Navigation – Plan du site
Catalogues collectifs

Voilà, le monde dans la tête

Jean-Marc Poinsot
Référence(s) :

Voilà, le monde dans la tête, Paris : Paris-Musées, 2001

Texte intégral

1Le sens de la mémoire comme moteur de l’imaginaire a été substitué à une approche comptable de l’histoire dans le projet de l’exposition Voilà imaginée par le musée d’art moderne de la Ville de Paris avec la complicité de Christian Boltanski et de Bertrand Lavier.

2Le livre qui en rend compte a été tissé avec le fil de plusieurs récits. Celui de Pierre Joseph (l’homme au plan du plan de métro parisien) rapporte au lecteur sa mémoire de visiteur attentif aux œuvres, à certains de leurs propos, sans exigence de synthèse, et avec le souci de ne point nommer. Comme s’il devait se méfier des ancrages d’une reconstruction “objective”. Au fil des pages des éléments de textes de nature très diverse restituent une matière écrite extraite ou déduite des travaux exposés. Des blancs signalent des manques, des absences. Enfin brutalement se succèdent des images, traces visuelles de l’exposition avant la succession des “Hyakuin ou cent poèmes” de Jacques Roubaud. Retour au catalogue comme matériau primaire, synthèse poétique de la diversité des mémoires individuelles.

3Dans le cadre des productions millénaristes Voilà a eu l’originalité non pas de collectionner des œuvres illustratives des différentes conceptions du temps, mais de proposer des travaux qui réagissent face à deux bouleversements majeurs dans l’organisation de la mémoire collective : celui lié aux nouvelles technologies et celui issu de la mondialisation. L’archive garante de la mémoire et de l’identité d’une société est profondément déstabilisée lorsque toutes les manifestations de l’activité humaine sans hiérarchie qualitative ou politique au sens d’organisation de la cité ont un accès égal à la mémorisation. Georges Adéagbo avec les avatars d’Edith Piaf, Gilbert & George avec leurs documents de travail, Gérard Collin-Thiébaut et ses sacs en plastique, Dominique Gonzalez-Foerster avec son tapis à zapper la littérature, Boltanski et les annuaires de téléphone, ou Gilles Mahé avec ses archives opèrent tous cette abolition de la hiérarchie de toute valeur éligible au souvenir. Bien sûr l’archive en elle-même comporte cette possibilité, mais l’imaginaire et l’identité ne fonctionnent pas de la même manière lorsque l’on délègue la mémoire aux machines, ou lorsque par la numérisation l’image, le son et le mouvement détrônent l’écriture de son rôle plusieurs fois millénaire. Dès lors les limites entre les sociétés, entre les cultures et leurs relations de domination sont bouleversées. Par de multiples moyens qui ne sont que rarement technologiques les artistes réunis à Voilà et les documents témoignant de leurs travaux dans ce livre anticipent de façon forte le bouleversement que la transformation des pratiques de la mémoire introduit dans nos sociétés. Voilà malgré son titre n’est pas une publication, ni une exposition rétrospective, c’est le constat actif de ce qui ne vient que de commencer à transformer nos cultures et nos sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Poinsot, « Voilà, le monde dans la tête », Critique d’art [En ligne], 19 | Printemps 2002, mis en ligne le 29 février 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2080

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Poinsot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org