Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Jean-Luc Moulène

Jean-Marc Huitorel

Texte intégral

Jean-Luc Moulène, 2001 ‎Afficher l'image
Crédits : Jean-Luc Moulène
  • 1 Présence française composée de Jean-Luc Moulène et de Anri Sala. Catalogue à paraître à l’occasion (...)

1Entre le début des années 1990 où quelques institutions avisées et la galeriste Anne de Villepoix assuraient, contre vents et marées, la visibilité de l’œuvre, et cette année 2002 qui voit simultanément la parution d’une monographie et la participation de l’artiste à la Biennale de Sao Paulo1, il s’est passé une décennie dont ces quelques lignes voudraient se faire l’écho. Loin de la prétention exhaustive, il s’agit plutôt ici de signaler quelques événements, plus en termes d’éditions que d’expositions, quoique dans le cas de Moulène ce soit le plus souvent lié, qui constituent pour quiconque s’y intéresse, des points de repère pour l’approche et la compréhension d’une œuvre à la fois rétive au commentaire et provocatrice de discours.

2En 1994, à Poitiers, Jean-Luc Moulène présentait quinze sérigraphies 4x3 de la série des Produits et intitulées Figures de Passage. Réparties en trois salles, elles reprenaient les anciennes catégories génériques issues du système des beaux-arts (nus/portraits, natures mortes et paysages, tous poncifs revisités). Le catalogue (Figures de passages, Poitiers : Le Confort Moderne, 1994) comprenait, entre autres contributions, un texte de Jean-François Chevrier qui situait bien le travail de Moulène et son itinéraire dans l’histoire de l’art moderne et contemporain ainsi que dans le cadre des rapports complexes entre le champ de la photographie et celui de l’art. On y lit par exemple l’intérêt de l’artiste pour l’Art corporel des années 1970 et sa participation à la seconde Messe pour un corps de Michel Journiac. J’ai ici l’occasion de signaler Tombeau de Michel Journiac (Marseille : éd. Al Dante, 1998) qui, outre la très belle oraison funèbre de Vincent Labaume, comprend le portrait mortuaire de l’artiste, réalisé par Moulène le lundi 16 octobre 1995. Cette photographie d’un visage mort, d’une invraisemblable présence (la présence d’un corps mort), résume à elle seule une bonne part des enjeux dont l’œuvre de Moulène est porteuse et dont le même V. Labaume s’est fait depuis longtemps l’actif témoin. Des textes de Labaume, on peut retenir la préface qu’il écrivit pour le catalogue de l’exposition de 1997 (Jean-Luc Moulène. Déposition. Paris : musée d’art moderne de la Ville de Paris, 1997), mais aussi ce très long article publié dans la revue Omnibus (n° 16, avril 1996) et qui, entre Pieds Nickelés et Bouvard et Pécuchet, commente l’œuvre sous la forme d’un road movie à l’occasion de la visite à l’exposition de la Kunsthalle Lophem près de Bruges en 1995.

3Les Objets de grève (Vingt-quatre objets de grève présentés par Jean-Luc Moulène, Noisy-Le-sec : La galerie, 1999 ; Trente-neuf objets de grève présentés par Jean-Luc Moulène, Forbach. 2000) constituent l’un des points nodaux des images comme de la position de l’artiste. Il s’agit de photographies (47x36 cm) qui, à l’exception de deux d’entre elles, représentent des objets produits par des ouvriers lors de conflits sociaux. Du paquet de gauloises rouge à la montre lip, ce sont des objets modifiés pour les besoins de la lutte et dont l’artiste tire des images qui fonctionnent comme des icônes de la résistance, résistance à la violence sociale mais aussi, en seconde instance, résistance à l’image publicitaire qui en est l’âme damnée. Deux publications rendent compte de cette série ouverte et comprennent, outre des textes d’écrivains et de critiques, une description de chaque objet.

4Un mot, pour finir, de Berlin (Göttingen : Steid/DAAD, 2000) qui constitue le parfait exemple de la maîtrise par Moulène de la mise en forme et de la circulation de ses photographies ; un livre d’artiste dans le sens où les images montrées sont bien une modalité de l’œuvre à part entière et non des images d’images.

Haut de page

Notes

1 Présence française composée de Jean-Luc Moulène et de Anri Sala. Catalogue à paraître à l’occasion de la biennale de Sao Paulo, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Huitorel, « Portrait. Jean-Luc Moulène », Critique d’art [En ligne], 19 | Printemps 2002, mis en ligne le 29 février 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/2067 ; DOI : 10.4000/critiquedart.2067

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Huitorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org