Navigation – Plan du site
Ouvrages par auteur

Putnam, James. Le Musée à l’œuvre : le musée comme médium dans l’art contemporain

Jean-Marc Poinsot
Référence(s) :

Putnam, James. Le Musée à l’œuvre : le musée comme médium dans l’art contemporain, Paris : Thames & Hudson, 2002

Texte intégral

1Qui de Joseph Cornell, de Marcel Duchamp ou d’Andy Warhol incarne le mieux cette muséomanie qui a saisi les artistes du XXe siècle au point de faire du musée un médium ? C’est-à-dire de faire de la boîte l’objet de ce qu’elle contient ?

2J. Cornell avec son exposition de 1946 Romantic Museum : Portraits of Women faite à partir de “dossiers” ou boîtes d’archives en évolution permanente ? M. Duchamp avec sa boîte en valise pour laquelle il bénéficia de l’aide du même Cornell ? ou encore Warhol, qui, sollicité pour mettre en valeur par son regard d’artiste les œuvres de la collection du musée de la Rhode Island School of Design (1969), choisit d’exposer des séries d’objets (chaises, chaussures) accumulés sans critère de qualité ni d’originalité ?

3James Putnam dans son ouvrage place l’artiste au centre du projet muséal au point de faire de Sir John Soane, le créateur de cette maison-musée londonienne où tableaux et sculptures s’entassent les uns sur les autres, un véritable artiste. Putnam en rappelant l’histoire des musées d’artistes tels ceux de Duchamp, Maciunas, Filliou, Oldenburg ou Broodthaers réunis par Harald Szeemann lors de la Documenta 5, place l’artiste au centre du projet muséal. De tels projets et d’autres sont-ils provocateurs, critiques, interrogateurs ? Le Musée à l’œuvre n’est pas un ouvrage subversif, ni pour ses prises de position, ni pour le plus grand nombre des artistes qui y sont illustrés et commentés. En effet, Putnam est trop soucieux d’explorer toutes les modalités de relation de l’artiste au musée comme objet de réflexion, comme méthode, comme modèle, pour limiter de façon drastique ses exemples. Il est aidé en cela par la prolifération des travaux et des pratiques des artistes et il préfère décrire l’“effet musée” des installations de Mark Dion, des objets en vitrine de Jeff Koons ou de Damien Hirst, La Réserve du musée des enfants de Boltanski (1989) plutôt que de construire une histoire qui ferait de la chronologie un critère de choix et d’intelligibilité. Le musée comme médium est presque une exploration didactique à l’usage des jeunes artistes. L’interrogation sur le statut de l’objet, sur l’art ou l’artefact, sur l’anthropologie saisie par Claudio Costa et plus ironiquement par Sophie Calle ou sur la period-room réinvestie par Barbara Bloom offre un second registre “iconographique”. A chaque thème Putnam associe de nombreux exemples décrits et illustrés de façon synthétique et informée, mais il ne ressort pas de “l’enquête publique” ou troisième chapitre, une vision plus critique du musée malgré la convocation de Hans Haacke, de Buren ou encore de Louise Lawler. Et « cadrer le cadre » qui, pour certains, avait permis d’interroger les limites critiques du musée, devient plutôt une forme d’approche comme une autre d’une institution dont les artistes peuvent se faire aussi les “curateurs/créateurs” comme Kosuth dans The Play of the Unmentionable (Brooklyn Museum, 1990) ou Peter Greenaway avec Hundred Objects to Represent the World (Vienne, 1991).

4Bien informé, bien illustré, bien “localisé” avec suffisamment d’exemples français Le Musée à l’œuvre est un beau produit éditorial, un ouvrage agréable et intelligent, probablement trop complaisant pour faire avancer la réflexion ou ahistorique pour proposer un récit inscrit dans le temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Poinsot, « Putnam, James. Le Musée à l’œuvre : le musée comme médium dans l’art contemporain », Critique d’art [En ligne], 20 | Automne 2002, mis en ligne le 07 mars 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2176

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Poinsot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org