Navigation – Plan du site
2015

Mona Hatoum

Morad Montazami
Mona Hatoum
Mona Hatoum

Paris : Ed. du Centre Pompidou, 2015, 194p. ill. en noir et en coul. 30 x 25cm

Bibliogr. Biogr.

ISBN : 9782844267115. _ 34,50 €

Sous la dir. de Christine Van Assche. Avant-propos de Bernard Blistène, Serge Lasvignes. Préf. de Chris Dercon, Leevi Haapala

Haut de page

Texte intégral

1Le catalogue de l’exposition Mona Hatoum (une « rétrospective » qui ne dit pas son nom), est intéressant à divers égards, dans son projet éditorial –parallèlement au travail de l’artiste qui mérite la plus grande attention. Fruit de la collaboration entre les trois lieux où l’exposition voyagera successivement –Centre Pompidou, Tate Modern et Musée d’art contemporain de Kiasma à Helsinki–, il nous montre comment s’opère un consensus institutionnel autour d’une artiste majeure, en passe d’accéder à la reconnaissance absolue. On observera donc attentivement le savant tressage des contributions offertes, d’un côté, par les intellectuels français : Bertrand Westphal qui explore avec brio l’inconscient méditerranéen du travail de l’artiste, Patricia Falguières qui offre un vaste panorama analytique du travail de la forme chez Hatoum, sous le très beau titre « Désappartenances » ; et de l’autre côté les intellectuels anglo-saxons : Guy Brett, un proche de Hatoum depuis la première heure, avec un texte très documenté sur les premières performances et vidéos de l’artiste, mais aussi Clarrie Wallis (la curatrice de l’exposition à la Tate Modern) qui renouvelle grandement notre connaissance de cette œuvre, en s’intéressant à l’usage des différents matériaux privilégiés par Hatoum, leur portée métaphorique, symbolique voire psychanalytique, et l’importance du travail manuel plus généralement. Entre les deux « pays d’accueil » de Mona Hatoum, depuis son exil du Liban en 1975, du moins les deux pays où son travail a été le mieux relayé, se joue en réalité une double lecture de son œuvre et de ses potentialités transculturelles. Côté français, rendons hommage à Christine Van Assche qui très tôt a su déceler cette artiste au talent aujourd’hui incontesté, ainsi que la politique assez avant-gardiste du Centre Pompidou, dès les années 1980, eu égard notamment à la place de l’image en mouvement et l’art vidéo dans ses collections. Voyons cependant la vérité en face : cette expérience précoce avec Mona Hatoum ne sera pas vraiment suivie d’effets concrets dans la réception française des artistes issus du Moyen-Orient et du monde arabe. Ce n’est qu’aujourd’hui que nous en ressentons les effets, près de trente ans plus tard. En revanche, côté anglais, indéniablement plus ouvert aux artistes de la diaspora dès les années 1990, la lecture de Mona Hatoum aura davantage tendance à accentuer son affiliation avec le Black Art Movement et des auteurs tels que Stuart Hall, en plein débat sur la violence raciste dans la société britannique (une dimension relativement absente de l’exposition au Centre Pompidou). Heureusement un pont magnifique est jeté entre les deux rives, ou du moins apte à les transcender, avec le texte pénétrant d’Edward Saïd qui a très rarement écrit sur l’œuvre d’un artiste contemporain –ce qui n’est pas la moindre des performances de Mona Hatoum.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morad Montazami, « Mona Hatoum », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/19305

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d'art

Haut de page
  • Revues.org