Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Gilbert Lascault

Evelyne Toussaint

Texte intégral

Gilbert Lascault ‎(1995)Afficher l'image
Crédits : ‎© Hélène Eristov‎

1Né en 1934 à Obernai, Gilbert Lascault se souvient d’une enfance bouleversée par la guerre, d’un père prisonnier dans un stalag, d’une itinérance sans livres et sans jouets, après l’expulsion de sa famille en 1940. La gravité précocement acquise sera métamorphosée en éloge de la légèreté, plaisirs des sens, jeux d’écriture et sourires bienveillants. Avec, toutefois, quelques irruptions efficaces, au fil des textes, de parfaits théâtres de cruauté.

  • 1 Lascault, Gilbert. Le Monstre dans l’art occidental (un problème esthétique), Paris : Klincksieck, (...)
  • 2 Lascault, Gilbert. Figurées, défigurées : petit vocabulaire de la féminité représentée, Paris : Uni (...)
  • 3 Suivront d’autres éditeurs : Armand Colin, Balland, Le Cercle d’art, Seghers, Adam Biro, Le Passage (...)

2Agrégé de philosophie en 1960 (l’année d’une décisive exposition Max Ernst), G. Lascault entreprend aussitôt la rédaction de sa thèse, Le Monstre dans l’art occidental1, essai d’esthétique inaugurant la série à venir2 et découvre l’art contemporain en rencontrant Henri Michaux et Jean Dubuffet. Passionné de psychologie clinique, il suit les travaux d’André Green et assiste aux séminaires de Jacques Lacan. Après l’édition, en 1975, d’Un monde miné par Christian Bourgois3 sont publiés, en 1979, les Ecrits timides sur le visible dont le titre donne le ton aux milliers de pages à venir, ciselant une œuvre préférant aux exégèses totalisantes les fictions et les micro-récits poétiques, les fragments, les digressions et les analogies. G. Lascault écrit aussi pour Traverses, La Quinzaine littéraire, L’Art Vivant, Artstudio, XXe siècle, Beaux-arts, La Revue d’esthétique… Il rédige de nombreux textes de catalogues, notamment pour le Centre Pompidou et l’ARC, contribue à l’Encyclopaedia Universalis, s’adonne au commissariat d’expositions (dont Nœuds et ligatures au CNAC en 1981). Malgré le souvenir persistant d’une timidité d’enfance, il se livre à l’exercice périlleux de la parole sur France Culture (Panorama, Les Papous dans la tête, Les Décraqués).

3Avec une générosité pédagogique reconnue, G. Lascault enseigne la philosophie de l’art à Nanterre et à la Sorbonne, proposant des “séminaires d’incertitude” aux étudiants et chercheurs en philosophie, histoire de l’art et arts plastiques.

4Ses amitiés vont à Paul Fournel (et l’Oulipo en général), Jurgis Baltrusaitis (avec qui il partage le goût des étrangetés et bizarreries autant que celui des fictions érotiques), Roland Barthes, Jean-François Lyotard, Louis Marin, Paul Ricœur, Georges Didi-Huberman. Proche également de Gérard Genette, G. Lascault ne conçoit pas la sémiologie sans une poétique qui enchante le discours par le regard. La phénoménologie ne fera pas non plus système pour lui qui croit très tôt “aux méthodes mais pas aux théories”. Il aborde ainsi, dans l’empathie (la polémique l’ennuie), les travaux de J. Dubuffet, Jean Tinguely, Pierre Alechinsky, Jean Le Gac, Vladimir Velickovic, Anne et Patrick Poirier, Gérard Titus-Carmel, Henri Cueco, Christian Boltanski, Leonardo Cremonini… Il dit aimer les marges, les frontières, les bords, ce qui, de la pensée, du trait ou de l’objet, est en passe toujours de se dérober, basculer, devenir vertige.

5Son domicile parisien est un musée personnel, Merzbau hyperdense de formes, émotions et anecdotes. G. Lascault a son idée sur l’acte de collection : “Quand ça va bien, on se fait un cadeau, quand on va mal, cela console”. Peut-être est-ce aussi la fonction des bibliothèques ?

Haut de page

Notes

1 Lascault, Gilbert. Le Monstre dans l’art occidental (un problème esthétique), Paris : Klincksieck, 1973, (Esthétique)

2 Lascault, Gilbert. Figurées, défigurées : petit vocabulaire de la féminité représentée, Paris : Union générale d’édition, 1977, (10/18) ; Ecrits timides sur le visible, Paris : UGE, 1979, (10/18) ; Faire et défaire, Montpellier : Fata Morgana, 1985
Pour une bibliographie exhaustive, voir Les Fables du visible et l’esthétique fictionnelle de Gilbert Lascault, (sous la dir. de Françoise Coblence), Bruxelles : La Lettre volée, 2003, qui recense 9 livres d’esthétique, 29 monographies, 14 fictions, 84 commentaires fictionnels, 230 textes de catalogues, 122 participations à des ouvrages collectifs, ainsi que la création de 23 lithographies. (Dans ce numéro de Critique d’art, voir la notice n°110, p. 62)

3 Suivront d’autres éditeurs : Armand Colin, Balland, Le Cercle d’art, Seghers, Adam Biro, Le Passage…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Evelyne Toussaint, « Portrait. Gilbert Lascault », Critique d’art [En ligne], 23 | Printemps 2004, mis en ligne le 23 février 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://critiquedart.revues.org/1782 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1782

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • Revues.org