Navigation – Plan du site
Ouvrages collectifs

Polyphonix

Vincent Pécoil
Référence(s) :

Polyphonix, Paris : Léo Scheer : Ed. du Centre Pompidou, 2002

Texte intégral

1Publié à l’occasion de sa 40e édition, le catalogue revient sur l’histoire du Festival Polyphonix (fondé en 1979 par Christian Descamps, François Dufrêne et Jean-Jacques Lebel), centré autour de la lecture publique, mais aussi plate-forme pour des activités restées innommées ou souffrant a contrario d’un excès d’appellations -musique, performance, poésie sonore... La publication se présente sous la forme d’un panorama comportant trois sections : l’une consacrée aux “devanciers”, une section “anthologie” réunissant des contributions d’artistes ayant participé une ou plusieurs fois au Festival, et enfin une section établissant la chronologie (et la cartographie) de ce festival nomade -ou SDF, comme le note malicieusement l’un des auteurs- ayant fait étape, entre autres lieux, à Paris, Québec, San Francisco, Budapest et Naples.

2La chronologie revient sur cette histoire mouvementée (57 éditions si l’on inclut les séances spéciales), se déroulant dans dix pays et plus de vingt-cinq villes. Elle est suivie d’un index des artistes comportant plusieurs centaines d’entrées (le festival a compté 1500 invités depuis 1979). On y retrouve beaucoup de noms généralement rattachés aux écrivains Beats, à l’Actionnisme, à Fluxus, au Surréalisme ou au Nouveau Réalisme, mais également un nombre plus conséquent encore d’individualités sans affiliation —parmi lesquelles Kathy Acker, Tahar Ben Jelloun ou Olivier Cadiot, pour n’en citer que quelques-unes. Cette abondance pourrait faire craindre un travers encyclopédique : un goût pour le recensement ou la somme archéologique partagé par beaucoup de publications tournant autour de Fluxus et de la performance, depuis Szeemann jusqu’aux plus récents Codex... et ou Virus..., dont il serait intéressant d’interroger les motivations. Polyphonix, en restant relativement sélectif, évite cet écueil asphyxiant.

3La partie anthologique proprement dite consiste en une centaine d’inserts, souvent des poèmes choisis en fonction de leur intérêt visuel, mais aussi des collages, des photographies, des lettres, ou des scripts de performances —occasion de retrouver des poètes, des musiciens ou des écrivains comme Esther Ferrer, John Giorno, Jackson McLow, Katalin Molnàr ou Nathalie Quintane...

4Mais le livre ne constitue pas seulement l’histoire de cette internationale autogérée par les artistes. « Ce livre est un manifeste », précise Lebel dès l’attaque de son introduction. Et d’énumérer ensuite la bonne compagnie de ceux ayant compté sans forcément être du voyage, ici rassemblés dans la section “devanciers” : Artaud, Dufrêne, Deleuze, Gysin, Michaux, Ginsberg, Corso, Ghérasim Luca... Un manifeste rétrospectif, ou uchronique, qui prendrait comme point de départ l’événement de leurs œuvres, comme pour avancer cette hypothèse : et si ceux-là déterminaient notre présent -hypothèse à rebours du constat (établi par Lebel et Heidsieck) du faible poids de la poésie aujourd’hui comparé à celui de ses impudentes rivales (la publication est contemporaine de la Coupe du Monde...).

5Les trois sections sont prolongées par un CD qui constitue en fait une quatrième section à part entière. A la différence des nombreuses expositions collectives dont le catalogue est accompagné d’un CD, et pour lesquelles ce dernier fonctionne comme le soundtrack de l’exposition qui s’avère malheureusement rarement indispensable, la nécessité de celui de Polyphonix se justifie évidemment par la nature du festival. Plus d’une quarantaine d’extraits de lectures ou de morceaux de musiques enregistrés lors des différentes éditions y figurent, dont beaucoup d’inédits. On n’en citera que quelques-uns qui justifieraient à eux-seuls l’existence du disque : William S. Burroughs, Félix Guattari, ou encore le trop rare Tom Johnson...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Pécoil, « Polyphonix », Critique d’art [En ligne], 21 | Printemps 2003, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1961

Haut de page

Auteur

Vincent Pécoil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org