Paul Klee ou encore du Grand Verre de Duchamp, mais aussi des tableaux de Cremonini ou Valerio Adami. Je me souviens de son enseignement qui faisait une large place aux lumières de Freud, Levi-Strauss ou Barthes, ou encore de Saussure et Peirce. Je me souviens que son enseignement était relayé par ceux de Mikel Dufrenne, Louis Marin, Jean Laude, Pierre Gaudibert, Henri Langlois et par l’incitation à lire Jean-François Lyotard ou Jean Baudrillard dans une université dirigée alors par Paul Ricœur.

Il sut aussi réunir autour de lui d’autres historiens d’art plus expérimentés ou plus jeunes, mais dont le rassemblement avec tant de personnalités intellectuelles paraît rétrospectivement magique par son ouverture, sa diversité, sa qualité.

Je me souviens aussi de cet acharnement à penser l’art dans toute sa puissance non pas magique mais intellectuelle et à vouloir en rendre compte par des analyses fines et sans hâte.

Son prosélytisme pour l’art contemporain fit participer les étudiants qu’il formait aux institutions naissantes de l’art contemporain comme l’ARC au musée d’art moderne de la Ville de Paris ou au CNAC qui devait préfigurer le Centre Pompidou.

  • Revues.org