Navigation – Plan du site
Traduction / Translation

Féminisme, matérialisme et liberté

Elizabeth Grosz
Traduction de Phoebe Clarke
Realism Materialism Art
Realism Materialism Art

Annandale-on-Hudson : Center for Curatorial Studies, Bard College ; Berlin : Sternberg Press, 2015, 403p. ill. en noir et en coul. 27 x 19cm, eng

ISBN : 9783956791260

Sous la dir. de Cristoph Cox, Jenny Jaskey, Suhail Malik. Préf. de Tom Eccles

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte original d’Elizabeth Grosz extrait de Realism Materialism Art, Annandale-on-Hudson: Center for Curatorial Studies, Bard College ; Berlin: Sternberg Press, 2015, (sous la dir. de Cristoph Cox, Jenny Jaskey, Shulail Malik), p. 47-60 et paru initialement en anglais sous le titre « Feminism, Materialism, and Freedom » dans Becoming Undone: Darwinian Reflections on Life, Politics, and Art, Durham (NC): Duke University Press, 2011, p. 59-73

© Duke University Press, 2011, with the courtesy of the author. All rights reserved. Republished by permission of the copyright holder

www.dukeupress.edu

Depuis plusieurs années, les « nouveaux matérialismes », inspirés notamment par l’anthropologie et l’histoire des sciences, pullulent dans les pensées féministes et queer. Ce n’est pas pour autant que leurs argumentations convergent : celle d’Elizabeth Grosz, située comme une « ontologie matérialiste », tente de réintroduire dans une pensée féministe plutôt intéressée par la façon dont les corps sont marqués culturellement, « ce qu’il en est dans la nature des corps au sein de l’évolution biologique, qui les ouvre à une transcription culturelle, à une immersion et une production sociales, c’est-à-dire, à l’évolution politique, culturelle, conceptuelle (The Nick of Time, 2004) ». Le féminisme « corporéel » d’Elizabeth Grosz s’est investi du côté de cette redistribution des capacités de la biologie et de la matière, qui nécessitent, comme elle le signale dans ce texte ici traduit, de reconcevoir les liens entre les sujets, leurs actes, et les possibilités de leur liberté.

Philosophe, Elizabeth Grosz est Jean Fox O’Barr Women’s Studies Professor à l’Université Duke aux Etats-Unis. Originaire d’Australie, elle a reçu un doctorat de l’Université de Sydney (1981) et publié de nombreux ouvrages, dont Volatile Bodies: Toward a Corporeal Feminism (Bloomington: Indiana University Press, 1994), The Nick of Time: Politics, Evolution, and the Untimely (Durham: Duke  University Press, 2004). Chaos, Territory, Art: Deleuze and the Framing of the Earth (New York : Columbia University Press, 2008) et Becoming Undone : A Darwinian Reflections on Life, Politics, and Art (Durham : Duke University Press, 2011).

Dans sa généalogie philosophique marquée par Gilles Deleuze et Henri Bergson, comme par Luce Irigaray et l’épistémologue Anne Fausto-Sterling (proposant d’accepter le corps, en tant qu’il est simultanément composé de gênes, d’hormones, de cellules, d’organes, de culture et d’histoire), il y a la relecture radicale de Charles Darwin et d’une théorie de l’espèce en dehors de toute norme ou d’idéalisation. Pour Elizabeth Grosz, Darwin produit une théorie de la différenciation sexuelle selon laquelle se réalise le devenir, non seulement des humains mais également des non humains, impliquant une « agentivité » des organismes, des écosystèmes, et de la matière. Celle-là requiert de se dégager d’une dialectique patriarcale qui a remplacé les deux sexes par un seul, le même et sa négation, l’autre (féminin, racisé, hétéronormé, où les autres classes sont réduites à moins que l’humain), comme on le verra dans les lignes qui suivent.

Elisabeth Lebovici

/

Original text by Elizabeth Grosz from Realism Materialism Art, Annandale-on-Hudson: Center for Curatorial Studies, Bard College ; Berlin: Sternberg Press, 2015, (edited by Cristoph Cox, Jenny Jaskey, Shulail Malik), p. 47-60, originally published as “Feminism, Materialism, and Freedom“ in Becoming Undone: Darwinian Reflections on Life, Politics, and Art, Durham (NC): Duke University Press, 2011, p. 59-73

© Duke University Press, 2011, by courtesy of the author. All rights reserved. Republished by permission of the copyright holder

www.dukeupress.edu

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Aperçu du texte

In the past few years, the “new materialisms”, which draw particularly on anthropology and the history of science, have abounded in feminist and queer thought. This does not mean that their argumen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Grosz, « Féminisme, matérialisme et liberté », Critique d’art [En ligne], 46 | Printemps/Eté 2016, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/21187 ; DOI : 10.4000/critiquedart.21187

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org