Navigation – Plan du site
Portraits / Portraits

René Block

Nicolas Brulhart
Traduction(s) :
René Block
René Block. Ich kenne kein Weekend : Austellungsprojekte, Texte und Dokumente seit 1964
René Block. Ich kenne kein Weekend : Austellungsprojekte, Texte und Dokumente seit 1964

Cologne : Walther König, 2015, 525p. ill. 31 x 23cm, ger/eng

Bibliogr. Biogr. Chronol.

ISBN : 9783863358112

Sous la dir. de Marius Babias, Birgit Eusterschulte, Stella Rollig. Textes de R. Block, Thomas Kohler, Philip Ursprung

Haut de page

Texte intégral

René Block dans son bureau à la galerie, avec l’affiche Hommage à Berlin, 1969 © KP Brehmer / KP Brehmer Nachlass, Berlin

1Il est difficile de synthétiser la vie d’un homme, qui plus est lorsque celle-ci se constitue par le refus de se figer dans une identité professionnelle. René Block est formé au métier de peintre sur verre. Avec ses collègues KP Bremer, Markus Lüperz, il se confronte à l’art contemporain en fréquentant la Haus Lange de Krefeld. Le programme des Nouveaux Réalistes que présente Paul Wember laisse le jeune homme dubitatif. A 22 ans, celui qui veut pourtant aider les artistes, ne s’estimant pas assez charismatique pour en être un lui-même, s’installe à Berlin. La grande ville ne connaît pas l’essor culturel de la région du Rhin où le marché de l’art contemporain explose. René Block en profite pour y ouvrir un espace. Dès les premières expositions, il travaille à la construction d’une scène hybride qui rassemble à la même adresse les jeunes loups allemands de sa génération, les anti-artistes de Fluxus, l’édition de multiples, leHappening. Il organise plusieurs expositions qui reprennent le label du Réalisme Capitaliste à Konrad Lueg, Gerhard Richter et Sigmar Polke. Dans la ville qui incarne les tensions de la Guerre froide, le terme répond non seulement au Réalisme Socialiste, mais aussi au caractère invasif du Pop art américain. L’espace est une galerie de combat : eine Kampfgalerie. Le sens de l’allégorie politique, le contact à l’histoire récente se retrouve dans les happenings d’Allan Kaprow, de Wolf Vostell, dans des projets de groupe comme Hommage à Lidice (1967), Blockade (1969).

2Les soucis financiers du début s’estompent, mais René Block ne s’enlise pas pour autant. Il est depuis le début des années 1970 un curateur indépendant qui défend des scènes mineures en marge du marché international. Il s’engage dans l’organisation de la foire de Berlin, contrepoids au monstre de Cologne piloté par Zwirner. En 1974, en pleine crise du marché, René Block, une fois de plus à contre-courant, crée un espace satellite à New York. L’ouverture est marquée par un autre geste qui relève de l’allégorie politique. Dans I like America and America likes me, Joseph Beuys, après avoir été conduit en ambulance devant la galerie, reste enfermé dans une cage en compagnie d’un coyote durant trois jours ; il repartira comme il est venu, sans avoir foulé le sol américain.

3Tout en restant fidèle à ses premiers artistes, René Block continue son rôle de défricheur avec une prédilection pour les scènes de l’Europe de l’Est. Il participe ainsi à construire le paradigme d’un art global : Sydney (1990), Istanbul (1995), Gwangju (2000), Belgrade (2006), autant de biennales qu’il a dirigées pour finir par contribuer à la création de la Manifesta. La liste est longue, les faits d’arme nombreux. René Block n’est pas un marchand, mais il se définit lui-même comme un producteur. Il a senti les contradictions qui émanent des relations de l’art au capitalisme, auxquelles il a répondu par un mouvement permanent. Ce dernier indique une forme de résistance. Son parcours symbolise cette traversée de la seconde moitié du XXe siècle en Européen.

Haut de page

Bibliographie

Repères bibliographiques :

On doit à René Block un très grand nombre de publications, dont :

New York – Downtown Manhattan : SoHo, Austellungen, Theater, Musik, Performance, Video, Film, Berlin: Akademie der Künste und Berliner Festwochen, 1976

Für Augen und Ohren. Von der Spieluhr zum akustischen Environment. Objekte, Installationen, Performances, Berlin : Akademie der Künste, 1980

Nous renvoyons le lecteur à la bibliographie complète publiée dans René Block. Ich kenne kein Weekend : Austellungsprojekte, Texte und Dokumente seit 1964, Cologne : Walther König, 2015

Haut de page

Table des illustrations

Légende René Block dans son bureau à la galerie, avec l’affiche Hommage à Berlin, 1969 © KP Brehmer / KP Brehmer Nachlass, Berlin
URL http://critiquedart.revues.org/docannexe/image/21180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Brulhart, « René Block », Critique d’art [En ligne], 46 | Printemps/Eté 2016, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 26 mai 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/21180 ; DOI : 10.4000/critiquedart.21180

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org